Transition énergétique mondiale : les villes ont un rôle moteur à jouer

Transition énergétique mondiale : les villes ont un rôle moteur à jouer

renouvelables villes moteur transition energetique - L'Energeek

Un rapport, publié ce mardi 26 novembre 2019 par l’association Ren21, met en avant le rôle-clé des villes dans la transition énergétique mondiale. En effet, les villes subissent plus directement les effets de la pollution atmosphérique et des changements climatiques, et disposent aussi de plus de souplesses pour mettre en place des nouveaux modèles énergétiques décentralisés à base de renouvelables. Pour autant, elles ne peuvent se substituer aux Etats face à l’urgence climatique.

Transition énergétique : les villes plus pro-actives que les gouvernements

Ren21 est une association visant à promouvoir les énergies renouvelables : elle publie, ce mardi 26 novembre, la première édition d’un rapport sur la place des énergies renouvelables dans les villes, au niveau mondial (Renewables in Cities 2019 Global Status Report).

Le texte démontre, chiffres et actions concrètes à l’appui, que les municipalités sont beaucoup plus ambitieuses et pro-actives dans la transition énergétique que les gouvernements. « Compte tenu du fait que le système économique s’est construit autour des énergies fossiles, il est difficile pour les gouvernements nationaux de placer les préoccupations climatiques au centre de leurs actions ; ceci explique notre retard à l’échelle mondiale pour respecter l’Accord de Paris » pointe Rana Adib, secrétaire exécutive de REN21.

Les villes, elles, sont en première ligne pour constater que la conversion aux renouvelables est une nécessité, à la fois sanitaire, climatique et économique : « C’est une évidence pour elles que les énergies renouvelables réduisent les maladies pulmonaires et cardiaques, créent davantage d’emplois locaux et soulagent le budget municipal » détaille Rana Adib.

En tout, 10 000 municipalités dans le monde se sont déjà données des objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre. De nombreuses villes du Brésil, du Portugal, de Suisse ou encore du Canada se fournissent déjà en électricité majoritairement renouvelables (réseau hydraulique en tête), et souhaitent désormais s’attaquer aux émissions liées au chauffage, au refroidissement, aux transports et à l’industrie.

Certaines villes se réapproprient ainsi leur approvisionnement énergétique, en remunicipalisant les entreprises énergétiques, ou en en créant de nouvelles, comme Barcelone Energía, fondée par la municipalité pour fournir de l’électricité renouvelable aux habitants de la ville.

Pour l’urgence climatique, la santé publique, l’économie, le social, la sécurité de l’approvisionnement…

Accélérer la transition énergétique au niveau local permet notamment de réduire les morts prématurées provoquées par les gaz à effet de serre et les particules fines. M. Ban Ki-Moon, ancien Secrétaire général de l’ONU et Président du Conseil national coréen sur le climat et la qualité de l’air précise que “les villes peuvent être le fer de lance des progrès dans la lutte contre la pollution atmosphérique, en mettant en œuvre des politiques novatrices et en incubant les idées les plus innovantes, comme le fait le gouvernement métropolitain de Séoul. Nous avons les moyens nécessaires pour poursuivre la transition énergétique. Tout ce dont nous avons besoin, c’est la volonté politique et institutionnelle de faire de la transition une réalité.”

« La pollution atmosphérique est un problème mondial, mais elle a une solution locale. Copenhague veut être la première capitale climatiquement neutre du monde d’ici 2025. Cette année, nous avons mis 400 autobus électriques dans les rues et d’ici l’an prochain, les ferries devraient aussi être électrifiés » exposait en octobre 2019 le maire de Copenhague, Frank Jensen, lors de la signature d’un engagement pris par plusieurs villes européennes (dont Barcelone, Berlin, Londres, Madrid ou Paris) d’améliorer considérablement la qualité de l’air.

L’usage des énergies renouvelables intermittentes (essentiellement éolien et photovoltaïque) impose par ailleurs de basculer vers une logique de production et de consommation décentralisées, favorisée par les smart grids. L’échelon municipal est particulièrement pertinent pour déployer de telles politiques. D’autant que ces énergies renouvelables produites localement s’avèrent désormais moins onéreuses que leurs équivalents fossiles.

Autre avantage des renouvelables, et en particulier du photovoltaïque : il permet, dans les pays en voie de développement, d’électrifier efficacement des maisons ou des quartiers non reliés au réseau national.

Ces sources décentralisées sont également plus modulables et plus résiliantes aux accidents et événements climatiques. Elles offrent enfin la possibilité d’impliquer les citoyens dans leur mise en place ou leur gestion.

Aux gouvernements de s’aligner sur ces politiques ambitieuses !

L’ensemble de ces facteurs expliquent l’avance prise par les municipalités en matière de transition énergétique et de conversion aux renouvelables. La maire de Paris Anne Hidalgo le revendique notamment, comme l’a noté Hannah Murdock de Ren21, au moment de la publication du rapport.

Pour autant, à quelques jours de l’ouverture de la COP25, à Madrid, les villes ne peuvent porter seules la transition énergétique mondiale, comme le rappelle Rana Adib : « même les plus grandes villes du monde dotées d’un pouvoir décisionnel très décentralisé ne peuvent en rien se substituer à la responsabilité des gouvernements nationaux de remplir leurs engagements au titre de l’Accord de Paris”. En France, le député de l’Aude, Alain Péréa le confirme parfaitement : “Depuis de nombreuses années, on ne cesse de dire « ce sont les maires qui doivent faire tout un tas de choses » en matière de transition énergétique. Et dans le même temps le législateur et le gouvernement ne cessent d’enlever des moyens aux élus locaux.” Comme le précise donc Rana Adib “alors que la crise climatique s’intensifie, chacun doit assumer ses responsabilités”.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 18 Fév 2014
La plus puissante centrale thermodynamique au monde a été inaugurée, jeudi 13 février, dans le désert de Mojaves (Etats-Unis). A la frontière entre le Nevada et le Californie, l’Ivanpah Solar Electric Generating System est né de l’association de NRG Energy,…
lun 22 Fév 2016
Etendu sur une surface totale de 12 000 m2, l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France ouvrira ses portes dès 2017. Situé sur le campus de Paris-Saclay, il compte sur l’expertise de ses nombreux partenaires (le CNRS, l'École polytechnique, EDF, Total, Air Liquide, …)…
jeu 19 Fév 2015
Après une dizaine d'années de développement, le premier projet d'énergie houlomotrice à échelle commerciale du monde a été lancé, mercredi 18 février, sur la côte Ouest de l'Australie, au large de la ville de Perth. La société Carnegie Wave Energy a en…
François de Rugy a présenté sa démission au Premier ministre mardi 16 juillet 2019 dans l'après-midi. Depuis une semaine, le ministre de la Transition écologique et solidaire était la cible d'une série de polémiques autour de ses dépenses personnelles. Des…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.