Nucléaire : nouveaux réacteurs EPR, EDF explose son budget prévisionnel

Nucléaire : nouveaux réacteurs EPR, EDF explose son budget prévisionnel

réacteur nucléaire, EPR, France, construction, budget prévisionnel, EDF, gouvernement, électricité, facture énergétique

La facture d’EDF pour la construction des six nouveaux réacteurs EPR a largement dépassé le budget prévisionnel. Le producteur d’électricité français pointe du doigt la hausse des coûts de développement et de construction du projet.

 

Le budget prévisionnel des nouveaux EPR français en hausse de 30 %

Le projet de construction des six nouveaux réacteurs EPR2, piloté par EDF, affiche désormais un budget prévisionnel qui donne le vertige : 67,4 milliards d’euros, un chiffre qui dépasse largement le budget de 51,7 milliards initialement annoncés en 2021. Cette escalade des coûts, selon les informations de nos confrères des Echos, serait essentiellement due aux études d’ingénierie – qui se sont avérées plus complexes que prévu – ainsi qu’à la hausse des coûts de construction (équipements et mise en service) des nouveaux réacteurs EPR.

Comme le rappelle en effet EDF, le budget de 2021 ne prenait pas en compte les frais liés à la maîtrise de l’ouvrage. Le gouvernement doit encore finaliser le plan de financement des nouveaux EPR, plan qui permettra de déterminer le prix du mégawattheure qui sera produit par les nouveaux réacteurs EPR. Leur mise en service est prévue d’ici à 2025.

 

Les projets internationaux d’EDF ne sont pas épargnés

Les dépassements budgétaires d’EDF ne s’arrêtent pas aux frontières françaises. Les projets d’EPR d’EDF à l’étranger, comme ceux en cours au Royaume-Uni, ont également subi des hausses considérables de leurs coûts initiaux. Par exemple, la construction de l’EPR de Hinkley Point C outre-Manche a vu son estimation grimper, passant de 25-26 milliards à 31-35 milliards de livres.  La filière nucléaire française, après 5 ans de mise à l’arrêt, peine à répondre aux nouveaux objectifs fixés par le gouvernement depuis sa relance, initiée en 2022 par Emmanuel Macron. Manque de personnel qualifié, échéances restreintes… les dépassements budgétaires mettent en lumière les défis auxquels est confronté le secteur nucléaire français.

Pour redresser la barre, EDF mise sur l’optimisation de ses processus et sur la renégociation de certains contrats clés, dans le but de limiter l’impact financier de ces dépassements. L’issue de ces négociations sera déterminante, non seulement pour la trajectoire énergétique du pays, mais aussi pour le porte-monnaie des Français.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Albioma, producteur d'énergie renouvelable, a indiqué à l'AFP son intention de convertir la dernière centrale à charbon des outre-mer à la biomasse, la centrale La Moule située en Guadeloupe.     La centrale Le Moule fonctionnera entièrement à la biomasse…
lun 7 Nov 2022
L’information est jugée suffisamment importante dans le contexte énergétique actuel pour qu’Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité en France, pousse un cocorico. Concrètement, l’Open Data d’Enedis dénombre un total de près de 600 000 installations photovoltaïques en fonctionnement en…
Le marché de la voiture électrique en France se maintient au mois d'avril 2024, malgré une baisse des immatriculations en Europe qui préoccupe les constructeurs locaux confrontés à l'arrivée des constructeurs chinois.   Voiture électrique : le marché français montre…
Enedis serait en train de préparer une réforme du système des heures creuses à la demande de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), afin d'alléger le réseau électrique public et de l'adapter à la production d'électricité produite à partir…

COMMENTAIRES

  • Sincèrement, ça surprend qui ?
    Et ce n’est que le début, comme pour les EPR précédents les annonces de dépassement de budget vont s’enchaîner jusqu’à la fin multipliant le coût initial pr 4 ou 5 durant les 25 ans qui viennent qui auront également vu le le délai de construction par 3 ou 4.
    Rien de nouveau, le mensonge sur les engagements dure depuis 60 ans c’est dans l’ADN du nucléaire français.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.