Agrivoltaïsme : les panneaux photovoltaïques désormais encadrés

Agrivoltaïsme : les panneaux photovoltaïques désormais encadrés

Agrivoltaïsme

Après une attente de plus d’un an, le monde agricole peut enfin s’approprier le décret sur l’agrivoltaïsme, publié ce mardi 9 avril 2024 au Journal Officiel. Une avancée qui promet de développer les exploitations agricoles avec l’intégration des panneaux photovoltaïques, tout en préservant l’essence même de l’agriculture.

Priorité à l’agriculture

L’agriculture ne cède pas sa place, elle la partage intelligemment avec l’énergie solaire. Le gouvernement met un point d’honneur à ce que l’énergie ne supprime pas l’agriculture mais la complète. «Soyons clairs : il ne s’agit pas de remplacer la production agricole par de la production d’énergie solaire, mais bien de compléter la production agricole par de la production d’énergie solaire . », a ainsi déclaré Bruno Le Maire, ministre de l’Économie dans des propos partagés par Le FigaroAinsi, le décret instaure une limite de 40% de couverture des sols par les panneaux solaires, assurant que l’activité principale reste l’agriculture. Les parcelles témoins jouent un rôle clé, permettant de comparer les rendements pour s’assurer que la production énergétique ne se fait pas au détriment de la terre nourricière.

La vigilance est de mise avec la mise en place de contrôles stricts. La production agricole ne doit pas chuter sous le seuil de 90% du rendement des parcelles témoins. Ces critères seront surveillés par les Directions départementales des territoires, garantes de l’équilibre entre les deux productions. De plus, la Commission départementale de préservation des espaces naturels et forestiers veillera à ce que les projets agrivoltaïques favorisent l’agriculture, un garde-fou essentiel pour préserver l’intégrité des terres agricoles.

Des limites claires pour l’énergie solaire

Le photovoltaïque au sol est circonscrit à des zones spécifiques, déterminées par les chambres d’agriculture. L’objectif est clair : protéger les terres cultivables. Ainsi, les terrains non exploités depuis une décennie, ou ceux naturellement inadaptés à l’agriculture, tels que les friches industrielles ou les anciennes carrières, pourront être équipés de panneaux solaires. Cette approche préventive assure que l’agriculture reste la priorité et que l’essor des énergies renouvelables se fasse de manière responsable.

Il demeure une question en suspens : ces mesures suffiront-elles à déclencher le déploiement des énergies renouvelables espéré par la loi ? Les contraintes sont fortes, et l’équilibre entre développement durable et productivité énergétique est délicat. Seul l’avenir nous dira si ce décret est le catalyseur d’un changement vert ou un frein à l’innovation énergétique dans le secteur agricole.

 

Rédigé par : Stéphanie Haerts

Avatar
Rédactrice dans la finance et l'économie depuis 2010. Après un Master en Journalisme, Stéphanie a travaillé pour un courtier en ligne à Londres où elle présentait un point bourse journalier sur LCI. Elle rejoint l'équipe d'Économie Matin en 2019, où elle écrit sur des sujets liés à la consommation, la finance, les technologies, l'énergie et l'éducation.
C'est une première depuis le mois de décembre 2023 : le prix repère du gaz va augmenter. L'annonce a été faite par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).   Gaz : une hausse de 1,48 euros par mégawattheure La…
lun 16 Nov 2020
Encouragé par les nouvelles réglementations environnementales, le secteur de la construction opère une transition progressive vers des procédés plus durables, et donc moins dépendants des énergies fossiles. En France comme en Europe, l’heure est désormais au bâtiment bas carbone. Comme…
mar 12 Oct 2021
Avec la hausse sans précédent des prix du gaz et de l’électricité, le bois de chauffage séduit de plus en plus de ménages français. D’autant que l’argument financier n’est pas la seule raison de préférer le bois aux autres sources…
ven 16 Juin 2023
Une récente étude menée par des scientifiques britanniques révèle une distinction malheureuse pour Paris : elle est la ville la plus meurtrière d'Europe lors des périodes de canicule. Cette conclusion découle d'une analyse minutieuse des données de plus de 800…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.