Nucléaire : EDF signe pour 6 milliards d’euros de prêts verts

Nucléaire : EDF signe pour 6 milliards d’euros de prêts verts

nucléaire prêt vert EDF

EDF intensifie ses efforts de modernisation nucléaire avec le lancement historique de prêts verts de 6 milliards d’euros destinés à prolonger la durée de vie de ses centrales en France.

Un engagement sans précédent

EDF a franchi un cap majeur en adhérant à la classification européenne des prêts verts. Les fonds, s’élevant à 6 milliards d’euros, seront utilisés pour financer les améliorations nécessaires au maintien et à l’extension des capacités des centrales nucléaires. Ces prêts devront être remboursés sur trois à cinq ans et ont été accordés par « de grandes banques internationales dont BNP Paribas, Bank of America, Crédit Agricole CIB, ING, Natixis CIB, Société Générale, Wells Fargo », peut-on lire sur le site Sud Ouest.

Ce financement vise à porter la durée de vie des centrales nucléaires jusqu’à 60 ans, voire plus. Ces investissements sont essentiels non seulement pour la production énergétique de la France mais aussi pour assurer un avenir où l’énergie nucléaire joue un rôle central dans la réduction des émissions de carbone.

Un investissement de 66 milliards d’euros

La décision du Parlement européen d’inclure le nucléaire comme énergie durable a suscité de vifs débats. En juillet 2022, cette classification a été officiellement adoptée malgré l’opposition des écologistes, qui contestent la durabilité du nucléaire face aux défis climatiques actuels. Dans ce contexte, les prêts verts d’EDF sont vus à la fois comme une avancée et comme un sujet de discorde, reflétant le clivage entre la nécessité de transition énergétique et les impératifs environnementaux.

L’initiative de modernisation ne se limite pas à prolonger la vie des installations existantes. EDF envisage également de construire jusqu’à 14 nouveaux réacteurs, s’inscrivant dans un effort national pour augmenter la capacité de production d’électricité sans carbone. Le programme de grand carénage, débuté en 2015, représente un investissement de 66 milliards d’euros sur deux phases. Ce projet ambitieux est essentiel pour préparer l’infrastructure nucléaire française aux besoins futurs et à un paysage énergétique en mutation.

Rédigé par : Stéphanie Haerts

Avatar
Rédactrice dans la finance et l'économie depuis 2010. Après un Master en Journalisme, Stéphanie a travaillé pour un courtier en ligne à Londres où elle présentait un point bourse journalier sur LCI. Elle rejoint l'équipe d'Économie Matin en 2019, où elle écrit sur des sujets liés à la consommation, la finance, les technologies, l'énergie et l'éducation.
ven 20 Oct 2023
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, était "L'invitée politique" sur Sud Radio, interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 20 octobre 2023, dans “L’invité politique”. L'annonce de la réforme de la tarification énergétique européenne marque un tournant dans…
mer 8 Nov 2023
À l'approche de l'hiver, la question de la sécurité énergétique en France prend une tournure rassurante. Les dernières analyses de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) prévoient un hiver 2023-2024 sous de meilleurs auspices que le précédent, avec un risque de…
mar 7 Fév 2023
Le relèvement du plafond de l'Arenh décidée par le gouvernement n'était "pas excessif compte tenu du contexte exceptionnel » a décidé le Conseil d’Etat dans un arrêt rendu public vendredi 3 février.   «  Saisi par EDF et des organisations de…
ven 31 Mai 2024
Du changement dans le domaine du nucléaire. À compter du 31 mai 2024, EDF reprend la gestion des activités du géant américain General Electric. L’accord est finalisé depuis deux ans mais il a tardé à être appliqué. Du changement dans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.