En Chine, l’EPR français de Taishan est raccordé au réseau

En Chine, l’EPR français de Taishan est raccordé au réseau

Taishan-EPR

Alors que Nicolas Hulot rappelait vendredi 29 juin 2018 sa volonté de publier prochainement un échéancier sur la fermeture des centrales nucléaires en France, l’exploitant EDF annonçait au même moment avoir raccordé avec succès son premier réacteur EPR au réseau national chinois. Une étape décisive qui dénote de la maturité technologique des réacteurs de troisième génération et permet au groupe français de renforcer ses positions sur le marché du nucléaire international.

Si l’EPR (réacteur pressurisé européen), réacteur de troisième génération conçu et développé par Framatome (ex-Areva NP), EDF et leurs partenaires allemands, a connu jusqu’à présent quelques imprévus et retards dans son processus de construction, une première unité est finalement entrée en exploitation sur le site nucléaire de Taishan, dans la province du Guangdong, dans le sud-est de la Chine. Selon un communiqué officiel du groupe EDF publié vendredi 29 juin 2018, le groupe français et son partenaire (la compagnie locale CGN) ont raccordé avec succès au réseau national chinois le premier des deux réacteurs EPR de la centrale de Taishan. « Le 29 juin à 17h59 (heure locale), l’unité n°1 de Taishan (Chine) a établi avec succès sa connexion au réseau, une première pour un réacteur EPR dans le monde », précise EDF.

Une “collaboration fructueuse” entre EDF et CGN

Pour rappel, la Commission de sûreté nucléaire chinoise avait donné son accord au chargement du combustible au mois d’avril, soulignant que l’EPR chinois serait le premier au monde à entrer en service dans le courant de l’année 2018, si les derniers essais de démarrage et la montée en puissance progressive du réacteur étaient réalisés dans des conditions satisfaisantes. C’est désormais chose faite puisqu’après avoir terminé tous les essais préparatoires, l’unité 1 de Taishan a réalisé sa première réaction en chaîne le 6 juin dernier, et finalisé les essais sur l’alternateur et les tests de connexion au réseau le 29 juin.

Ce premier réacteur EPR mené à son terme aura bénéficié tout au long de sa construction des retours d’expérience des autres chantiers en cours (dont celui de Flamanville 3 notamment), et affiche aujourd’hui un niveau de sûreté et une puissante de production (1650 MW) jamais atteints jusqu’ici. Le succès de ce projet dénote d’une « collaboration fructueuse entre CGN et EDF », et « apporte aux réacteurs de même technologie dans le monde une expérience précieuse en matière de gestion de projet et de maîtrise technologique », se félicite le groupe français.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 9 Juil 2016
Le sommet des "Trois amigos", organisé le 29 juin dernier à Ottawa, fut consacré cette année principalement à des questions d'ordre climatique et énergétique. Les dirigeants des Etats-Unis, du Mexique et du Canada s'y sont engagés à coordonner leur politique en…
mar 21 Mai 2013
Si l’accident de Fukushima en mars 2011 a relancé le débat sur la sécurité de la filière nucléaire, celle-ci ne semble pas être réellement affaiblie. De nombreux réacteurs sont actuellement en construction et d’autres en projet. Selon les chiffres de…
mar 29 Avr 2014
Avec l’émergence des nouveaux pays industriels, la compétition mondiale s’intensifie, et les coûts énergétiques deviennent au cœur de la stratégie des Etats. Parmi les options discutées, le nucléaire un temps stigmatisé par certains, continue de susciter l’intérêt des pays voulant…
lun 10 Avr 2017
Interrogé jeudi 30 mars 2017 sur l'avancée des négociations en Inde et la vente potentielle de six réacteurs de troisième génération à New Dehli, Xavier Ursat, le directeur exécutif du groupe EDF en charge de l'ingénierie et des projets, s'est…

COMMENTAIRES

  • Curieux quand même que l’EPR chinois démarre plus vite que les autres EPR. Il serait intéressant de savoir si les autorités chinoises font de la sous-traitance à 8 niveaux comme en France ou si elles contrôlent directement les fabrications et les montages.
    L’humour (involontaire) de l’article est celui relatif au retour d’expérience. Ce serait plutôt à Flamanville de bénéficier du retour d’expérience chinois non ?

    Répondre
  • Je suis l’affaire de l’énergie nucléaire avec intérêt avec la position dogmatique des écologistes sur l’arrêt du nucléaire. Les Chinois mettent en service l’EPR mis en chantier 3 ans après Flamanville. Pour les Chinois l’énergie nucléaire est un élément de la réduction des gaz à effet de serre; ils ont mis en chantier 30 centrales nucléaires. Suite à la faillite d’AREVA devenue Framatome EdF a un problème de financement et les Chinois sont entrés au capital du montage financier de la construction des 2 EPR d’HINKELEY POINT en Grande Bretagne. Je tiens à confirmer que l’écologie devient une religion avec ses dogmes.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.