Recapitalisation d'Areva : l'accord sur la participation des deux groupes japonais entre en vigueur Recapitalisation d'Areva : l'accord sur la participation des deux groupes japonais entre en vigueur

Recapitalisation d’Areva : l’accord sur la participation des deux groupes japonais entre en vigueur

Annoncée depuis plusieurs semaines dans le cadre du plan de sauvetage du groupe industriel Areva, la participation des entreprises japonaises Mitsubishi Heavy Industries (MHI) et Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL) au capital de la nouvelle entité NewCo est finalement entrée en vigueur mardi 21 mars 2017. Les accords prévoient des prises de participation respectives à hauteur de 5% du capital pour un investissement de 250 millions d’euros chacun.

Validée au début du mois de février par les actionnaires du groupe à l’occasion de deux assemblées générales consécutives, la recapitalisation d’Areva devrait avoir lieu au mois de juin 2017 sous la forme de deux levées de fonds. Une première d’un montant de 2 milliards d’euros réservée à l’Etat français, et injectée directement dans Areva SA, holding de tête du futur groupe restructuré. Et une seconde d’un montant de 3 milliards d’euros destinée à NewCo, le nouvel Areva dont les activités iront de l’extraction de l’uranium jusqu’au démantèlement des centrales, suite à la cession de l’activité réacteurs à EDF au second semestre 2017.

Lire aussi : Areva : les résultats 2016 laissent entrevoir une nette amélioration

Les groupes japonais MHI et JNFL contribueront à cette seconde levée de fonds à hauteur de 500 millions d’euros, soit l’équivalent de 10% du capital de NewCo. Les accords prévoyant cette prise de participation sont entrés en vigueur cette semaine, selon un communiqué publié mardi par Areva. « A la suite de la réception des offres fermes le 15 décembre 2016 puis de l’annonce du 3 février 2017, le protocole d’investissement et le pacte d’actionnaires relatif à NewCo viennent d’être signés (…) et entrent en vigueur ce jour« , a détaillé le groupe.

Lire aussi : Areva « reste ouvert » à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration

L’Etat, qui s’était engagé à assurer le succès de l’opération, devra prendre le reste en charge, à savoir 2,5 milliards d’euros, si d’autres investisseurs étrangers ne sont pas ajoutés au tour de table d’ici là. Cette augmentation de capital aura lieu après la levée des conditions préalables fixées par Bruxelles, à savoir, l’autorisation par la Commission européenne du rachat d’Areva NP par EDF et la conclusion positive des analyses des anomalies observées sur la cuve de l’EPR de Flamanville dans le Manche.

Crédits photo : Guilhem Vellut

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 27 Mar 2013
Mardi 26 mars, la Grande-Bretagne a dévoilé sa stratégie industrielle nucléaire : jusqu’à 16 GW et 40.000 emplois pourraient être créés outre-Manche d'ici 2030. Le pays a également annoncé qu’il comptait consacrer 40 millions de livres à la recherche et au…
mar 14 Jan 2014
D’après les informations des Echos, les groupes français GDF Suez et EDF s’apprêtent à signer un accord définitif avec le gouvernement belge portant sur la prolongation de la durée de vie du réacteur de Tihange 1. Pour la porter de…
ven 16 Oct 2015
Après le naufrage économique d’Areva, l’Etat compte injecter entre 2,5 et 3 milliards d’euros dans ses caisses. Parallèlement, EDF est en train de prendre le contrôle d'Areva NP, la branche qui rassemble les activités de construction et de service aux…
ven 2 Mai 2014
Selon le ministère de l’énergie, la consommation énergétique de l’Algérie aurait atteint les 40 milliards de dollars en 2013, un chiffre qui devrait doubler d’ici 2030 au regard  de l’augmentation significative et constante de la demande nationale en énergie. Face…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *