Accords de Paris : Al Gore reste optimiste sur l'adhésion des Etats-Unis Accords de Paris : Al Gore reste optimiste sur l'adhésion des Etats-Unis

Accords de Paris : Al Gore reste optimiste sur l’adhésion des Etats-Unis

Malgré la prise de position sans équivoque de Scott Pruitt, le chef de l’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA), Al Gore se veut rassurant et optimiste sur la participation de son pays à la lutte contre le changement climatique. L’ancien vice-président des Etats-Unis a assuré vendredi 21 avril 2017 qu’il y avait « d’excellentes chances » que les Etats-Unis ne sortent pas de l’accord de Paris sur le climat.

Le temps d’un discours prononcé vendredi 21 avril lors d’une conférence à Washington en marge des réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, l’ancien dirigeant politique américain et auteur du film climatique « Une vérité qui dérange », Al Gore, s’est exprimé avec confiance sur la politique des Etats-Unis en matière climatique et environnementale. Selon lui, « il y a d’excellentes chances, nettement supérieures à 50/50, que les Etats-Unis décident de rester » dans les accords de Paris pour le climat.

Lire aussi : Climat : « les Etats-Unis doivent se retirer de l’Accord de Paris » selon Scott Pruitt

« Les emplois dans le secteur de l’énergie solaire sont en train de croître à un rythme dix-sept fois supérieur à celui des créations d’emplois en général« , a expliqué M. Gore, estimant que le gouvernement actuel allait bientôt prendre la mesure du potentiel économique que représentent les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique. Le président Trump a plusieurs fois critiqué l’accord de Paris de décembre 2015 sur la réduction des gaz à effet de serre et annoncé son intention de relancer l’industrie du charbon aux Etats-Unis. Toutefois, si le patron de l’EPA a clairement appelé à sortir de l’accord, Donald Trump serait quant à lui encore partagé et devrait se prononcer d’ici à la fin mai.

Lire aussi : Etats-Unis : Donald Trump tourne le dos à l’action climatique

Ségolène Royal, la ministre française de l’Environnement, Ségolène Royal, avait estimé jeudi dernier à 50/50 la possibilité que l’administration Trump mette à exécution cette menace. « Il y a un vrai débat au sein de l’administration américaine« , a-t-elle affirmé à la presse à Washington, après s’être rendue à l’EPA.

Crédits photo : Kasey Baker

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Avr 2013
Selon une étude de Bloomberg New Energy Finance, General Electric (GE) est devenu le premier fabriquant d’éoliennes dans le monde en 2012. Il rejoint le danois Vestas en première place, détenteur du titre depuis 2000. En effet, ils possédaient chacun…
Le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD) vient de publier une étude portant sur l'évolution régionale du secteur de l'énergie entre 2002 et 2012. Ce dossier officiel, réalisé par le ministère de l'Écologie, permet notamment de dresser un panorama des moyens…
lun 7 Oct 2013
OKG, filiale de l'allemand EON, a annoncé mercredi 2 octobre la remise en service du réacteur 3 de sa centrale nucléaire d'Oskarshamn, en Suède, bloqué depuis trois jours à cause de l'accumulation de méduses dans un circuit de refroidissement. La…
jeu 16 Fév 2017
Désireux de se rapprocher de la Chine dans un environnement commercial international incertain depuis l'élection aux Etats-Unis de Donald Trump, adepte du protectionnisme, l'Union européenne devrait alléger les mesures anti-dumping en cours depuis 2013 contre les produits solaires chinois. La…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *