Areva "reste ouvert" à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration - L'EnerGeek

Areva “reste ouvert” à la participation du chinois CNNC dans son plan de restructuration

areva-activite-reacteurs-edf

Malgré l’échec des dernières négociations et le veto du gouvernement français, le groupe Areva s’est dit, mardi 21 février, toujours “ouvert” à l’entrée à son capital du chinois CNNC dans le cadre de sa restructuration. Une telle coopération, si elle se concrétisait, scellerait une collaboration de longue date entre Areva et le groupe chinois, et permettrait surtout au groupe français d’asseoir sa position en Asie, continent en plein essor dans la filière nucléaire. 

Le capital du futur Areva, recentré sur le cycle du combustible après la cession de sa branche réacteurs à EDF, “reste ouvert à un investissement de CNNC dans le même cadre que les accords en cours de finalisation avec deux investisseurs“, a affirmé Areva dans un communiqué publié cette semaine, en marge de la signature  à Pékin d’un accord-cadre de coopération industrielle et commerciale entre les deux groupes.

Lire aussi : Bernard Cazeneuve en Chine pour défendre le nucléaire français

Les deux partenaires industriels semblent pourtant loin d’un accord depuis l’échec des négociations et le refus de l’Etat français en raison des exigences chinoises jugées bien trop élevées. Pékin aurait exigé par exemple être le premier actionnaire derrière l’Etat français dans un contexte de relations diplomatiques tendues avec Tokyo, tandis que la France souhaitait que les investisseurs chinois et japonais détiennent la même participation au capital de NewCo. CNNC aurait également demandé de disposer d’un siège au conseil d’administration de NewCo, alors même que l’Etat français s’est toujours exprimé contre l’idée d’une représentation directe des investisseurs tiers. “Les conditions d’entrée au capital de NewCo seront les mêmes pour tous les investisseurs et l’Etat ne souhaite pas de représentation directe des investisseurs tiers au conseil d’administration de NewCo“, indiquait-on fin janvier dans l’entourage du secrétaire d’Etat à l’Industrie Christophe Sirugue.

Lire aussi : Le plan de restructuration d’Areva entre dans une nouvelle phase

Pour rappel, Areva a déjà conclu début février un accord avec les japonais MHI et JNFL, par lequel ils se sont engagés à apporter 500 millions d’euros en contrepartie de 10% du capital du nouvel Areva (5% chacun) dans le cadre de deux levées du fonds à venir. Ces deux levées de fonds ont été approuvées le 3 février par les actionnaires de la holding du futur groupe restructuré et du nouvel Areva.

Crédits photo : Areva

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 2 Fév 2015
Si l'examen en séance publique du projet de loi relatif à la transition énergétique ne doit débuter que le 10 février prochain, la Commission des Affaires économiques du Sénat a déjà exprimé un premier avis favorable tout en affichant quelques…
ven 24 Oct 2014
Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu, a exprimé lors d'une conférence de presse le mardi 20 octobre dernier, la volonté du gouvernement de construire dans les cinq prochaines années une troisième centrale nucléaire en Turquie. Une nouveauté toutefois, le gouvernement…
jeu 12 Fév 2015
Le Premier ministre de l'État d'Australie-Méridionale a relancé le débat sur l'énergie nucléaire dimanche 8 février, en annonçant la constitution d'une Commission Royale en charge d'enquêter sur les coûts et les avantages de l'éventuelle utilisation de l'atome dans le mix…
mar 20 Sep 2016
La filière nucléaire française vient de renforcer sa présence en Grande Bretagne après la validation du projet d’Hinkley Point par le gouvernement de Theresa May. Pour autant, le directeur général d’EDF Energy, Vincent de Rivaz, ne limite pas ses ambitions à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.