Pour être écologique, le véhicule électrique doit-il être alimenté par une électricité renouvelable ? - L'EnerGeek

Pour être écologique, le véhicule électrique doit-il être alimenté par une électricité renouvelable ?

ecologique vehicule electrique electricite renouvelable - L'Energeek

 

Dans une tribune publiée ce dimanche 26 juillet 2020, Julien Tchernia, président d’ekWateur, explique que le véhicule électrique doit être alimentée par une électricité renouvelable si l’on veut qu’il soit écologique. Alimenté par une centrale à charbon, son bilan carbone est moins bon qu’une voiture à essence. D’où la nécessité de développer les renouvelables conjointement aux véhicules électriques. Cela tombe bien : une profonde synergie existe entre les deux technologies.

Un véhicule électrique alimenté par une centrale à charbon est plus polluant qu’une voiture à essence

Le véhicule électrique n’émet pas directement de gaz à effet de serre, ce qui lui donne l’image d’un moyen de transport propre. En réalité, comme pour le véhicule à hydrogène, tout dépend de l’origine de l’électricité qui propulse le véhicule, comme le rappelle Julien Tchernia, cofondateur et président d’ekWateur, dans une tribune pour L’Usine Nouvelle, ce dimanche 26 juillet 2020.

Dans l’optique de la transition énergétique, le véhicule électrique est en effet largement soutenu par les autorités, et son marché est en plein essor, notamment en France. « Le marché se porte bien et cela s’explique par plusieurs facteurs. D’une part, depuis plus de 5 ans, le gouvernement et les entreprises du secteur ont mis beaucoup de choses en œuvre pour installer l’écosystème nécessaire au développement des voitures électriques. D’autre part, les véhicules électriques d’aujourd’hui sont de plus en plus performants en termes d’autonomie », pointe ainsi Alexandre Borgolte, directeur général de DBT, spécialiste des bornes de recharge.

Julien Tchernia tempère cependant la dimension écologique du véhicule électrique. Si l’électricité est produite par une centrale thermique utilisant un combustible fossile, un véhicule à essence s’avère moins polluant.

Certes, rappelle le président d’ekWateur, « un moteur électrique a un très bon rendement : environ 90% de son énergie est transformé en énergie mécanique. Pour le moteur à explosion, ce rendement est beaucoup plus faible et de l’ordre de 35 %. Un taux sans appel en faveur du moteur électrique ».

Pour autant, il ne faut pas s’arrêter au rendement du moteur, mais étudier toute la chaîne de production. « Sachant que le rendement d’une centrale à charbon est de 30% et que la déperdition d’énergie lors du transport de l’électricité le long des câbles est de 15%, le rendement du moteur électrique passe alors à 25%. De l’autre côté, la chaîne du pétrole est très peu énergivore par rapport à l’énergie qu’elle transporte : entre l’extraction et la pompe, la perte est d’environ 10%. Cela donne un rendement total de la chaine essence de 38 % », expose Julien Tchernia.

Synergie entre véhicules électriques et renouvelables intermittentes, via le pilotage de la recharge

Il rappelle alors que les énergies renouvelables ne représentent que 17% de l’électricité produite en France, et semble sous-entendre que le véhicules électriques n’est donc pas si écologique que cela dans l’Hexagone. Il oublie de préciser que plus de 75% de l’électricité est produite en France par des centrales nucléaires, qui n’émettent pas non plus de gaz à effet de serre. Le bilan carbone des véhicules électriques de France est donc excellent !

Pour autant, le développement du véhicule électrique doit aller de pair avec celui des énergies renouvelables. Non seulement les EnR assurent un électricité verte pour propulser les voitures électrique, mais les deux technologies ont une excellente synergie. Le pilotage de la recharge, via des bornes intelligentes, est ainsi une excellente réponse à l’intermittence du solaire et de l’éolien.

« Aujourd’hui de nombreuses entreprises travaillent sur des technologies permettant de lisser la consommation. Comme ce logiciel permettant de stopper la recharge lors d’un pic de consommation d’électricité et de charger automatiquement le véhicule électrique aux heures creuses avec de l’électricité la plus verte et au prix le plus bas. La voiture électrique devient alors une partie de la solution à l’intermittence de la production de renouvelable », détaille ainsi Julien Tchernia.

« Comme le chauffe-eau électrique, en son temps, a résolu une partie du problème de la surproduction d’électricité d’origine nucléaire la nuit, la batterie des voitures électriques résout une partie de la problématique de stockage des énergie renouvelables », conclue le président d’ekWatteur.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 7 Oct 2013
Cet hiver, le gestionnaire du réseau haute tension français RTE va à nouveau mettre en place son dispositif de gestion des pics de consommation. Cette année pas moins de 5 opérateurs participent, portant à 70 MW la puissance mobilisable par…
jeu 28 Mai 2015
Alors que plus d'un milliard de personnes vivent toujours aujourd'hui sans électricité, voilà une innovation qui pourrait bien bouleverser la vie des habitants des régions du monde toujours privées de lumière. La Gravity Light propose en effet une source de luminosité…
lun 27 Mai 2013
Dans le but d’améliorer la gestion de l’énergie dans les régions insulaires, le groupe EDF a mis au point une opération-pilote du nom de Millener (Mille Installation de Gestion Energétiques dans les îles françaises). Un projet qui concerne 1.500 clients entre…
jeu 27 Avr 2017
Engagé dans un vaste plan de transformation et d'économies sur trois ans, le groupe énergétique français Engie a annoncé mercredi 19 avril 2017, la suppression de plusieurs centaines de postes dans le cadre de la réorganisation de ses fonctions support,…

COMMENTAIRES

  • Concernant les données :
    35% de rendement pour un moteur thermique => oui, à pleine charge soit à 6000tr/min, en montée et en tirant une caravane. Sinon c’est plutôt 15-20% dans des conditions classiques et 0% dès qu’on roule pas et que le moteur est allumé 🙂
    30% de rendement pour la centrale à charbon => je suis pas expert mais une centrale a plutôt intérêt à être plus efficace qu’un moteur thermique, pour la simple raison qu’elle tourne en stabilisé sur un point de rendement optimal…

    Concernant la physique :
    En admettant les inepties sur le rendement :
    Rendement total électrique : 0.3 (centrale) x 0.85 (perte dans les lignes) x 0.9 (moteur) = 0.23 => 25% en arrondi, admettons
    Rendement total thermique : 0.9 (perte extraction-pompe) x 0.35 = 0.32 et pas 38% !

    Un peu de sérieux svp!

    Répondre
  • En France, plus de 90 % (dont plus de 70 % de nucléaire sans rejets de CO2) de l’électricité est décarbonée. Donc pas de problème au niveau des émissions de CO2 liées à l’utilisation de cette électricité pour la recharge. Mais Julien Tchernia fait ici de la promotion (propagande) pour son business ! Par contre, aucun mot sur les émissions liées à la fabrication des V.E. (batteries incluses).

    Répondre
  • Effectivement le raisonnement de Monsieur Petit est concevable mais il y aura toujours ce dilemme du future des centrales nucléaires…

    Répondre
  • Attention être précis pour être crédible. Dire que … “plus de 70 % de nucléaire sans rejets de CO2” est faux car tout au long de la chaîne de production (de l’extraction du minerai à la livraison au client final, en passant par les transports de matière, la construction en béton et fer et la déconstruction, les rejets dans l’atmosphère et l’évaporation des eaux de rejets, etc…) outre les déchets radioactifs et les copieux rejets Becquerels, le nucléaire génère des Gaz à effet de serre comme n’importe quel processus technologique et industriel dont du CO2. Notons que si le réchauffement climatique est la problématique c’est bien selon le Giec les gaz à effet de serre qui en sont principalement responsable dont une infime partie pour le CO2.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.