Au Japon, la justice confirme le redémarrage de deux nouveaux réacteurs nucléaires - L'EnerGeek

Au Japon, la justice confirme le redémarrage de deux nouveaux réacteurs nucléaires

Japon-centrale-nucleaire-Takahama

La Haute cour d’Osaka au Japon a confirmé, mardi 28 mars 2017, le droit d’exploitation des unités 3 et 4 de la centrale de Takahama, située à quelque 350 km à l’ouest de Tokyo, jugeant les nouvelles normes de sûreté nucléaire mises en place rationnelles et en accord avec l’évaluation des risques. Une décision favorable pour le gouvernement qui tente depuis plusieurs années maintenant de redynamiser sa filière nucléaire pour des raisons économiques et environnementales.

La justice japonaise a finalement rejeté cette semaine le recours de riverains qui réclamaient l’arrêt des deux derniers réacteurs nucléaires remis en activité l’année dernière dans l’Archipel. La haute cour d’Osaka a en effet estimé que les unités Takahama 3 et 4 présentaient toutes les conditions d’une exploitation optimale et sûre validant ainsi le certificat de sûreté accordé par l’Autorité de régulation nucléaire (NRA). Après avoir fait appel une première fois, l’exploitant Kansai Electric a donc obtenu gain de cause et va pouvoir commencer les procédures en vue du redémarrage des réacteurs dont l’activité avait été suspendue par un précédent jugement. Ce processus devrait prendre plus d’un mois, selon la chaîne publique NHK.

Lire aussi : Le Japon relance progressivement son parc nucléaire

Pour rappel, le Japon a relancé officiellement son industrie nucléaire un peu plus de quatre ans après l’accident nucléaire de Fukushima. Actuellement, sur les 42 réacteurs restants dans l’archipel (contre 54 avant la catastrophe de Fukushima survenue en mars 2011), trois seulement sont en service, tous situés dans le sud-ouest de l’archipel (Sendai 1 et 2, Ikata 3). D’autres réacteurs devraient suivre mais les nouvelles réglementations de sûreté et de sécurité imposées par la NRA, considérées comme faisant partie des plus strictes au monde, imposent de longs programmes d’optimisation technique.

Lire aussi : Recapitalisation d’Areva : l’accord sur la participation des deux groupes japonais entre en vigueur

Le retour de l’énergie nucléaire, énergie non émettrice de CO2, fait partie intégrante du nouveau plan japonais de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et doit permettre de rétablir une balance commerciale en berne depuis plusieurs années en raison d’une forte augmentation des importations d’hydrocarbures.

Crédits photo : Hirorin Masa

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 24 Sep 2018
En visite sur le site de l’Andra dans la Meuse, jeudi 21 septembre 2018, le secrétaire d’Etat au ministère de la Transition écologique et solidaire Sébastien Lecornu a réuni une nouvelle fois le Comité de Haut Niveau du projet Cigéo.…
lun 6 Fév 2017
Barbara Romagnan, députée (SRC) du Doubs et Julien Aubert (LR), député du Vaucluse, respectivement rapporteure et président de la mission d’information relative à la faisabilité technique et financière du démantèlement des installations nucléaires de base, ont présenté, le 1 février…
ven 9 Août 2013
Jeudi soir, un dégagement de fumée a été détecté sur le site du surgénérateur Superphénix de Creys-Malville, dans l’Isère. Cet incident, qui s’est déroulé dans une partie non-nucléaire de ce site en cours de démantèlement, n’a pas eu de conséquences…
mar 22 Mar 2016
Le marché des déchets nucléaires continue d’accueillir de nouveaux acteurs ambitieux. Après Véolia, c’est au tour de l’entreprise Séché de se positionner sur les futurs contrats de l’industrie nucléaire européenne. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.