Après le renoncement du Chili, la COP25 se tiendra-t-elle en Espagne ?

Après le renoncement du Chili, la COP25 se tiendra-t-elle en Espagne ?

cop25 espagne renoncement chili - L'Energeek

Ce jeudi 31 octobre 2019, le chef de l’Etat espagnol, Pedro Sanchez, a proposé que l’Espagne assure l’organisation de la COP25, suite au désistement du Chili, en proie à une violente crise sociale. Reste à savoir si Madrid aura le temps nécessaire pour accueillir efficacement ce dernier moment politique avant la cruciale COP26 de 2020.

COP25 : Pedro Sanchez propose de reprendre le flambeau du Chili

Une malédiction semble planer sur la COP25. Elle a été attribuée à l’origine au Brésil, mais le pays y a renoncé en décembre 2018, suite à l’arrivée au pouvoir du climato-sceptique Jair Bolsonaro. Le Chili se porte candidat pour assurer la relève, et la COP25 devait se tenir à Santiago du Chili, du 2 au 13 décembre 2019.

Mais la crise sociale de grande ampleur, qui secoue ce pays pourtant réputé pour sa stabilité et qui a déjà fait 20 morts, a poussé, le 30 octobre 2019, le président chilien Sebastian Piñera à renoncer à accueillir cette COP. Le premier ministre espagnol, Pedro Sanchez, lui a proposé, ce 31 octobre 2019, de prendre la relève, aux mêmes dates, pour l’organiser à Madrid, « vu le court délai disponible et l’importance de garantir que la COP25, se tienne normalement », selon un communiqué officiel de la présidence espagnole.

Madrid peut-elle organiser une COP en à peine plus d’un mois ?

L’ONU avait annoncé, le jour du renoncement chilien, qu’elle « étudiait les alternatives » pour accueillir la COP25. La proposition espagnole est, pour l’organisation, une excellente surprise, tant il semblait improbable qu’un Etat se sente capable de boucler l’accueil de 25 000 personnes (dont des chefs d’Etat et de gouvernement) en à peine plus d’un mois.

« L’organisation d’un événement d’une telle taille et d’une telle importance ne s’improvise pas : cela nécessite des mois de préparation, au mieux une année, pour régler les problèmes logistiques, construire un vaste centre de conférence et trouver les capacités d’hébergement », pointait ainsi Paul Watkinson, président de l’organe de conseil scientifique et technologique de la CCNUCC.

Reste à savoir si Madrid a, effectivement, les moyens d’assurer une telle organisation. D’un point de vue logistique, la capitale espagnole dispose du nécessaire, mais il faudra redoubler d’efforts pour tenir les délais. Et ce, alors que des élections législatives sont programmées en Espagne le 11 novembre : ces élections ne devraient déboucher sur aucune majorité claire, si bien que le pays ne devrait plus avoir de gouvernement aux dates de la COP25.

Une étape intermédiaire avec la COP26 de 2020, où de nouveaux engagements sont attendus

Cette COP25 est une étape intermédiaire avant la COP26, qui se tiendra à Glasgow (Royaume-Uni), en décembre 2020, et où les Etats signataires de l’Accord de Paris doivent présenter leurs nouveaux plans, plus ambitieux, de réduction d’émissions de gaz à effet de serre.

Organisée dans la foulée du sommet de l’ONU sur le climat de septembre 2019, cette COP25 peut être l’occasion pour des Etats de s’entendre et d’envoyer des signaux politiques forts, dans un contexte où les problématiques climatiques ne cessent de prendre de l’ampleur dans le débat public. Surnommée « COP bleue », elle doit mettre l’accent sur le rôle des océans dans les changements climatiques.

L’enjeu, in fine, est de maintenir le réchauffement climatique sous les 2°C, alors que la poursuite des politiques actuelles conduirait, selon le dernier rapport du GIEC, à un réchauffement de 3°C, dont les conséquences seraient dramatiques et irréversibles.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 5 Fév 2014
L’ancienne cité minière de Gardanne a inauguré, samedi 25 janvier, un parc photovoltaïque de 38 000 panneaux solaires, pour une puissance de 10 MW. C’est le deuxième plus grand parc photovoltaïque du département. Il a été installé sur un ancien terril…
mer 14 Août 2013
SOL, le premier ordinateur portable solaire sous Linux va être présenté au public le 18 août par l’entreprise canadienne WeWi qui destine ce produit au continent africain. Cet ordinateur portable est équipé de panneaux photovoltaïques qui lui permettent de fonctionner…
mar 7 Juin 2016
L’Association méditerranéenne des agences nationales pour l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables (Medener) organisait sa 4e conférence internationale fin mai dernier, alors que l'espace maritime qui relie entre elles Europe, Afrique et Asie va faire face à de nombreux défis dans les…
jeu 2 Juil 2015
Utiliser de l'eau de pluie pour refroidir les panneaux photovoltaïques et ainsi améliorer leur efficacité, c'est l'idée qu'a eue Nicolas Cristi, le fondateur de la start-up toulousaine SUNIBrain. Après un premier test concluant sur un site pilote d'expérimentation, la jeune…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.