L'Europe pourrait manquer de pétrole dès 2030 - L'EnerGeek

L’Europe pourrait manquer de pétrole dès 2030

europe penurie petrole 2030 - L'Energeek

Un rapport du think tank The Shift Project, rendu public ce 23 juin 2020, expose comment la baisse mondiale de production de pétrole, conjuguée à une concurrence accrue entre les pays importateurs, pourrait conduire l’Europe, premier importateur mondial, à une pénurie dès 2030. De quoi transformer les politiques énergétiques du Vieux Continent ?

Face à la baisse de la production de pétrole, l’Union Européenne, premier importateur mondial, risque la pénurie à horizon 2030

Le 23 juin 2020, le groupe de réflexion The Shift Project a publié un rapport sur les évolutions du marché pétrolier. Le texte s’appuie notamment sur les données (non publiques) du cabinet Rystad Energy, installé en Norvège, et reconnu comme l’une des sources les plus fiables sur le marché des hydrocarbures.

La conclusion la plus marquante du rapport est que l’Union Européenne, premier importateur mondial de pétrole (13 millions de barils par jour), pourrait entrer en pénurie dès 2030. L’Europe est en effet fortement dépendante de ses fournisseurs ; or, plus de la moitié d’entre eux devraient réduire leur production.

“La production de la Russe et celle de l’ensemble des pays d’ex-URSS, qui fournissent plus de 40% du pétrole de l’UE, semblent être entrées en 2019 dans un déclin systématique. La production pétrolière de l’Afrique (plus de 10% des approvisionnements de l’UE) paraît promise au déclin au moins jusqu’en 2030”, détaille à nos confrères du Monde Matthieu Auzanneau, directeur de The Shift Project.

Face à la crise pétrolière, « l’écologie n’est pas une idéologie mais une nécessité ».

Les découvertes de nouveaux puits sont en effet, depuis 30 ans, au plus bas, et les puits existants produisent de moins en moins. La plupart des compagnies pétrolières, engagées dans une diversification et un verdissement de leurs activités, vont continuer de réduire leurs investissements dans l’or noir. “C’est l’hiver du pétrole facile”, tonne le rapport du Shift Project.

La situation est d’autant plus problématique pour l’Europe que les besoins de pétrole en Afrique ou en Asie du Sud-Est sont en hausse : “Le gâteau à se partager va être plus petit, or, d’autres pays, comme la Chine, déploient une véritable géostratégie du pétrole pour sécuriser leur approvisionnements”, précise Matthieu Auzanneau.

L’Union Européenne réduit depuis 2010 sa consommation de pétrole et a entamé une transition énergétique d’ampleur. Ce rapport de The Shift Project impose un renforcement de ces politiques, selon l’analyste Alexandre Fontana, pour qui « l’écologie n’est pas une idéologie mais une nécessité ».

Pour d’autres, comme le spécialiste de l’Afrique Fary Ndao, cette pénurie risque de provoquer une récession économique d’importance en Europe : « moins de pétrole, c’est moins de transport et moins de croissance économique. Aux Africains d’anticiper ce déclin chez un de leurs partenaires commerciaux majeurs ».

 

En effet, « le PIB est lié à la quantité d’énergie utilisée. Or l’énergie primaire-étalon c’est le pétrole, et ce, depuis un siècle. Le transport (aérien, maritime, terrestre) et donc le commerce se fait à 98% avec du pétrole. Ça ne peut pas changer en 10-15 ans », conclue Fary Ndao.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 2 Déc 2014
Le barrage du Petit Saut, situé entre les communes guyanaises de Sinnamary et Saint-Élie, fête cette année ses 20 ans d'existence. De type béton compacté au rouleau (BCR), cet édifice mesure quelques 47 mètres de hauteur, 740 mètres de long…
jeu 22 Oct 2015
En attendant les résultats de la COP21, qui se tient à Paris du 30 novembre au 11 décembre prochains, certains industriels continuent d’innover pour un développement plus durable. C’est notamment le cas de la société Carbon Engineering qui propose de…
mar 18 Juin 2013
Les températures ont été particulièrement froides au premier semestre 2013. A la fin du mois de mai les températures étaient par exemple de 4 à 5 degrés inférieures aux normales de saison. Le cabinet Sia Partners estime que ce froid…
mar 10 Sep 2013
Afin d'assurer la maintenance de son futur parc éolien offshore en baie de Saint-Brieuc, le consortium Ailes marines, détenu à 70% par l’espagnol Iberdrola et à 30% par le Français Eole Res, a décidé de soutenir la candidature du port…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.