Tarifs du gaz : baisse possible de 4,3% en juillet 2017 - L'EnerGeek

Tarifs du gaz : baisse possible de 4,3% en juillet 2017

tarifs-reglementes-gaz

Comme attendu, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a préconisé une forte baisse de 4,3% des tarifs réglementés du gaz au 1er juillet afin de tenir compte de la diminution des coûts du fournisseur Engie. Le régulateur estime en effet indispensable de rattraper à l’avantage des consommateurs, les écarts « significatifs » qui se sont creusés en 2016, entre les recettes d’Engie issues de ces tarifs et ses coûts réels.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence opérée en 2007, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les nouveaux prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc), et les tarifs réglementés de l’ancien monopole. Ces tarifs fixés par le gouvernement, comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie calculés selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole (révisés mensuellement par le collège de la CRE), et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux) dont le poids dans les tarifs réglementés de vente est révisé chaque été.

Lire aussi : Electricité : les tarifs réglementés augmenteront de 1,7% maximum en août 2017

Or, selon le dernier rapport du gendarme de l’énergie publié vendredi 30 juin 2017, les tarifs réglementés du gaz seraient aujourd’hui trop élevés, et creuseraient des écarts « significatifs » entre les recettes découlant de ces prix et les coûts réellement supportés par Engie, finalement inférieurs à ce qui avait été anticipé en 2016. La CRE considère donc nécessaire d’opérer un « rattrapage » tarifaire au profit des consommateurs et recommande dans ce cadre de baisser de 1,3% des tarifs d’Engie au 1er juillet, tout en les maintenant à niveau suffisant pour permettre aux autres fournisseurs de continuer à les concurrencer.

Outre le rattrapage, l’autorité administrative indépendante a également recommandé une baisse supplémentaire de 1,2% des tarifs en raison de l’évolution des coûts hors approvisionnement de l’opérateur, tandis que l’évolution des coûts d’approvisionnement pourrait de son côté induire une baisse additionnelle des tarifs réglementés supérieur à 1,8%, atteignant ainsi une baisse globale de 4,3%.

Lire aussi : Le médiateur national de l’énergie toujours favorable au maintien des tarifs réglementés

Ce nouvel avis de la Commission porte sur un projet d’arrêté relatif à l’évolution tarifaire de juillet qui doit être pris prochainement par le gouvernement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 11 Mar 2013
C’est finalement avec quelques mois d’avance que la tranche 1 de la centrale thermique du Havre a été définitivement arrêtée, vendredi 8 mars. Selon l’exploitant EDF cette fermeture a été anticipée à cause d’une avarie technique, « en raison des délais…
ven 9 Déc 2016
Encore relativement chers, les biocarburants ne permettent pas de proposer une alternative durable aux combustibles fossiles, bien moins onéreux. Un défi économique que les groupes Suez et Total pourraient bien relever en valorisant les huiles alimentaires usagées. Les deux groupes français ont annoncé mardi 6…
lun 1 Mai 2017
Moins connu que son alter ego le gaz de schiste, le pétrole de schiste est pourtant devenu en l’espace de quelques années synonyme d’un nouvel eldorado pour l’industrie pétrolière. Très développé aux Etats-Unis, il fait l’objet d’une compétition féroce sur…
sam 6 Jan 2018
Contrairement à ce que l’on croit généralement, l’air intérieur de nos maisons et de nos appartements peut être beaucoup plus pollué que l’air extérieur, puisque de nombreux polluants spécifiques aux activités d’intérieur viennent s’y ajouter. Si les sources de cette…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *