Le Brexit rappelle l'importance d'avoir un mix électrique diversifié

Le Brexit rappelle l’importance d’avoir un mix électrique diversifié

Le 9 août 2019, une gigantesque panne d’électricité a semé le trouble Outre-Manche. Après New-York, la capitale britannique s’est retrouvée plongée dans le noir. Alors que certains accusent le développement des énergies renouvelables intermittentes, cet épisode souligne au moins l’importance d’avoir un mix électrique diversifié en ces temps de Brexit…

La Grande-Bretagne dans le vert… avant d’être dans le noir

Le 9 août 2019, en Grande-Bretagne, une gigantesque panne de courant s’est produite. Ce jour-là, le National Grid (qui gère le réseau électrique britannique) expliquait : “nous avons connu un événement inattendu et inhabituel (…) la perte de deux générateurs connectés au système de transmission britannique (…) [ayant pour conséquence] une chute de fréquence du système électrique“.

Non seulement un million de personnes ont été touchées, mais les infrastructures des transports et des hôpitaux publics ont aussi subi la panne. Et parallèlement, pour la première fois de son histoire, la Grande-Bretagne pouvait se targuer d’avoir un mix électrique composé aux deux tiers d’énergies renouvelables (éolien et solaire notamment). C’est pourquoi, certains estiment que cet incident est lié aux énergies renouvelables intermittentes.

Augmenter la part des ENR sans diminuer la fiabilité du réseau électrique

Selon, Didier Holleaux, directeur général adjoint d’ENGIE : “Nulle énergie ne suffit à satisfaire tous les besoins au meilleur coût avec le moins de CO2 possible“. Ainsi pour produire une énergie bas carbone, il faudrait miser sur la complémentarité des différents moyens de production.

En effet, si la diversification d’un mix électrique renforce la fiabilité de la production, elle est aussi un atout pour faire baisser les émissions de CO2. En France, le mix électrique bénéficie à la fois d’un parc nucléaire modulable et d’une énergie hydraulique très développée. C’est un atout qui a d’ailleurs été remarqué par nos voisins britanniques. Après largement misé sur l’éolien, notamment offshore, les autorités ont ainsi décidé la construction de plusieurs tranches nucléaires, en optant pour des EPR.

La clé d’un mix électrique bas carbone : le stockage

Seulement, miser sur la diversification des sources électriques ne suffit pas. Pour que la part grandissante des énergies renouvelables soit facilement assimilable par le réseau électrique, il faut également déployer des solutions de stockage. En France, ce besoin s’est notamment matérialisé avec le plan stockage électrique d’EDF.

Parallèlement, le gouvernement a adopté un plan hydrogène. Le stockage par production d’hydrogène, s’il est réalisé avec de l’énergie verte, est un moyen efficace de stocker l’électricité sans émettre de CO2. De son côté, l’Union Européenne encourage à renforcer les interconnexions électriques. Une solution qui pourrait toutefois s’avérer plus difficile à mettre en oeuvre en Angleterre avec le Brexit. Dans une étude de 2018, Carole Mathieu de l’Institut français des relations internationales indiquait : “toute prise de distance avec la législation européenne est de nature à générer de l’incertitude qui pourrait réduire la marche du progrès en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre“.

Aujourd’hui, Edouard Philippe et Emmanuel Macron estiment que la France est prête à affronter un Brexit sans accord. Mais la situation dans l’Ouest français semble donner raison aux travaux de l’Ifri. En effet, sans interconnexion avec le Royaume Uni, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) souligne l’importance de conserver pour l’instant des moyens de production pilotables comme la centrale de Cordemais, au moins en attendant la mise en service de l’EPR de Flamanville.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 24 Août 2017
Dans le cadre d’un vaste programme de privatisation décidé en 2016 afin de réduire l’endettement de l’Etat, la compagnie publique d’électricité brésilienne Eletrobras pourrait prochainement passer sous le giron d’actionnaires privés. C’est en tous cas le souhait du ministère de…
mer 6 Déc 2017
Délaissé depuis 2015 en raison d'un prix sur le marché de gros de l'électricité plus intéressant, l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) a connu ces derniers mois un regain d'intérêt de la part des fournisseurs alternatifs. Selon un communiqué…
lun 6 Mar 2017
En tant que source d'opportunités économiques pour les entreprises, la transition énergétique pour une croissance verte doit être soutenue et rendue davantage accessible. Dans un rapport publié jeudi 2 mars dernier, le Conseil général de l'économie, dépendant du ministère de…
mar 31 Juil 2018
La France, l'Espagne et le Portugal ont officialisé vendredi 27 juillet la signature d’un accord pour la construction d’une nouvelle interconnexion sous-marine reliant leurs réseaux électriques. Cette nouvelle ligne à très haute tension passera sous le Golfe de Gascogne et…

COMMENTAIRES

  • C’est bien connu : Il vaut mieux ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

    Mais tous les paniers ne se valent pas…

    Autant le nucléaire et l’hydraulique ont leurs atouts pour sécuriser un approvisionnement électrique (le nôtre repose pour l’essentiel sur ces énergies depuis 30 ans), autant les énergies intermittentes et impilotables ne présentent aucun intérêt pour cela : il suffit d’un soir sans vent pour qu’elles ne soient plus d’aucune aide.

    Et en France, en matière de sécurisation de notre approvisionnement énergétique, il vaudrait mieux s’attaquer aux deux tiers fossiles qu’au tiers électrique.

    Les deux tiers fossiles provoquent du réchauffement climatique, des dizaines de milliers de morts par an avec la pollution, du déficit commercial et donc du chômage. Le tiers électrique nettement moins.

    Répondre
  • J’oubliais : Les deux tiers fossiles sont en voie d’épuisement.

    Donc quand bien même on se moquerait des coûts, de l’emploi, de la santé et du climat, il va quand même falloir s’y attaquer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.