Tarifs du gaz : baisse possible de 4,3% en juillet 2017 - L'EnerGeek

Tarifs du gaz : baisse possible de 4,3% en juillet 2017

tarifs-reglementes-gaz

Comme attendu, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a préconisé une forte baisse de 4,3% des tarifs réglementés du gaz au 1er juillet afin de tenir compte de la diminution des coûts du fournisseur Engie. Le régulateur estime en effet indispensable de rattraper à l’avantage des consommateurs, les écarts “significatifs” qui se sont creusés en 2016, entre les recettes d’Engie issues de ces tarifs et ses coûts réels.

Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence opérée en 2007, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les nouveaux prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc), et les tarifs réglementés de l’ancien monopole. Ces tarifs fixés par le gouvernement, comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie calculés selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole (révisés mensuellement par le collège de la CRE), et les coûts hors approvisionnement (transport, distribution, stockage et coûts commerciaux) dont le poids dans les tarifs réglementés de vente est révisé chaque été.

Lire aussi : Electricité : les tarifs réglementés augmenteront de 1,7% maximum en août 2017

Or, selon le dernier rapport du gendarme de l’énergie publié vendredi 30 juin 2017, les tarifs réglementés du gaz seraient aujourd’hui trop élevés, et creuseraient des écarts “significatifs” entre les recettes découlant de ces prix et les coûts réellement supportés par Engie, finalement inférieurs à ce qui avait été anticipé en 2016. La CRE considère donc nécessaire d’opérer un “rattrapage” tarifaire au profit des consommateurs et recommande dans ce cadre de baisser de 1,3% des tarifs d’Engie au 1er juillet, tout en les maintenant à niveau suffisant pour permettre aux autres fournisseurs de continuer à les concurrencer.

Outre le rattrapage, l’autorité administrative indépendante a également recommandé une baisse supplémentaire de 1,2% des tarifs en raison de l’évolution des coûts hors approvisionnement de l’opérateur, tandis que l’évolution des coûts d’approvisionnement pourrait de son côté induire une baisse additionnelle des tarifs réglementés supérieur à 1,8%, atteignant ainsi une baisse globale de 4,3%.

Lire aussi : Le médiateur national de l’énergie toujours favorable au maintien des tarifs réglementés

Ce nouvel avis de la Commission porte sur un projet d’arrêté relatif à l’évolution tarifaire de juillet qui doit être pris prochainement par le gouvernement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 31 Déc 2020
Cinq ans après la signature de l'Accord de Paris, le Danemark a annoncé, au début du mois, son intention de stopper les exploitations de pétrole et de gaz en mer du nord. Le pays souhaite s'émanciper des énergies fossiles. Il…
lun 24 Juin 2019
Macky Sall vient de recevoir le prix de l' "Homme de l’année du secteur pétrolier africain" par Africa Oil & Power pour ses efforts de relance de l’économie sénégalaise. Une récompense plutôt méritée pour ce chef d'Etat qui préside le…
ven 21 Juin 2019
Bien décidé à enterrer toutes les politiques et les projets de son prédécesseur, Donald Trump n'a pas souhaité prolonger le Clean Power Plan créé par Barack Obama. Les normes anti-pollution ont été revues à la baisse afin de préserver un…
mar 7 Mai 2019
Petit nouveau dans la famille des producteurs de gaz naturel, Chypre comprend aujourd’hui que ses ressources naturelles attisent la convoitise de certains. La Turquie entend mener des opérations de forage au large de l’île chypriote. Pourtant, le gaz se trouve…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.