Qui prépare le plan de gestion des matières et déchets radioactifs ?

Qui prépare le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs ?

Ce 4 mars 2019, la Commission nationale du débat public a annoncé l’ouverture d’un débat public sur le 5ème Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs (PNMGDR), du 17 avril au 25 septembre 2019. Depuis la première version en 2007, le plan est révisé tous les 3 ans. Et pour la seconde fois, il fera l’objet d’une consultation préparée par la Commission Nationale de Débat Public… 

Les temps du débat pour l’avenir des déchets nucléaires 

Le temps est au débat en France. Alors que la grande concertation lancée par Emmanuel Macron va toucher à sa fin le 15 mars, un débat public sera organisé immédiatement après sur le Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR). Le débat ne commencera que le 17 avril 2019, justement pour ne pas chevaucher le débat national né du conflit avec les gilets jaunes, dont les conclusions sont attendues le 15 avril 2019.

Il connaitra deux interruptions. La première du 26 avril au 26 mai en raison de la campagne des élections européennes, et la seconde du 12 juillet au 3 septembre afin d’accorder une trêve estivale. Le débat se conclura finalement le 25 septembre 2019. La présidente de la Commission particulière du débat public (PNGMDR), Isabelle Harel-Dutirou, sera aidée dans sa mission par l’ingénieur Pierre-Yves Guihéneuf, par le chercheur Antoine Tilloy, par la philosophe Catherine Larrère et par l’élue grenobloise Isabelle Barthe.

Le débat public du PNGMDR implique tous les Français

La première étape sur le terrain aura lieu à Paris le 17 avril à la maison de la Mutualité et prendra la forme d’une réunion publique. Dès lors, de nombreuses contributions sont attendues notamment via un site Internet dédié au Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs, qui sera mis en ligne dès la fin du mois de mars. La CNDP a informé que six autres réunions publiques générales seront organisées dans différentes villes, tandis que seize rencontres-débats émailleront cette consultation unique en son genre.

La présidente de la Commission particulière assure avoir « prévu un dispositif visant à toucher les publics les plus variés et notamment les jeunes, au moyen d’initiatives originales et par une présence active du débat sur les réseaux sociaux ». On pense aussi au « groupe miroir » composé de quinze citoyens issus de treize régions et à « l’Atelier relève » réunissant des étudiants de différentes filières.

Vers le recyclage de certaines matières faiblement contaminées ?

Le précédent plan triennal recommandait de favoriser l’approche par filière pour la gestion des déchets radioactifs. Et le débat sur le cinquième Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs sera l’occasion de faire le point sur les réalisations des industriels du nucléaire. Comme l’explique Isabelle Harel-Dutirou : « Ce débat est l’occasion pour les citoyens de s’informer, d’interroger les acteurs du secteur et de se positionner sur un sujet qui nous concerne tous, avec des enjeux forts et une temporalité longue ».

Qui plus est, un rapport de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) en date de 2016 explore la possibilité d’un recyclage « par fusion de métaux à valeur ajoutée et très peu radioactifs ». Cette solution permettrait de réduire assez considérablement le volume des déchets très faiblement contaminés et pourrait donc également faire l’objet des discussions des participants.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 31 Juil 2015
En matière de sûreté dans le nucléaire, il y a un avant et un après Fukushima. A la centrale de Saint-Laurent (Loir-et-Cher), une dalle de béton sur laquelle va reposer le bâtiment "Dus" (Diesel Ultime Secours) a été coulée d'une seule pièce…
mer 22 Mar 2017
Annoncée depuis plusieurs semaines dans le cadre du plan de sauvetage du groupe industriel Areva, la participation des entreprises japonaises Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) au capital de la nouvelle entité NewCo est finalement entrée…
mar 6 Nov 2018
Désormais, EDF perd cent mille clients par mois. En effet, les fournisseurs alternatifs sont de plus en plus nombreux, Total, Direct Energie, Butagaz, Casino, Edouard Leclerc etc… auxquels s’ajoutent une poignée d’électriciens étrangers comme l’Espagnol Iberdrola, le Suisse Alpiq, le…
jeu 6 Déc 2018
Pour améliorer sa stratégie énergétique, les Pays-Bas pensent au nucléaire. En effet, ce jeudi 6 décembre 2018, jour du secteur de l'énergie à la COP24, de nombreux experts soulignent l'intérêt de l'atome, notamment dans la lutte contre les dérèglements climatiques... …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.