L'ASN autorise le redémarrage de 9 réacteurs nucléaires L'ASN autorise le redémarrage de 9 réacteurs nucléaires

Contrôle de sûreté : l’ASN autorise le redémarrage de 9 réacteurs nucléaires sur 12

nucléaire

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a donné le 12 janvier dernier son accord de principe pour le redémarrage de 9 des 12 réacteurs nucléaires français concernés par des contrôles de sûreté. L’ASN a jugé que les anomalies présentées par les générateurs de vapeur de unités de 900 MWe n’entraînaient pas de risques compte tenu des résultats des contrôles réalisés et des justifications techniques apportées par EDF.

En juin 2016, l’ASN avait demandé à l’exploitant EDF de mener des essais complémentaires sur les générateurs de vapeur équipant 18 réacteurs, potentiellement affectés par des teneurs en carbone excessives. Certains fonds primaires de ces générateurs, fabriqués par Areva au Creusot (Saône-et-Loire) ou par JCFC au Japon, pouvaient en effet présenter une zone de concentration importante en carbone, affaiblissant potentiellement leurs propriétés mécaniques.

Lire aussi : Redémarrer un réacteur nucléaire : un processus long et complexe

Si les six générateurs de vapeur forgés par le Creusot avaient été considérés, après contrôle, comme ne posant pas de problème en termes de sûreté (et donc rapidement redémarrés), la question s’était focalisée depuis la rentrée sur les douze fabriqués pour partie par JCFC. L’ASN avait demandé le 18 octobre dernier à EDF de réaliser sous trois mois des contrôles complémentaires sur ces générateurs de vapeur. Il vient aujourd’hui de valider le redémarrage de neuf de ces douze réacteurs, dont sept ont déjà redémarré et deux autres (Tricastin 4 et Civaux 2) doivent redémarrer respectivement le 16 janvier et le 26 janvier.

Lire aussi : Nucléaire : une énergie stratégique pour aujourd’hui comme pour demain ?

Au final, seuls trois réacteurs restent encore à contrôler et le seront dans les mois à venir. L’ASN précise en effet avoir validé en parallèle la demande de l’énergéticien français de reporter de deux semaines l’échéance des contrôles prescrits pour le réacteur 2 de la centrale nucléaire du Tricastin en raison de la vague de froid attendue cette semaine et des risques qui pèsent logiquement sur l’approvisionnement électrique national. L’ASN a considéré « ce report comme acceptable au regard de la sûreté et a fixé au 3 février 2017 l’échéance des contrôles pour ce réacteur », et pourrait faire de même concernant l’échéance des contrôles prescrits pour le réacteur 1 de la centrale de Civaux. Le réacteur Civaux 2 est quant à lui apte au redémarrage et n’attend plus que le feu vert de l’ASN qui examine actuellement les conclusions du groupe EDF en collaboration avec l’IRSN.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 23 Déc 2015
Alors que l’action vient de perdre 56% en Bourse, Toshiba entame un plan de restructuration et révèle son intention de se recentrer sur son activité nucléaire. Frappé par un scandale financier, le groupe japonais décide de faire le pari de l’atome…
jeu 1 Août 2013
A l’occasion de la présentation des résultats financiers d’EDF, Henri Proglio a démenti la rumeur véhiculée par le Nouvel Observateur selon laquelle le coût des grands travaux du parc nucléaire français se chiffrerait à 70 milliards d’euros. Selon le PDG…
mar 1 Déc 2015
Pour un montant de « plusieurs dizaines de millions d’euros », Areva vient de signer un contrat lui confiant la responsabilité de démanteler le réacteur nucléaire Superphénix. C’est la première fois en France que de pareilles opérations seront réalisées sur un réacteur de…
ven 26 Sep 2014
Le gouvernement fédéral australien a exclu toute possibilité de développement de l'énergie nucléaire dans un avenir proche lors d'une déclaration du ministre de l'Industrie Ian Macfarlane ce mardi 23 septembre. Une déclaration qui intervient après la publication du livre vert,…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *