COP26 : vers des voitures zéro émissions en 2040 ? - L'EnerGeek

COP26 : vers des voitures zéro émissions en 2040 ?

cop26 voitures zero emissions 2040 - L'Energeek

A la veille de la fin (prévue) de la COP26, une trentaine de pays et une dizaine de constructeurs se sont entendus, ce 10 novembre 2021, sur l’objectif (non contraignant) des 100% de véhicules neufs zéro émissions, pour les voitures individuelles et les camionnettes, en 2040 au plus tard, et en 2035 au mieux. Ce même jour, une première version de la déclaration finale de la COP26 a été rendue publique.

COP26 : une première mouture de déclaration finale en demi-teinte

La COP26 de Glasgow entre dans sa dernière ligne droite. Ce 10 novembre 2011, la présidence britannique a présenté une première version de la déclaration finale de la conférence sur le climat, qui doit s’achever ce vendredi 12 novembre (mais qui peut se prolonger).

Le texte appelle les pays à « réviser et renforcer », dès 2022, les contributions nationales (NDC), via notamment des « réductions rapides, fortes et soutenues des émissions mondiales de gaz à effet de serre, dont des réductions d’émissions de CO2 de 45 % en 2030 par rapport au niveau de 2010 et à la neutralité carbone vers le milieu du siècle ».

Le texte demande également aux Etats d’« accélérer la sortie du charbon et des financements pour les énergies fossiles », première mention explicite des énergies fossiles (absente de l’Accord de Paris) dans un accord international. Le manque de données chiffrées et contraignantes, ainsi que silence sur le soutien aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables, premières victimes du changement climatique, a été critiqué.

En revanche, en fin de journée du 10 novembre, les Etats-Unis et la Chine ont présenté une surprenante (et encore mystérieuse)  “déclaration conjointe sur le renforcement de l’action climatique”, où les deux pays s’engagent à “prendre des mesures renforcées pour relever les ambitions pendant les années 2020”. Malgré l’absence de détails, le rapprochement des deux principaux pollueurs du monde, diplomatiquement à couteaux tirés, est un signe positif.

Première déclaration mondiale sur les voitures zéro émission, mais sans grandes nouveautés

Sur le front de la mobilité, cette COP26 a également débouché sur la première déclaration internationale sur les voitures zéro émissions. Certes non contraignante, elle a été signée par une trentaine de pays, une dizaine de constructeurs et plusieurs opérateurs de flottes automobiles.

« Ensemble, nous travaillerons pour faire en sorte que toutes les nouvelles voitures et camionnettes soient zéro émission au niveau mondial d’ici 2040, et au plus tard d’ici 2035 dans les principaux marchés », précise le texte.

Pour autant, la majorité des signataires d’importance avaient déjà annoncé, par ailleurs, des objectifs de 100% de voitures neuves zéro émissions dès 2030 ou 2035. C’est ainsi le cas, coté pays, du Royaume-Uni, de la Suède, de la Norvège ou des Pays-Bas, ou, coté constructeurs, de Ford, Mercedes-Benz, General Motors et Volvo.

Les nouveautés sont la présence d’Etats comme le Chili, le Ghana, le Mexique, la Turquie ou l’Inde, qui représentent d’importants marchés automobiles. Manquent à l’appel, en revanche, les Etats dominant le secteur, en Europe (Allemagne, France, Italie), en Amérique du Nord (Etats-Unis) ou en Asie (Chine, Japon, Corée du Sud), ainsi que de nombreux constructeurs, comme le groupe Renault-Nissan, Stellantis, Toyota ou Volkswagen.

Comme sur la déclaration sur la fin des investissements dans les fossiles, la France brille à nouveau par son absence, ce qui pose questions pour un pays qui se veut, selon son président, champion de la transition énergétique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 20 Fév 2020
Le groupe singapourien Vena Energy vient d'annoncer, ce mercredi 19 février 2019, qu'il allait construire une batterie de 100 MW dans l'Etat du Queensland, en Australie. Le Queensland entend en effet réussir sa transition énergétique en associant EnR (éolien et…
mar 23 Août 2016
La septième édition des Trophées des Associations, organisée par la Fondation EDF, a débuté le 22 août dernier. L’objectif de cette initiative est de mobiliser le tissu associatif français sur trois grandes thématiques : la santé et la prévention des comportements à…
ven 4 Jan 2013
Le cyclone Dumile a frappé l'Ile de la Réunion hier, le 3 janvier, faisant de nombreux dégâts matériels, principalement au niveau du réseau électrique. A 13 heures locales (10H à Paris), Dumile s'est abattu à 90 kilomètres des côtes de…
ven 12 Avr 2019
La hausse prochaine des tarifs réglementés de l’électricité continue de faire couler beaucoup d’encre. En effet, ce 12 avril 2019, deux associations viennent d'envoyer une lettre ouverte à Emmanuel Macron afin d'empêcher l’augmentation de 5,9 % en juin. L’UFC-Que Choisir…

COMMENTAIRES

  • Pas besoin d’attendre 2040 !

    Des panneaux solaires flexibles pour tous types de véhicules électriques bientôt disponibles comme sécurité et extension d’autonomie

    Le kit solaire combine un système de panneaux solaires flexibles clipsables sur le toit du véhicule électrique, un panneau solaire extensible qui se range dans le coffre, et une batterie de 6 KW pour stocker la charge d’urgence

    L’ensemble est supposé apporter 2 KWc et jusqu’à plus de 90 km d’autonomie supplémentaire à certains véhicules

    Pour rappel un européen parcourt en moyenne 40 km/jour, un américain 80 km/jour

    Plusieurs constructeurs auto comme Aptera Motors, Atlis Motor Vehicles, Fisker Inc., Lightyear One, Sono Motors etc ainsi que des marques très connues et établies comme Hyundai, Tesla et Toyota, développent déjà des voitures solaires ou des versions hybrides. Ils intègrent des cellules solaires sur les toits et les vitrages et prennent en compte d’autres parties de la carrosserie, telles que les portes, les capots, les hayons, les coffres, les planches de bord.

    L’objectif minimaliste pour certains d’entre eux (par exemple, Hyundai, Tesla, Toyota) est d’étendre l’autonomie du véhicule électrique en se rechargeant sans s’arrêter. Pour d’autres comme Aptera et Lightyear One, l’objectif est bien plus grand : utiliser rarement le réseau et réaliser la majeure partie du ravitaillement via les panneaux solaires.

    Ces derniers peuvent servir d’apport à d’autres activités et recharges.

    https://www.indiegogo.com/projects/ev-solar-kits-charge-anywhere/coming_soon

    .

    Répondre
  • Cela marche moins bien dans les parkings, de plus, avec 2m2 de cellules, les jours de grand soleil on doit pourvoir produire au grand maximum 3kWh de qui faire une dizaine de km ….

    Répondre
  • @ Alain Capitaine

    Le système proposé ne fait pas 2 m2 au total puisqu’il fournit 2 KWc

    Par ailleurs les meilleurs véhicules électriques “actuels” ne consomment que 62 Wh/km en cycle normalisé.

    Ce système apporterait donc, selon les véhicules, une extension de plusieurs dizaine de km.

    On ne peut certainement pas continuer à faire des véhicules aussi lourds, pas assez aérodynamiques comme encore actuellement qui sont une perte énorme de ressources comme d’énergie alors que les technologies actuelles permettent déjà de faire beaucoup mieux et ont encore un important potentiel, même si je sais que beaucoup de constructeurs préfèrent faire de la marge sur d’autres services dit “à valeur ajoutée” comme l’a encore indiqué le président de Renault entre autres, plutôt que de viser des véhicules les plus efficients possibles.

    Répondre
  • Question ouverte, quel véhicule fait aujourd’hui 6,2 kWh au 100 km même en cycle normalisé ?

    Répondre
  • @ Alain Capitaine

    Ce sont par exemple des véhicules-e-solaires car prévus pour consommer le moins possible

    L’Aptera Solar ne consomme que 62 Wh/km (voir leur site dans les foires aux questions notamment

    How many Wh per mile does Aptera use?

    Aptera uses 100 Watt Hours (Wh) per mile, a fraction of the energy larger EVs are using to go the same distance

    https://www.aptera.us/faq/

    .

    Répondre
  • (suite) ou proche mais 5 places au lieu de 2 la Lightyear One 83 Wh/km confirmés au cours des tests et qui pourtant est encore assez lourde

    Lightyear One is a long range solar electric vehicle designed to be grid independent and to drive anywhere. Its unique vehicle architecture and technology have been developed with high efficiency in mind, allowing Lightyear One to consume only 83 Wh/km — two to three times less energy than any other electric vehicle on the market today. This results in an exceptional range of 725 km (WLTP) with the lowest emissions, the lowest charging frequency, and 7,000 to 20,000 kilometres of free, effortless, and clean solar range every year.

    https://lightyear.one/

    Et on va pouvoir faire encore un peu mieux sous peu

    Répondre
  • Laissez tomber.
    Ce type est nul en calcul.

    Il n’y a que lui qui assez débile pour penser que 2m² de panneau solaire vont pouvoir recharger un pot de yaourt électrique en pleine hiver

    Avec les meilleurs techno, les PPV atteingnent les 300 Kwc / M²
    2 Kwc representerait donc 7m² de PPV.
    Compliqué à gérer dans des parking collectif, non ?

    Même en disposant de cette surface, en hiver avec un FC du solaire qui ne dépassent pas 5%, cela ferait récupérer sur 8 heures : 2000 x 0.05 x 8 ==> 0.8 kwh

    Avec votre voiture imaginaire qui consomme 62 wh/km (la moyenne est plutôt antre 150 wh/km et 200 wh/km) cela donnerait 12,9 km d’autonomie.

    C’est à peu pret la distance que j’ai entre mon domicile et mon boulot et moi je fais ça en vélo (sans assistance) en 35 minutes.

    Répondre
  • @ Sam Sam

    Si vous vous informiez correctement au lieu de faire toujours des commentaires débiles sans réfléchir :

    1) d’une part l’Aptera Solar comme la Lightyear One ont fait l’objet de tests externes confirmant la consommation en cycle normalisé de respectivement 62 Wh et 83 Wh par km ca va donc dans le bon sens de développer ce type de véhicules et qu’ils soient disponibles en auto-partage notamment

    L’Aptera a notamment un Cd/Cx de 0,13 (près de 2 fois moins élevé qu’une Tesla à 0,24)

    2) d’autre part le système proposé (film solaire léger déroulable depuis le coffre donc prenant très peu de place, en plus de la partie clipsée sur toiture – et d’éventuels autres emplacements dans le cas d’autres véhicules) est présenté comme “mode de dépannage ou autres services”, donc une fois de plus vous raisonnez hors sujet avec votre parking couvert qui peut d’ailleurs bénéficier de charge solaire comme beaucoup d’immeubles ou parkings le font déjà et de plus en plus et auquel Renault par exemple participe au Nord de l’Europe et notamment aux Pays-Bas, Allemagne etc et dans ce cas le facteur de charge du solaire se module en fonction des besoins locaux avec plus de solaire donc çà n’a alors pas d’importance qu’il y ait moins de solaire l’hiver puisqu’un film solaire sur un bâtiment sert aussi par exemple pour certains produits à l’étanchéité des toitures ou autres de bâtiments par exemple

    Et beaucoup de pays ont un climat pus ensoleillé que l’Europe donc globalement l’impact est important

    En Europe type Nord France la production solaire PV est plus forte au printemps qu’en été (baisse de production avec la température) et équivalente en hiver et automne

    Si vous tombez en panne électrique dans votre parking vous avez éventuellement une recharge.

    Là l’intérêt et d’avoir un mode de dépannage ou d’apport à d’autres emplois qui est fin et ne prend prend quasiment pas de place plié dans le coffre vous permet de vous rapprocher d’une borne de recharge

    Mais plus généralement le solaire sur les véhicules “appropriés”, y compris camions, bateaux etc permet un complément d’apport jusqu’à l’autonomie complète dans certains cas comme pour la Stella Vita (qui est un véhicule professionnel ou camping car avec 17,5 m2 de solaire déployables)

    Et dans tous les cas l’apport en moyenne sur l’année est important puisque l’on récupère plusieurs dizaines de km en moyenne par jour, que le coût s’amortit désormais en moins de 3 ans comme l’ont précisé des études notamment de TNO centre de R&D aux Pays-Bas, et que ces données vont encore pouvoir être améliorées sous peu avec l’évolution du solaire comme des supercondensateurs hybrides notamment qui permettent de capter plus de solaire, de récupération d’énergie au freinage etc

    Si vous êtes en terrain plutôt plat vous iriez plus vite avec plus d’efficacité énergétique (environ 2 fois moins d’énergie dépensée qu’un vélo), plus confortablement, plus d’emport possible, et seriez mieux protégé du climat et de chocs avec un vélomobile mais c’est généralement plus cher

    https://reporterre.net/Des-velomobiles-plutot-que-des-voitures-electriques

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.