PNGMDR : le débat public invite à prendre le risque du dialogue

PNGMDR : le débat public invite à prendre le risque du dialogue

pngmdr

Après cinq mois de débat public sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs, Isabelle Harel-Dutirou présentait ses conclusions, lundi 25 novembre 2019, au ministère de la Transition écologique et solidaire. Aux côtés de la présidente de la Commission nationale du débat public, Chantal Jouanno, la magistrate s’est dite attentive aux suites qui seront données à ces travaux…

Le débat PNGMDR dans un contexte post-Gilets Jaunes 

Comme le rappelle le compte rendu du débat public, depuis 2016, le code de l’environnement prévoit de soumettre à un débat public les plans et programmes nationaux lorsqu’ils font l’objet d’une évaluation environnementale. Seulement, la concertation et la participation du grand public sur le PNGMDR n’étaient pas forcément au rendez-vous. En effet, une partie de la population refuserait de « dissocier la gestion des déchets issus du nucléaire du principe même du recours au nucléaire dans la politique énergétique française ». Côté participation, 3 400 personnes ont assisté à 23 rencontres publiques et 5 débats mobiles dans 24 villes de France du 7 avril au 25 septembre 2019. Le tout “avec un public « profane » qui n’apparaît pas majoritaire dans la participation à ce débat” reconnait la CPDP. On est loin des 8 000 participants physiques et des 86 rencontres publiques organisées dans le cadre du débat sur la PPE !


Pour autant, ce débat public initié par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et la direction générale à l’énergie et au climat (DGEC), a également présenté plusieurs motifs de satisfaction. À commencer par l’engagement du monde associatif, mais aussi la bonne transparence de la filière nucléaire en France, notamment grâce à des organisations comme l’Association nationale des comités et commissions locales d’information (ANCCLI) et le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire (HCTISN). 

Comme le stipule la Charte de l’environnement : « toute personne a le droit (…) d’accéder aux informations relatives à l’environnement détenues par les autorités publiques et de participer à l’élaboration des décisions publiques ayant une incidence sur l’environnement ». C’est pourquoi, Chantal Jouanno, propose de mettre en place à l’avenir « un continuum participatif plus élaboré ». En effet, explique-t-elle, dans un contexte social post-Gilets Jaunes, il faut mettre en avant les acteurs de la société civile qui acceptent de « prendre le risque du dialogue ». Selon elle, nous avons « une obligation collective de donner raison » à ceux qui ont « préféré la forme institutionnelle plutôt que toute autre forme d’expression ».

PNGMDR : un débat public à réaliser tous les 5 ans ? 

Lors de cette expérience de démocratie participative, Isabelle Harel-Dutirou a parié sur l’intelligence collective. Après l’interruption du débat public à Lille, des discussions sincères avec les participants lui ont confirmé qu’elle avait eu raison. Une intuition progressivement confirmée par les divers échanges d’arguments, d’un haut niveau de technicité. Toutefois, au regard de l’ampleur de l’exercice, l’idée d’adapter le PNGMDR au rythme de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, pourrait être retenue par les pouvoirs publics. Une seule certitude pour le moment, la CPDP publiera un avis sur la réponse qu’elle recevra pour son travail, de la part des pouvoirs publics.

En attendant, à la tribune, Antoine Tilloy de l’Institut Max Planck a réalisé la synthèse des enseignements sur 4 des 5 thèmes identifiés par les maîtres d’ouvrage. Sur l’évolution de la classification entre matières et déchets nucléaires, il indique que « la classification devra évoluer dans le temps, en fonction des techniques de recyclage et des besoins réels des produits recyclés ». Pour la question des méthodes et des capacités d’entreposage, il rappelle que les piscines actuelles arriveront à saturation en 2030, tout en soulignant « l’impact des spécificités du combustible français sur le choix des solutions à court terme ».

Par ailleurs, sur les options de gestion des déchets à très faible activité (TFA) issus notamment du démantèlement du parc actuel, le normalien précise qu’afin d’éviter la saturation des sites actuels, « un seuil de libération » pourrait être élaboré afin de traiter certains déchets dans les filières, à moins que des « dérogations plus ponctuelles » soient en définitive privilégiées. Enfin, les enjeux de la gestion des déchets de faible activité à vie longue (FA-VL) ont été particulièrement difficiles à traiter, en partie en raison de l’hétérogénéité de ces déchets. Aussi, à ce stade la commission particulière de débat public (CPDP) considère que « le choix des solutions à apporter relève d’expertises techniques complémentaires ».

D’autres thématiques ont été abordées spontanément par les participants, avec en particulier des interrogations sur la santé et la radioactivité. Toutefois, afin de répondre aux demandes adressées dans le dossier du maître d’ouvrage pour le débat public sur le PNGMDR, le 5ème axe de réflexion a porté sur le stockage géologique et ses alternatives. À cette occasion, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), en charge du projet CIGéO, a confirmé que « la conception modulaire du projet » permettrait de s’adapter si « la stratégie de retraitement ou les hypothèses de renouvellement du parc de réacteurs venaient à évoluer ». Très prochainement, le dossier d’autorisation de création devrait le confirmer…

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 5 Août 2014
L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) poursuit ses examens décennaux sur les réacteurs du parc français, examens destinés à s'assurer que le fonctionnement des installations garantit des conditions de sécurité optimales. L'ASN impose dans ce cadre, la mise en œuvre de mesures…
ven 8 Juin 2018
Après le lancement, au mois de mai 2018, de la première centrale nucléaire flottante par la Russie, de nombreux pays ont fait part de leur intérêt pour cette nouvelle technologie. En Asie du Sud-Est, l’une des seules régions au monde…
mar 16 Mai 2017
Interpellé par la justice sur le manque de transparence des accords signés dans le cadre du nouveau programme nucléaire, le gouvernement sud-africain n'entend pas pour autant renoncer à l'énergie nucléaire, considérée comme indispensable pour garantir la stabilité du réseau. La…
mar 29 Mar 2016
Dans un communiqué publié récemment, EDF affirme que le chantier de l’EPR de Flamanville vient d’atteindre un « premier jalon-clé ». Avec cette nouvelle installation, le programme nucléaire français bénéficiera de sa première centrale de troisième génération. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.