Avec Iter, la démonstration de la fusion nucléaire se rapproche-t-elle ?

Avec Iter, la démonstration de la fusion nucléaire se rapproche-t-elle ?

fusion nucléaire

Pour l’instant, la France a renoncé au projet de réacteur nucléaire Astrid. Pourtant, le rôle de l’atome dans la lutte contre le réchauffement climatique est de plus en plus reconnu. En effet, toutes les sources d’énergie bas carbone auront leur place dans le mix électrique de demain, au moins jusqu’à ce que la fusion nucléaire prenne le relai. Interrogée à ce sujet lors de la Convention Citoyenne, la ministre de la Transition écologique et solidaire a toutefois indiqué le 6 octobre 2019 que le projet International thermonuclear experimental reactor (Iter) n’aboutirait pas avant plusieurs décennies.

A quelle génération de réacteurs en est-on ?

Actuellement, les réacteurs nucléaires en service dans le monde fonctionnent grâce à une technologie de 2ème ou de 3ème génération. C’est notamment le cas du parc nucléaire français. L’EPR de Flamanville, correspond ainsi à la 3ème génération de réacteurs nucléaires. Il est supposé offrir une plus grande puissance, pour assurer une plus grosse production énergétique et plus de sécurité.

Malgré ces avancées, il ne représente toutefois pas une véritable rupture technologique. Avec la 4ème génération en revanche, l’objectif était notamment d’optimiser le combustible.

La 4ème génération actuellement dans l’impasse

Plusieurs projets de réacteurs de 4ème génération ont été sélectionnés lors Forum International Génération IV. Comme le rappelle le PDG d’Orano, Philippe Knoch : “Le nucléaire est une énergie jeune et l’objectif de notre industrie dans les années à venir est d’apprendre à construire des centrales encore plus sûres, plus rapidement et moins cher !

Pourtant, le projet ASTRID a finalement été abandonné. Une situation avait été anticipée selon Philippe Knoch :”nous avons démontré que, même sans Astrid, nous allions pouvoir recycler plusieurs fois le plutonium, ce qui constitue un progrès pour la transition énergétique“.

Cependant, face à la hausse des besoins en électricité, de plus en plus de pays émergents se tournent vers l’atome. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) estime ainsi que le nucléaire a un rôle à jouer pour décarboner la production d’électricité au cours des prochaines décennies. Si dans un premier temps, les Small modular reactors(SMR) comme Nuward doivent permettre de répondre à la demande en électricité, d’autres solutions devront être envisagées pour éviter la pénurie d’uranium.

Fusion nucléaire: un réacteur de 5ème génération ?

C’est d’ailleurs l’objectif du partenariat stratégique passé entre l’Union Européenne, la Chine, le Japon, les Etats-Unis, la Russie, l’Inde et la Corée. Avec le réacteur Iter, la fusion nucléaire doit permettre, à terme, de disposer d’une énergie bas carbone et quasi-illimitée. Toutefois, lors de l’ouverture de la Convention Citoyenne, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, a rappelé qu’une telle technologie ne serait pas maîtrisée avant plusieurs décennies.

D’après l’ingénieur de l’Institut de Physique du Globe de Paris, Philippe  Charlez : “la première production d’électricité à partir de la fusion est prévue entre 2035 et 2040“. C’est pourquoi, après le renouvellement du parc nucléaire avec des réacteurs de 3ème génération, exploitables au moins 40 ans, on peut parfaitement imaginer qu’un réacteur de 5ème génération vienne supplanter les réacteurs de 4ème génération.

Suivre le chemin Iter, et après ?

Comme l’explique la Revue de l’énergie, avec Iter l’ambition est de “maîtriser l’énergie des étoiles“. Et comme l’explique Bernard Bigot, directeur général d’Iter Organization, “plusieurs membres d’Iter ont engagé les études conceptuelles de “la machine d’après”, collectivement baptisée DEMO“.

En Chine, la construction du China Fusion Engineering Test Reactor pourrait débuter en 2030. En Corée, on estime pouvoir lancer le K DEMO en 2027. En Russie, le projet DEMO-Fusion Neutron source (FNS) est également sur les rails. Au demeurant, Bernard Bigot rappelle que “la quête de l’énergie de fusion a mobilisé trois générations de physiciens et d’ingénieurs” et selon lui, “ces hommes et ces femmes sont semblables aux bâtisseurs de cathédrales : ceux d’entre eux qui creusaient les fondations savaient que d’autres, longtemps après eux, dresseraient la flèche vers le ciel.”

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Fév 2020
L'ambassadeur de l'Inde en Russie a déclaré, ce dimanche 9 février 2020, que les deux pays pourraient étendre leur partenariat dans la construction de centrales nucléaires à plusieurs projets en Afrique et au Moyen-Orient. La première centrale nucléaire du Bangladesh,…
mer 21 Mai 2014
La centrale nucléaire de Mühleberg située dans le canton de Berne, en Suisse, fermera bien ses portes en 2019 comme prévu au préalable par la société BKW. Malgré la programmation de sa mise hors service, des opposants avaient tout de…
mar 17 Sep 2013
L'unique réacteur nucléaire encore en service au Japon a été arrêté ce dimanche 15 septembre. Le Japon se retrouve une nouvelle fois sans énergie nucléaire pour une durée encore indéterminée pour le moment. L'exploitant de la centrale, la compagnie Kansai…
mar 2 Sep 2014
Le groupe nucléaire Areva a annoncé dans la nuit de dimanche à lundi 1er septembre, un délai supplémentaire pour la mise en service du réacteur nucléaire de nouvelle génération EPR en construction à Olkiluoto en Finlande. Prévu à l'origine pour…

COMMENTAIRES

  • Je pense que l’énergie atomique avec la fusion est l’énergie de l’avenir; car elle ne produit pas de déchets importants et dangereux. Le stockage des déchets qui restent actif 100 ans ou plus ne peut etre la solution; bien que actuellement, vu la monté vertigineuse des températures, c’est dans les moins mauvaises..Vu l’urgence, il faut exploiter toute les nouvelles solutions non polluantes de production, en leur donnant leur chance et les financements nécessaires pour au moins faire des tests réels en accordant les fiinancements aux meilleurs taux.
    L’heure n’est plus aux pallabre stériles; mais aux solutions non polluantes à exploiter et à la réactivité de leur réalisations

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.