Une étude de Volvo rappelle qu'une électricité zéro émission est nécessaire pour rendre un véhicule électrique bas carbone - L'EnerGeek

Une étude de Volvo rappelle qu’une électricité zéro émission est nécessaire pour rendre un véhicule électrique bas carbone

etude volvo rappelle electricite zero emission rendre vehicule electrique bas carbone - L'Energeek.jpg

Ce 16 novembre 2021, Volvo a présenté une étude des émissions carbone potentielles de son nouveau SUV électrique, le C40 Recharge, comme le constructeur suédois le fait pour chaque nouveau modèle électrique. L’étude rappelle la nécessité d’alimenter un véhicule électrique avec une électricité bas carbone pour le rendre vraiment écologique.

Volvo présente l’analyse carbone de son nouveau véhicule électrique sur tout son cycle de vie

Depuis la sortie, en 2019, de son première modèle électrique, Volvo publie, à chaque nouvelle sortie de voiture électrique, un rapport détaillant une Analyse de Cycle de Vie (ACV) de ses émissions carbone, allant de sa production (incluant l’extraction des matières premières) à sa fin de vie (incluant son recyclage).

Le constructeur suédois a présenté, ce 16 novembre 2021, l’ACV détaillée de son nouveau SUV électrique, le C40 Recharge. Et les conclusions sont sans appel : en terme d’empreinte carbone, pour être vraiment compétitif face à un véhicule thermique, un modèle électrique doit être alimenté par des sources aussi décarbonées que possible.

A titre de comparaison, Volvo estime à 59 tonnes de CO2 l’impact carbone ACV d’un SUV thermique d’un gabarit équivalent. Pour le C40 Recharge, « lorsque le véhicule est rechargé avec de l’électricité produite à partir de sources d’énergie propre, son empreinte carbone tout au long de son cycle de vie tombe à près de 27 tonnes de CO2, », expose Volvo.

En revanche, « lorsque le C40 Recharge est rechargé avec un mix énergétique classique (qui est généré à 60 % environ à partir de combustibles fossiles), le tonnage de CO2 émis pendant le cycle de vie du véhicule peut atteindre 50 tonnes, ce qui réduit nettement les bénéfices pour l’environnement par rapport à une voiture traditionnelle », détaille le constructeur suédois.

Pour l’heure, un véhicule électrique neuf commence avec une « dette » carbone par rapport à un véhicule thermique

Pire, Volvo rappelle que la production du C40 Recharge émet 70% de CO2 de plus que son équivalent thermique. En clair : avant de parcourir le moindre kilomètre, la version électrique a une dette carbone plus importante que la version thermique. Ce qui explique pourquoi acheter aujourd’hui un véhicule électrique neuf pour l’utiliser exceptionnellement est une stratégie à l’impact carbone élevé.

Volvo calcule ensuite que, avec un mix électrique correspondant aux moyennes mondiales (soit des émissions carbone seulement 15% plus basses qu’un moteur essence), un C40 Recharge met près de 110 000 kilomètres à devenir plus sobre en carbone que sa version thermique. Avec un mix correspondant aux objectifs de l’Union Européenne pour 2030, le point d’équilibre est à 77 248 kilomètres. Avec un mix électrique 100% bas carbone (renouvelable ou nucléaire), le seuil tombe sous les 50 000 kilomètres.

Cette étude rappelle à quel point la voiture électrique n’est un bon investissement climatique qu’avec un mix électrique décarboné. Et que le déploiement des véhicules électriques doit s’accompagner d’un développement des sources d’électricité bas carbone, sous peine de devenir un pur coup d’épée dans l’eau.

Mais l’étude n’invalide pas, pour autant, le choix énergétique de miser sur le véhicule électrique, car c’est la solution qui présentent la meilleure synergie avec la transition vers une économie bas carbone (qui permettra d’ailleurs aussi de réduire les émissions liées à la production des futurs véhicules électriques).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 18 Oct 2018
Considérée comme un des enjeux majeurs de la Transition énergétique en cours, la mobilité propre sera cette année encore à l’affiche du salon Autonomy organisé du 18 au 20 octobre 2018 à la Grande Halle de la Villette, à Paris.…
mer 30 Juil 2014
Si la multiplication des nouvelles technologies a sensiblement augmenté les besoins énergétiques à l'échelle internationale alors que les préoccupations environnementales actuelles réclameraient au contraire de mieux maîtriser et de réduire notre consommation, la question du stockage de l'électricité et de son optimisation apparaît aujourd'hui…
mer 14 Oct 2015
Transformer les milliers de routes qui jalonnent le territoire français en autant de centrales de production électrique, c'est l'ambition de la société Colas, filiale du groupe Bouygues, qui a dévoilé mardi 13 octobre, à l'occasion du salon world efficiency de…
jeu 8 Juin 2017
C’est à Bègles, près de Bordeaux, que l’entreprise française Valorem a lancé le test grandeur nature d’un tout nouveau modèle de station hybride baptisé Insul’grid. Cette phase de test qui doit durer jusqu’à septembre 2017 permettra de valider la viabilité…

COMMENTAIRES

  • Les SUV notamment de Volvo ne sont pas des modèles en terme d’efficacité énergétique et de consommation de ressources

    Mieux vaut directement rouler (de préférence en auto-partage) dans des véhicules adaptés pour intégrer le solaire donc à poids réduit, à l’aérodynamisme optimal.

    Ils émettent moins que les autres et dépendant bien moins du réseau

    Exemple parmi d’autre l’Aptera Solar 2 places (Cx de 0,13 meilleur que celui de la Tesla 0,24) et consommation en cycle normalisé de 62 Wh/km soit 2 à 4 fois mieux que les meilleurs véhicules électriques non solaires actuels

    ou la Lightyear One 5 place, la Sion de Sonomotors 5 places aussi, parmi plusieurs autres

    On doit pouvoir faire mieux encore avec les supercondensateurs hybrides, les nouveaux types de fibres de carbone moins coûteuses, l’amélioration du solaire etc

    Exemple l’Aptera Solar 2 places :

    https://www.youtube.com/embed/V17meWEKSik

    .

    Répondre
  • L’efficacité énergétique dans l’aviation

    Exemple de SE Aeronautics

    Avion à 6 ailes permettant d’assurer une portance accrue donc de réduire la consommation de carburant de 70% par rapport à celle d’un avion conventionnel de même capacité et de réduire les émissions de CO2 de 80%.

    Il pourra transporter 264 passagers sur une distance maximale de 17.000 km. A charge pleine il atteindra la vitesse de 1100 km/h (Mach 0.90).

    Le carburant ne sera plus stocké dans les ailes mais à l’arrière du fuselage, permettant de concevoir des ailes plus fines et plus aérodynamiques.

    Il pourra ainsi décoller et atterrir sur des pistes plus courtes lui ouvrant l’accès à de nombreux aéroports locaux.

    Fuselage monocoque. Au lieu d’être le résultat d’un assemblage complexe d’éléments métalliques, il sera fabriqué en matériau composite, ce qui, avec une durée de vie estimée à 50 ans, offrira à la fois une efficacité et une sécurité accrues. Cette conception devrait lui permettre d’être assemblé deux fois plus vite qu’un avion conventionnel de même type.

    Les moteurs seront situés à l’arrière de la carlingue au lieu d’être fixés sous les ailes, ce qui devrait abaisser les risques pour les oiseaux lors des décollages et atterrissages

    Il pourra être adapté au carburant hydrogène notamment.

    https://www.youtube.com/embed/K2wbPlBs-jQ

    .

    Répondre
  • Ah, c’est beau l’escrologie.
    Même avec une électricité 100% décarbonée, ce qui n’est pas prêt d’arriver de sitôt, le VE réduirait au mieux de 50% par rapport au thermique.
    C’est très loin de la neutralité carbone qu’on est censé atteindre avant 2050.
    De plus, le VE décarbone très lentement car ils sont trop cher pour beaucoup.
    Malgré des subventions massives depuis plusieurs années, les VE représentent encore moins de 5% du marché des véhicules neuf

    En gros, on arriverait à un meilleur résultat en divisant la consommation des thermiques par 2.
    Cela serait parfaitement possible par l’allègement et l’hybridation et aurait été bien plus efficace et rapide pour réduire les émissisons de CO2 car moins cher et accessible au plus grand nombre.

    Mais la décision a été prise par les politiciens, pas par les ingénieurs.

    Evidement, il faudra aussi réduire la part de la voiture et pousser le plus de gens possible vers les transports en commun et le vélo par diverses incitations comme la gratuité des transports en commun ou la subvention de vélo électrique qui serait des politiques moins cher et plus intelligente que d’offrir 7000 euros au CSP+ qui achète son panzer électrique à 40000 euros.

    Qui (à part Rochain et énergie+) peut croire que déplacer un individu de 70kg à l’aide d’une machine de 1,8 tonnes soit écologique ?

    Répondre
  • @ Sam Sam

    Inutile de parler à notre place Rochain et moi car vous interprétez la plupart de ce que l’on dit de travers et n’approfondissez pas les sujets

    On peut aller plus loin et mieux que ce que vous affirmez qui ne tient pas compte de certaines évolutions et technologies, entre autres paramètres qui ne se limitent pas au poids etc

    Vous devriez observer que l’on sait faire des véhicules très efficients, exploitant quasi à 100% des matières recyclées et les utiliser en mode également très efficient type auto-partage etc mais que les constructeurs recherchent plutôt la valeur ajoutée et que les acheteurs se laissent influencer vers des véhicules inappropriés vis à vis du climat et des ressources type SUV etc

    Faîtes de la politique et dîtes au gens de faire du vélo, de prendre des transports en commun, de ne pas fumer, pas boire, car çà a des impacts négatifs, se faire vacciner contre le covid, porter le masque etc trouvez les financements pour que ces transports soient gratuits dans des villes endettées sur des lignes parfois peu fréquentées etc et demandez aux constructeurs de faire des véhicules plus légers alors qu’ils ont des coûts supérieurs par exemple à ceux des chinois qui savent faire des véhicules économiques en masse vous verrez que çà n’est pas si simple à faire changer et que vous ne serez pas élu longtemps si vous êtes élu

    Vous accusez donc un peu vite les politiques car plein de consommateurs dans le monde et en France achètent n’importe quoi donc les vendeurs en profitent et beaucoup d’utilisateurs se fichent de faire des efforts.

    Est-ce que vous par exemple vous faîtes l’effort de publier des textes documentés scientifiques ou qualifiés comme je le fais qui démontrent pourquoi telle option est préférable, ou des technologies d’entreprises qui sont positives comme je le fais également comme dans les exemples ci-dessus ?

    Vous en connaissez beaucoup des véhicules qui ont des Cd/Cx de 0,13 et ne consomment en cycle normalisé que 62 Wh/km comme ci-dessus précitée l’Aptera Solar ou proche la Lightyear One (83 Wh/km) tests externes à l’appui ?

    C’est plus facile de faire du yakafokon avec tout ce qui vous passe par la tête mais qui est le plus souvent superficiel, il faut pousser plus loin vos analyses et faire un peu plus travailler vos neurones plutôt que de prétendre que Rochain et moi nous aurions trouvé pertinent de rouler dans des véhicules lourds etc

    Je vous remets ici un article pas idiot sur une partie de la mobilité et quelques solutions même si çà n’a pas la prétention de tout aborder puisque le sujet de la mobilité est vaste

    https://reporterre.net/Des-velomobiles-plutot-que-des-voitures-electriques

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.