Pétrole : effondrement historique de la demande et des cours

Pétrole : effondrement historique de la demande et des cours

petrole effondrement historique demande cours - L'Energeek

La crise économique mondiale provoquée par le Covid-19 ébranle profondément les marchés pétroliers. L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) a ainsi prédit, ce mercredi 15 avril 2020, un effondrement historique de la demande mondiale de pétrole pour 2020. Comme, dans le même temps, les stocks mondiaux continuent d’exploser, les cours de l’or noir s’effondrent. Le baril de brut américain est tombé sous les 20 dollars, son niveau le plus bas depuis 2002.

Pour l’AIE, 2020 « sera la pire année de l’histoire des marchés pétroliers »

Sur le front du pétrole, l’AIE a publié, ce mercredi 15 avril 2020, les prévisions les plus pessimistes de son histoire. Le mois d’avril 2020 devrait voir une baisse de 30% de la demande par rapport à 2019, soit une chute de 29 millions de barils.

Au total, sur l’ensemble de l’année 2020, malgré une reprise prévue pour le second semestre, l’agence prévoit une baisse de la consommation de 9,3 millions de barils par jour (mbj). Soit environ 90,6 mbj, le niveau le plus bas depuis 2020 : « Ce sera la pire année de l’histoire des marchés pétroliers », a prédit Fatih Birol, président de l’AIE. Une situation « préjudiciable à l’économie mondiale au moment où elle peut le moins se le permettre. »

Les carburants sont notamment durement touché par la paralysie qui frappe le monde entier. En France, depuis le début du confinement, les ventes d’essence et de gazole ont chuté de 75 à 80%. Le transport aérien souffre encore davantage, la demande en kérosène est en chute libre.

L’accord entre l’Opep et la Russie ne rassure pas les marchés pétroliers

Certes, l’Opep et la Russie ont décidé de réduire leur production de pétrole de 10 millions de barils par jour à partir du 1er mai – une décision historique. Mais comme l’Arabie Saoudite a déclenché une guerre des prix (et une hausse de la production) début mars 2020, suite à l’échec d’un accord avec la Russie, la production mondiale va continuer à augmenter jusque fin avril.

La demande étant en berne, la conséquence est, logiquement, une explosion des stocks. « A moins de nouvelles mesures de réduction de la production dans un avenir proche, il est mathématiquement certain que les stocks mondiaux seront remplis au cours des prochains mois », détaille Bjornar Tonhaugen, analyste chez Rystad Energy.

Dès lors, les cours du pétrole continuent de chuter. Le baril de WTI américain a clôturé, ce mercredi 15 avril, sous les 20 dollars, son niveau le plus bas depuis 2002. Le brent de la mer du Nord, référence internationale, enregistre quant à lui une baisse de 4 %, à moins de 29 dollars.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 18 Août 2017
Même si le charbon continue de fournir 40% de l'électricité mondiale, il est aussi responsable de 45% des émissions de gaz à effet de terre.  Les pays du monde entier commencent à prendre conscience des dangers du réchauffement climatique et…
mar 26 Déc 2017
Le groupe français Engie a annoncé, début décembre, le rachat des deux entreprises sud-africaines Thermaire et Ampair, spécialisées dans les services énergétiques. Une opération d’envergure qui lui permettra de mettre en place désormais une "plateforme régionale" des services énergétiques à destination…
mar 31 Mai 2016
Rassemblés au Japon, les chefs d'Etat du G7 viennent de prononcer la fin des subventions aux énergies fossiles d’ici 2025. Une décision logique au lendemain de la COP21, alors que le secteur de l’énergie est le principal responsable des émissions de…
jeu 12 Déc 2019
Mercredi 11 décembre 2019, la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté le Pacte Vert. Lorsque Nicolas Hulot était ministre, il plaidait pour un « Green New Deal » ; désormais Élisabeth Borne, Brune Poirson et Amélie de Montchalin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.