Au Japon, la justice confirme le redémarrage de deux nouveaux réacteurs nucléaires - L'EnerGeek

Au Japon, la justice confirme le redémarrage de deux nouveaux réacteurs nucléaires

La Haute cour d’Osaka au Japon a confirmé, mardi 28 mars 2017, le droit d’exploitation des unités 3 et 4 de la centrale de Takahama, située à quelque 350 km à l’ouest de Tokyo, jugeant les nouvelles normes de sûreté nucléaire mises en place rationnelles et en accord avec l’évaluation des risques. Une décision favorable pour le gouvernement qui tente depuis plusieurs années maintenant de redynamiser sa filière nucléaire pour des raisons économiques et environnementales.

La justice japonaise a finalement rejeté cette semaine le recours de riverains qui réclamaient l’arrêt des deux derniers réacteurs nucléaires remis en activité l’année dernière dans l’Archipel. La haute cour d’Osaka a en effet estimé que les unités Takahama 3 et 4 présentaient toutes les conditions d’une exploitation optimale et sûre validant ainsi le certificat de sûreté accordé par l’Autorité de régulation nucléaire (NRA). Après avoir fait appel une première fois, l’exploitant Kansai Electric a donc obtenu gain de cause et va pouvoir commencer les procédures en vue du redémarrage des réacteurs dont l’activité avait été suspendue par un précédent jugement. Ce processus devrait prendre plus d’un mois, selon la chaîne publique NHK.

Lire aussi : Le Japon relance progressivement son parc nucléaire

Pour rappel, le Japon a relancé officiellement son industrie nucléaire un peu plus de quatre ans après l’accident nucléaire de Fukushima. Actuellement, sur les 42 réacteurs restants dans l’archipel (contre 54 avant la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011), trois seulement sont en service, tous situés dans le sud-ouest de l’archipel (Sendai 1 et 2, Ikata 3). D’autres réacteurs devraient suivre mais les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus strictes au monde, imposent de longs programmes d’optimisation technique.

Lire aussi : Recapitalisation d’Areva : l’accord sur la participation des deux groupes japonais entre en vigueur

Le retour de l’énergie nucléaire, énergie non émettrice de CO2, fait partie intégrante du nouveau plan japonais de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et doit permettre de rétablir une balance commerciale en berne depuis plusieurs années en raison d’une forte augmentation des importations d’hydrocarbures.

Crédits photo : Hirorin Masa

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 3 Déc 2014
Depuis le 1er décembre 2014, la société Maxatomstrom propose aux ménages allemands soucieux de réduire leur empreinte carbone, de souscrire à un contrat d'énergie 100% nucléaire. L'annonce a été faite par cette société à l'occasion de l'ouverture de la Convention-cadre…
lun 11 Mar 2013
Un temps annoncée suite à  la catastrophe, la sortie du nucléaire d’ici 2030 n’est plus envisagée à ce jour au Japon. Deux après Fukushima, le nouveau gouvernement récemment élu s’est au contraire prononcé pour la relance du parc nucléaire et…
ven 13 Jan 2017
Le groupe de BTP Bouygues Construction a annoncé mercredi 11 janvier avoir remporté un contrat de plus de 1,7 milliard d'euros auprès d'EDF pour participer à la construction des bâtiments qui abriteront les deux réacteurs nucléaires de la centrale britannique…
mar 7 Avr 2015
Selon un communiqué de presse publié lundi 31 mars par l'opérateur électrique Red Electrica de Espana (REE), l'Espagne a tiré 69% de son électricité de sources non émettrices de CO2 au cours du mois de mars. Les différentes sources d'énergie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *