L'Afrique subsaharienne toujours en retard en matière d'énergies renouvelables - L'EnerGeek

L’Afrique subsaharienne toujours en retard en matière d’énergies renouvelables

Si les énergies renouvelables apparaissent comme une alternative valable au problème d’accès à l’électricité qui touche encore plus d’un demi million de personnes dans les pays d’Afrique subsaharienne, elles nécessiteront pour se développer une véritable impulsion politique de la part des gouvernements. Or, selon le dernier rapport de la Banque mondiale publié mercredi 15 février dernier, l’Afrique subsaharienne reste encore aujourd’hui à la traîne en matière de politiques publiques encourageant les énergies propres.

Le dernier rapport de la Banque mondial, publié la semaine dernière, présente un état des lieux des politiques énergétiques menées au niveau international. Il couvre 111 pays représentant 96% de la population et nous révèle qu’une grande partie de ces pays ont d’ores et déjà fait des progrès significatifs dans la mise en place de cadres réglementaires favorables au développement des énergies renouvelables. Selon ce rapport, “plus de 80% d’entre eux ont mis en place des politiques visant à fournir de l’électricité provenant du solaire et de l’éolien tout en évitant une forte hausse des prix“. Plus d’un tiers des pays considérés sont même à un stade avancé dans ce domaine, y compris des pays en voie de développement comme le Vietnam.

Lire aussi : Les investisseurs internationaux se tournent vers les énergies renouvelables en Afrique

Seuls les pays d’Afrique subsaharienne restent aujourd’hui à des niveaux très bas en matière d’accès à l’électricité et d’énergies renouvelables. “Jusqu’à 40% d’entre eux sont dans la zone rouge, ce qui veut dire qu’ils ont à peine commencé à prendre des mesures pour accélérer l’accès à l’énergie“, souligne Vivien Foster, responsable de la BM pour l’énergie et les industries extractives. Certains d’entre-eux obtiennent toutefois de meilleures notes comme le Kenya, la Tanzanie, l’Ouganda et d’autres  affichent de réelles ambitions en la matière comme l’Afrique du sud, le Maroc et la Tunisie.

Lire aussi : EDF lance une offre solaire pour l’électrification en Afrique de l’Ouest

Rappelons ici que les Etats membres des Nations unies ont adopté en 2015 une série d’objectifs de développement durable à atteindre d’ici 2030 parmi lesquels l’accès pour tous à des sources d’énergie bon marché, fiables et modernes. La Banque mondiale finance dans ce cadre à hauteur de 260 millions de dollars plusieurs nouveaux projets soutenant la production locale d’énergie au Kenya, au Rwanda, au Niger et en Zambie.

Crédits photo : Frédéric Delamure / MAEDI

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Sep 2015
Le président guinéen Alpha Condé a officiellement inauguré ce lundi 28 septembre le nouveau barrage hydroélectrique de Kaleta, sur le fleuve Konkouré, à 150 km au nord-est de la capitale Conakry. Un ouvrage colossal de 240 MW de puissance qui…
Deux semaines après avoir publié le bilan du débat public sur la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie, la Commission particulière du débat public (CPDP) et son président Jacques Archimbaud présentait officiellement mercredi 12 septembre 2018 les enseignements clés…
lun 2 Juin 2014
Alors que le projet de restructuration du groupe Alstom fait les gros titres de la presse économique française, le groupe a inauguré son premier centre de technologie hydroélectrique d'Amérique Latine. Ce nouveau complexe, dont la construction a nécessité un investissement…
ven 7 Juil 2017
A la suite de l’acquisition de la société française Futuren, très présente en Allemagne, le groupe français EDF EN, filiale d’EDF spécialisée dans les énergies vertes, poursuit ses investissements outre-Rhin. Antoine Cahuzac, directeur général d'EDF EN, a en effet annoncé…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.