Le Ghana, futur exportateur d'énergie ? - L'EnerGeek

Le Ghana, futur exportateur d’énergie ?

Handicapé par des décennies de crise énergétique, le Ghana a réalisé ces dernières années de nombreux investissements dans le secteur de l’énergie, lui permettant de prétendre désormais à un rôle régional moteur dans la production d’électricité. Selon la Banque mondiale, ce pays pourrait même devenir exportateur d’électricité pour ses voisins africains à l’horizon 2020.

Le responsable de la Banque mondiale pour le Ghana, Henry Kerali, qui s’exprimait devant le presse vendredi 5 mai 2017, à la suite des discussions tenues entre le nouveau gouvernement du Ghana et la Banque mondiale lors des réunions de printemps de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI) à Washington DC, a exhorté le gouvernement ghanéen à ouvrir les négociations avec ses pays voisins afin de vendre son surplus de production d’électricité pour éviter les pertes, et répondre ainsi aux besoins énergétiques de la sous-région.

Lire aussi : Le Ghana à l’heure du renouveau énergétique

Selon lui, le Ghana serait en capacité d’exporter de l’électricité vers ses voisins africains que sont le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire et le Togo, d’ici quatre ans. « Le gouvernement passé a pris trop de contrats d’achat d’électricité (PPA), ce qui est plus que nécessaire pour satisfaire les besoins dans le pays. Il y aura au moins 1,5 gigawatts de surplus de capacité de production d’électricité », a prévu M. Kerali. Conscient du rôle à jouer par son pays, le nouveau président Ghanéen Nana Akufo Addo était au Burkina Faso la semaine dernière pour signer de nombreux accords de partenariat dans le domaine de l’énergie. « Les deux parties se sont félicitées de l’expérience de leur coopération énergétique et ont convenu d’œuvrer à la réalisation du projet d’interconnexion Bolgatanga-Ouagadougou qui permettra d’importer au Burkina Faso quatre-vingt-cinq (85) MW et dont l’achèvement des travaux est prévu pour fin 2017″, a indiqué un communiqué commun des deux partenaires.

Lire aussi : L’Afrique subsaharienne toujours en retard en matière d’énergies renouvelables

Avec un taux de couverture de seulement 19%, le Burkina Faso n’est pas vraiment en position de refuser le surplus d’énergie venu du Ghana. Idem pour le Togo qui malgré un taux en progression à 32% ces dernières années, manque encore cruellement de mégawatts. La Côté d’Ivoire enfin recevait elle aussi le président ghanéen samedi 6 mai pour parler coopération énergétique. Les deux pays devraient faciliter dans l’avenir les échanges d’énergie électrique dans le but de sécuriser mutuellement leur réseau.

Crédits photo : Eiffage Energie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 5 Fév 2014
L’électricité en Belgique est l’une des plus chères en Europe. Le prix moyen du mégawattheure (MWh) atteint les 217,3 euros, selon les chiffres d’Eurostat du 1er semestre 2013. Ces tarifs élevés sont liés aux coûts de distribution, les deuxièmes plus importants…
mar 2 Sep 2014
Alstom Grid, la branche d'Alstom spécialisée dans les réseaux électriques, a annoncé lundi 25 août la signature de 3 "contrats majeurs", pour un montant total de 800 millions d'euros. Selon le communiqué du géant français, ces contrats à l'international portent…
lun 27 Mar 2017
Si les aides financières de l'Etat dédiées à la rénovation énergétique ont largement progressé ces dernières années dans le cadre de la loi de transition énergétique, elles ne pourront être réellement efficaces que sur le long terme. C'est en tous…
jeu 30 Avr 2015
Si le séisme qui a frappé le Népal le samedi 25 avril dernier, a fait des milliers de victimes et détruit de nombreux bâtiments et sites historiques, il a aussi eu pour conséquence de fortement endommager le réseau électrique national,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *