France : véhicules électriques, une marche en avant inéluctable ? - L'EnerGeek

France : véhicules électriques, une marche en avant inéluctable ?

france vehicules electriques marche avant ineluctable - L'Energeek

Le mois de janvier 2021 a été décevant pour les ventes de véhicules électriques en France, accusant un net recul, pour la première fois depuis 6 mois. Après le record décembre 2020, cette contre-performance ne semble pas de nature à modifier en profondeur la tendance lourde vers des voitures plus vertes, d’autant que les ventes des véhicules hybrides (rechargeables ou non) et à bicarburation continuent de progresser.

Les véhicules électriques en net recul en janvier 2021 en France

Ce lundi 1er février 2021, le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) a rendu public les chiffres de vente de véhicules en France en janvier 2021. Après des résultats records en décembre 2020, à 20 744 unités écoulées (13,6% du marché total), les ventes de voitures électriques ont connu un net reflux.

Seules 6 469 voitures électriques ont été immatriculées en France en janvier 2021, à seulement 5,1% du marché total. En part de marché, c’est la première fois depuis le premier confinement que la mobilité électrique descend aussi bas. Dans le même temps, les hybrides rechargeables subissent un recul plus mesuré, à 8 185 véhicules vendus, soit 6,5% de part de marché, contre 15 119 et 8,1% en décembre 2020.

Pour autant, plus qu’un vrai changement de cap, ces chiffres s’expliquent sans doute davantage par une sorte de « rattrapage » après un mois de décembre 2020 exceptionnel. En ramenant les ventes à deux mois (décembre-janvier), les chiffres demeurent supérieurs à ceux de l’automne 2020.

De nombreux constructeurs ont en effet accéléré leurs livraisons de véhicules électriques fin 2020 (y compris avec des offres commerciales très attractives), pour baisser leur moyenne de CO2 par véhicule sur l’année 2020, afin de répondre à la nouvelle réglementation CAFE européenne.

Une tendance lourde vers une mobilité plus verte dans l’Hexagone

Ainsi, l’évolution vers une mobilité plus verte semble une tendance lourde du marché de l’automobile en France. Et l’électrique souffre aussi de la concurrence d’autre type de motorisations jugées elles aussi plus écologiques. En comparant janvier 2020 avec janvier 2021, on constate en effet un recul des motorisations à essence de 48,7% à 44,8% de parts de marché (de 65 369 unités vendues à 56 569), surtout un véritable effondrement du diesel, de 31,7% à 25,3% de parts de marché (de 42 581 unités vendues à 32 024).

Certes, ce changement s’explique en grande partie par les ventes massives d’hybrides non-rechargeable, qui atteignent les 20 077 en janvier 2021 : les constructeurs, qui souhaitent abandonner cette technologie, offrent en effet de larges ristournes sur leurs modèles encore en stock. Mais les hybrides rechargeables, nettement moins émetteurs de gaz à effet de serre, ont également connu un véritable bond en avant : seulement 3 740 unités avaient été vendues en janvier 2020.

Les véhicules à bicarburation (essence + GPL + GNV) ont également le vent en poupe, avec 2 987 unités vendues en janvier 2021 (contre 37 l’année dernière). Si leur bilan carbone est moins bon qu’une voiture électrique en France, ils s’avèrent moins polluants qu’un modèle thermique, et peuvent soutenir l’essor de la filière biogaz nationale.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 3 Nov 2017
Mises en place ces dernières années par le gouvernement en collaboration avec l’Ademe, les aides financières à la rénovation énergétique ont pour but d’inciter les ménages aux revenus modestes à entreprendre des travaux d’optimisation dans leur logement. Ces aides distribuées…
mer 5 Juil 2017
Bpifrance, filiale de la Caisse des dépôts, a annoncé lundi 3 juillet 2017, le lancement d'un nouveau fonds d'investissement doté de 100 millions d'euros, dédié aux PME et petites Entreprises de taille intermédiaires (ETI) actives dans la transition énergétique et…
jeu 8 Juin 2017
Selon un communiqué du gestionnaire du réseau électrique RTE, la France est prête à aborder la saison estivale avec sérénité. Même en cas de fortes chaleurs, la consommation de courant ne devrait pas excéder les moyennes saisonnières et pourraient même…
mer 6 Nov 2019
Ce mardi 5 novembre 2019, le Médiateur national de l'énergie a rendu public son enquête Energie-Info annuelle. Celle-ci révèle que les consommateurs ont une image du marché de l'énergie qui se dégrade, malgré une meilleure connaissance de ce dernier.  En…

COMMENTAIRES

  • marche en avant ineluctable…..dans le mur.

    A l’échelle mondiale 2/3 de l’électricité est produite par le gaz et le charbon.
    Dans la plupart des pays du monde, les VEs seront donc en faite des véhicules au gaz et au charbon.

    Et contrairement à ce qu’on nous vends partout, ça va probablement peu changer dans les années qui viennent.

    De plus, le contenu carbone d’un VE est 2 à 3 fois plus élevé que celui d’un VT thermique équivalent car la plupart des constructeurs choisissent de construire des Panzers au lieu de petite voiture type “smart”.

    Il faut sortir de cette logique stupide qui consiste à utiliser des engins de 1,500 tonnes pour déplacer “70 kilos de viande” à une vitesse moyenne de 14 km/h.

    Ce n’est pas comme ça que l’on atteindra la neutralité carbone.

    La seule vraie solution, est de réduire la taille de véhicule et de sortir du “tout voiture”

    Répondre
  • le GPL est lui aussi “THERMIQUE” sauf que sa combustion est un peu moins polluante, merci de rectifier !

    Répondre
  • Et oui, l’électricité va devenir de plus en plus verte, et sera de plus en plus utilisée pour les VE et le reste il faudra produire dans le monde 120000 TWh d’électricité presque décarbonée en 2050

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.