EPR : la troisième génération de réacteurs est-elle révolutionnaire ?

EPR : la troisième génération de réacteurs est-elle révolutionnaire ?

EPR-Flamanville-france-taishan-chine

L’EPR, réacteur nucléaire dit de « troisième génération », commence à faire ses preuves. Une technologie qui va donc contribuer à la transition énergétique en France et dans le monde. Si elle présente de nombreux avantages, cette génération de réacteurs nucléaires est-elle vraiment révolutionnaire ?

L’EPR, c’est quoi ?

À l’origine, l’European Pressurized Reactor (EPR) est un réacteur nucléaire imaginé dans le cadre d’un partenariat franco-allemand. En 1998, l’Allemagne décide pourtant d’arrêter le développement de l’énergie nucléaire et Siemens se désengage. Pourtant, le projet continue, en confirmant les objectifs initiaux dans le domaine de la sûreté. Selon l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire, c’est “le premier réacteur français à bénéficier des enseignements tirés des accidents nucléaires de Three Mile Island, aux États-Unis, et de Tchernobyl, en Ukraine“.

Pour obtenir ce résultat, plusieurs mécanismes ont été imaginés dès sa conception. Ainsi, l’alimentation des systèmes de sûreté est assurée par quatre 4 générateurs diesel d’urgence, complétés par 2 générateurs diesel d’ultime secours et par 6 batteries destinées à alimenter le contrôle-commande et certains équipements essentiels. Les systèmes de refroidissement sont également doublés. Des vannes de dépressurisation ont été ajoutées par rapport aux réacteurs de seconde génération.

Autant de précautions qui permettaient à Anne Lauvergeon d’affirmer en 2011 que “s’il y avait des EPR à Fukushima, il n’y aurait pas de fuites possibles dans l’environnement, quelle que soit la situation”. L’EPR semble être également à la hauteur des enjeux de sécurité de plus en plus forts, puisque l’EPR a été conçu pour résister au crash d’un avion. Les normes qui régissent ce réacteur sont donc bien plus élevées et sûres, mais cela en fait-il un réacteur à proprement parlé “révolutionnaire” ?

L’EPR : les prémisses d’un changement radical dans l’énergie atomique ?

Avec une espérance de vie minimale de soixante ans (contre quarante pour les réacteurs déjà en service), une puissance de 1 600 mégawatts contre 1 450 mégawatts pour les derniers réacteurs construits en France et une énergie qui reste très peu carbonnée, l’EPR dispose d’atouts indéniables. Ainsi, l’énergie nucléaire aura un probablement un rôle à jouer aux côtés des énergies renouvelables. En effet, d’après le CEO d’EDF Energy, Simone Rossi, pour atteindre la neutralité carbone, l’électricité devra user de cette complémentarité. Le Royaume-Uni a effectivement misé sur l’EPR pour assurer son indépendance énergétique, et le chantier d’Hinkley Point avance rapidement.

Ces atouts certains ne peuvent toutefois pas assurer un caractère complètement novateur à ce réacteur. Les experts préfèrent parler d’une évolution significative plutôt que d’une “révolution“. La troisième génération de réacteurs nucléaires ne constitue pas un chamboulement majeur bien que des avancées décisives soient constatées dans le domaine de la sûreté. Le tout premier EPR a été branché au réseau en juin 2018. Une date historique pour l’énergie nucléaire qui a eu pour théâtre la Chine. EDF a mené à bien son tout premier chantier au monde à Taishan, au cœur de l’Empire du Milieu. D’ailleurs, le jeudi 2 mai 2019, le combustible a été chargé dans l’EPR de Taishan 2.

En France, Emmanuel Macron a demandé à EDF de mettre la filière en ordre de marche. D’ici 2021, l’exécutif pourrait commander une série de réacteurs EPR pour renouveler le parc français. Parallèlement, les chercheurs du CEA continuent d’avancer sur le projet Astrid. La quatrième génération, avec le fameux “réacteur mangeur de déchet” sera, elle, vraiment révolutionnaire, si les financements sont maintenus pour le site de Marcoule !

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 18 Juin 2018
Alors qu'en France et dans d'autres pays européens, la tendance est à la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique, la Grande-Bretagne cherche au contraire à développer son parc nucléaire. La raison : le pays a besoin…
mer 11 Juin 2014
EDF a annoncé vendredi 6 juin la réalisation des premiers essais de mise en service de la salle des commandes de l'EPR de Flamanville. Une opération qui constitue la première étape vers le lancement de ce futur "centre névralgique" de…
ven 26 Août 2016
Dans un article publié dans le quotidien économique La Tribune, le directeur de la stratégie d’EDF Energies Nouvelles, Nicolas Couderc, assure que « la révolution énergétique a déjà eu lieu ». Alors que l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit une accélération du…
jeu 14 Nov 2019
Depuis lundi 11 novembre 2019, plusieurs séismes secouent la France. Les régions Auvergne Rhône-Alpes et Grand Est ont notamment été touchées, et par mesure de précaution, EDF a décidé de procéder à des vérifications sur ses centrales nucléaires. Si l’Institut…

COMMENTAIRES

  • Je suis ires interrogatif. On parle beaucoup de l’EPR et on ne parle pas de la fusion nucléaire et notamment du site d’ITER , de cette technologie qui me semble etre une technologie qui est aussi prometteuse que la technologie de la fission. Pourquoi ne parle t’on pas de ce projet. Tout ceci avec mon inculture en la matière mais pour avoir visité le site et vu l’enthousiasme des chercheurs et techniciens de ce nucléaire, je pensais que l’énergie propre était à porté de main.

    Répondre
  • le coût de Flamanville était au départ estimé à 3 milliards d’euros, on en est actuellement à 10.5. Le chantier, entamé en 2007, était censé s’achever en 2012.

    Ces données seront à actualiser très prochainement suite aux derniers avatars :
    https://www.alternatives-economiques.fr/affaire-soudures-de-lepr-une-claque-edf/00088957, à propos desquels votre silence est assourdissant et permet de ne plus laisser planer le moindre doute sur votre parti pris.

    Alors bien sûr que si! dans son genre (surcoût pharaonique, retard épique) l’EPR est vraiment ré-vo-lu-tion-naire…

    Répondre
  • Même a 11 milliards, ça reste beaucoup moins cher que les ENR !!!!!
    Pour produire la même puissance en éolien ça coute 27 milliards et ça sans prendre en compte le coût de l’intermittence. …
    Ceux qui pensent que le photovoltaïque ou ou l’éolien peuvent se substituer au nucléaire n’ont vraiment rien compris…

    Répondre
  • Avez vous des sources pour appuyer ce que vous avancez ?
    Car, selon mes informations, les anglais ont acceptés de payer l’énergie issue de Hinkley point C 105 € / MWh (garanti sur 35 ans, indexé à 100% sur l’inflation), alors que le dernier appel d’offres solaires est sorti à 56,8 € / MWh (tarif sur 20 ans, indexé sur 20% de l’inflation) et l’éolien à 55 € / MWh…
    Du coup je me demande si vous avez des informations qui m’auraient échappées (et ne me parlez pas de l’intermittence, vous avez vous même fixé les règles : “27 milliards et ça sans prendre en compte le coût de l’intermittence”)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.