Emmanuel Macron confirme la construction de 6 EPR 2 d’ici 2050 - L'EnerGeek

Emmanuel Macron confirme la construction de 6 EPR 2 d’ici 2050

emmanuel macron confirme construction 6 epr 2 2050 - L'Energeek

En visite ce 10 février 2022 à Belfort, site de production des turbines Arabelle (dont EDF devrait racheter la fabrication à GE), le président de la République Emmanuel Macron a annoncé sa décision de construire six nouveaux réacteurs nucléaires, des EPR 2, à horizon 2050. Des concertations détermineront l’opportunité de mettre en chantier huit autres réacteurs. Il a aussi indiqué une volonté de déployer des renouvelables à très grande échelle, notamment sur le front l’éolien en mer.

Emmanuel Macron relance la filière industrielle du nucléaire en France, avec 6 EPR 2 minimum pour 2050

“La France, par la stratégie dont elle se dote, fait le choix du progrès, de la confiance en la science, en la technologie et en la raison. La France fait le choix du climat, en se donnant les moyens d’atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et d’être une des plus grandes nations à sortir de sa dépendance aux énergies fossiles. La France fait le choix de l’industrie et de l’emploi”.

Ce discours, prononcé ce 10 février 2022 par le président de la République, Emmanuel Macron, a des accents d’une entrée en campagne présidentielle. Il conclue la présentation d’une feuille de route d’une transition énergétique de la France jusqu’en 2050, s’appuyant conjointement sur le nucléaire et les renouvelables – et très proche du scénario N1 présenté par RTE à l’automne 2021.

Emmanuel Macron était en déplacement à Belfort, lieu de production de l’ancienne activité nucléaire d’Alsthom, notamment les turbines Arabelle, qu’EDF devrait racheter 200 millions de dollars (174 millions d’euros), en vertu d’un pré-accord signé également ce 10 février.

Comme attendu, le président de la République a donc annoncé la relance de la filière nucléaire française, avec la commande de 6 EPR 2 à horizon 2050, sur des sites existants, par paire : à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou au Tricastin (Drôme) – conformément aux propositions d’EDF au printemps 2021.

« Il nous faut reprendre le fil de la grande aventure du nucléaire civil en France », a affirmé Emmanuel Macron, en rappelant que ces EPR 2 seront standardisés, préfabriqués en usine et installés par paire, permettant d’en limiter le coût, estimé au total à 46 milliards d’euros.

Prolongement des réacteurs existants, et investissement massif dans les renouvelables

Ces EPR 2 seront complétés par des SMR et des réacteurs « innovants » produisant moins de déchets. Au total, le président se fixe l’objectif de « 25 GW de nouvelles capacités nucléaires d’ici 2050 ».

Par ailleurs, Emmanuel Macron a également annoncé qu’il souhaitait « prolonger tous les réacteurs nucléaires qui peuvent l’être, sans rien céder sur la sûreté », au-delà de 50 ans si possible. Il souhaite par ailleurs « qu’aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l’avenir (…) sauf raison de sûreté ».

Aux cotés du nucléaire, le président de la République a confirmé la nécessité d’investir massivement dans les renouvelables, « tout simplement parce que c’est le seul moyen de répondre à nos besoins immédiats en électricité là où il faut quinze ans pour construire un réacteur nucléaire ».

Il invite à viser 40 GW d’éolien en mer en service en 2050, et 100 GW de photovoltaïque – là encore dans les clous du scénarios N1 de RTE. Il propose de doubler les capacités d’éolien terrestre à cette date, en dessous des prévisions actuelles, sans doute à cause d’une acceptabilité sociale en berne. En affirmant qu’il faut « avoir l’honnêteté de reconnaître que nous avons pris du retard » sur les renouvelables, le chef de l’État appelle à lever « toutes les barrières réglementaires à partir du moment où les projets seront acceptés localement ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 9 Jan 2015
Le groupe nucléaire français EDF a publié cette semaine les chiffres de sa production d'électricité d'origine nucléaire pour l'année 2014. Une production en légère augmentation qui s'explique par des températures plus basses, mais aussi par une meilleure disponibilité du parc nucléaire. Une…
mer 4 Mai 2022
Ce lundi 2 avril 2022, Fennovoima, le consortium à majorité finlandaise en charge de la construction du réacteur nucléaire de Pyhajöki, dans le Nord de la Finlande, a annoncé l’annulation de son contrat avec le russe Rosatom, en raison des…
ven 18 Jan 2013
Le calendrier de chantier de l’EPR de Flamanville sera respecté. L’électricien a indiqué que le risque d’une augmentation des délais de livraison était désormais « infiniment faible », à l’occasion d’une visite sur le site du directeur de la production d’EDF, Hervé…
mer 22 Mar 2017
Plus discrètes et moins coûteuses que leurs aînées, les mini-centrales nucléaires sont actuellement en plein boom. Si la technologie n’est pas encore tout à fait au point, de nombreux pays se sont déjà lancés dans la course à l’atome miniature.…

COMMENTAIRES

  • Bien trop timide 6 EPR !!!
    Le parc actuelle de centrale c’est l’équivalent de 37 EPR.
    Il en manque encore 30 minimum !!

    même à 14 + flamanville, on est très loin du compte !!!
    Aucun réacteur actuel n’atteindra 2050 même après le grand carénage.

    En plus, cette décision arrivent bien trop tardivement !!!
    C’est minimum 20 EPRs qui auraient du être décidé sous hollande pour permettre un renouvellement du parc dans de bonnes conditions.

    Peut-être que nos fonctionnaires de génies comptaient sur les éoliennes et les méthaniseurs de l’Ademe fonctionnant à la bouse de vache ???

    Ou alors, c’est peut-être une question de fric ?
    Après avoir dilapidé 150 milliards dans des ENRi complétement inutile et avoir mis EDF en faillité, il ne reste plus d’argent pour lancer de nouveaux réacteurs ???

    Répondre
  • Vous manquez d’information récente. Ce n’est pas un problème d’argent mais de ressources tant matérielles, techniques, qu’humaines. Tous ceux et celles qui sont immergés dans la branche nuc d’EDF ou ex-Areva sont démoralisés par l’effondrement des compétences depuis 30 ans. Cela essentiellement suite à une politique systématique de sous-traitance. Fausses économies que nous payons cher aujourd’hui.

    Répondre
  • Avant de toujours critiquer les autres, il se trouve que le retard et le surcout du 1er EPR est essentiellement dû à EDF et ses sous traitants, je comprends les hésitations de l’exécutif de ne pas engager plus d’EPR plus tôt. Par ailleurs on voit avec Taishan que son design n’est pas encore totalement abouti. Enfin, la France et son tissus industriel (merci aux 4 derniers Présidents d’avoir contentieusement deindustrialisé la France.) ne peut pas fabriquer plus de 2 EPR en 5 ans.

    Répondre
  • De toutes les façons, avant qu’ils ne soient terminés et produisent leurs premiers électrons, les renouvelables auront totalement remodelé le paysage et prouver qu’ils peuvent se suffire à eux même en simplement continuant sur la lancée. Les effets de foisonnement des parcs éoliens montreront que de nouveaux parcs à des endroits délaissés jusqu’alors compléteraient totalement cet effet 90% de temps. Par ailleurs les surabondances PPV d’été montreront que les nouveaux équipements doivent être orientés pour maximiser le rendement hivernal. Les solutions complémentaires de centrales à biogaz prouveront que le 100% renouvelable pourra être rapidement atteint rendant caducs les solutions nucléaires envisagées autrefois par un certain macron. Par ailleurs avant même 2040 des inquiétudes deviendront de plus en plus appuyées sur la disponibilité de l’uranium à un coût raisonnable disqualifiant économiquement la solution nucléaire.

    Répondre
  • Nostradamus est de retour!!!
    C’est dingue le nombre de gens qui sont capable de lire l’avenir.

    Ce qu’on a fait dans les années 70 on est plus capable de le faire.
    Par contre, la ou personne n’a jamais réussi (et en plus un domaine où la France n’a pas de filière), la ça va marcher les doigts dans le nez.

    Très drôle….

    Répondre
  • “il se trouve que le retard et le surcout du 1er EPR est essentiellement dû à EDF et ses sous traitants”

    TOTALEMENT FAUX.

    Les premier EPR ont été conçu par Siemens et Areva !!!

    Répondre
  • La Californie, 5e puissance économique mondiale, a prévu de passer à 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050 comme de nombreux pays, dont plusieurs y sont déjà ou proches de l’être

    Les tendances économiques toujours favorables des renouvelables lui permettent d’accélérer la tendance et elle vient de relever son objectif d’énergies renouvelables à 73 % d’ici 2032

    15 GW de stockage sont prévus, ce qui rendra l’électricité californienne à 82% non émettrice d’ici 10 ans avec réduction de 46 millions de tonnes métriques de C02/an

    Le plan prévoit un rejet presque total des turbines à gaz (dont le prix est pourtant peu cher localement, ce qui confirme la compétitivité grandissante des renouvelables comme du stockage), 1,7 GW d’éolien offshore, le développement de la géothermie qui, avec les évolutions technologiques en cours, voit ses prix baisser (souvent les forages profonds représentent 50% du coût de cette technologie qui peut désormais s’appliquer pratiquement partout)

    Ce choix est le résultat de modélisations approfondies, prenant en compte les expériences et les prix des installations, en s’ouvrant à de nouvelles technologies telles que le stockage à long terme et par des consultations avec chaque fournisseur d’énergie.

    Cela abouti au système à faibles émissions le moins cher et le plus fiable qu’il soit possible de planifier aujourd’hui. En tant que tel, il sert de modèle à tous les autres États américains et d’autres dans le monde pour se diriger vers la décarbonisation – méthodiquement et logiquement, et au moindre coût.

    La CPUC (California Public Utilities Commission) souligne que conformément au projet de loi 350 du Sénat, a été élaboré un processus de planification intégrée des ressources (IRP) pour s’assurer que le secteur électrique de la Californie atteint ses objectifs de réduction des GES tout en maintenant la fiabilité aux coûts les plus bas possibles.

    Cela devrait également accélérer les récents changements de direction de nombreux grands services publics appartenant à des investisseurs américains, qui se concentraient auparavant uniquement sur les combustibles fossiles, qui s’orientent désormais clairement dans la direction que la Californie a tracée et dont elle démontre la pertinence vers le 100% énergies renouvelables

    https://www.cpuc.ca.gov/news-and-updates/all-news/cpuc-approves-long-term-plans-to-meet-electricity-reliability-and-climate-goals

    .

    Répondre
  • Un pays comme la France qui a eu un monopole depuis 1946 confirmé en “tout nucléaire” dans les années 70 est un peu comme un pays qui a vécu une dictature et qui en conséquence soufre de défaillances dans son système électrique global

    – Par exemple la chaleur c’est 52% de l’énergie en moyenne dans le monde et en France on constate un manque de réseaux de chaleur/froid dont les coefficients de performances peuvent pourtant atteindre plus de 10 en basse température = fortes économies (alors que l’on a quelques 12 millions de personnes en précarité énergétique)

    – pas assez de solaire thermique intégré et stockage inter-saisonnier dont les coefficients de performances peuvent pourtant atteindre 80 en CSP et 40 en solaire plan = fortes économies

    – pas assez de stockage longue durée LDES qui permettent des optimisations et économies de réseaux

    – pas assez de géothermie qui peut s’appliquer désormais presque partout et dont la maturité économique est attendue d’ici 2030 avec les évolutions technologiques (et dès à présent chaque fois que les prix des énergies fossiles grimpent)

    – pas assez de pédagogie via les médias en particulier télé dans ce qu’il est possible de faire au plan technologique et financier pour les habitations, le transport etc

    L’ouverture au marché s’est faites tardivement, a été peu encadrée laissant tous types d’opérateurs opportunistes s’y intégrer, na pas laissé le temps aux opérateurs sérieux de financer assez de moyens renouvelables et de stockage

    Pourtant il y en a soulignés par l’Ademe, Greenpeace etc : Enercoop, Planète Oui, Ilek etc

    Alors que l’on constate par exemple aux Etats-Unis que l’accélération d’un transition énergétique peut se faire via les fournisseurs:

    Une étude de l’UCLA (Université de Californie Los Angeles) montre que 30 % des résidents peuvent désormais choisir les énergies renouvelables moins sales que le mix conventionnel parmi les agrégateurs de choix communautaires, et que cette demande aide la Californie à dépasser ses objectifs en matière d’énergies renouvelables tout en baissant les prix de l’énergie

    Cela illustre les effets que le choix de fournisseurs d’énergie plus propres ont sur l’alimentation électrique d’un pays et un moyen de le transformer rapidement quand on se heurte en France à une situation de retard et un nucléaire vieillissant qui peut tout à fait être remplacé par des renouvelables qui ne se limitent pas au solaire PV ou à l’éolien et dont l’intermittence n’est pas un problème insurmontable comparé à ceux du nucléaire :

    Exemple en cas de conflit, que se passe-t-il si des réacteurs sont atteints par des missiles, on prévoit des sarcophages comme à Tchernobyl, on va habiter ailleurs pendant des dizaines de milliers d’années ?

    En Californie les fournisseurs (ou agrégateurs de choix communautaires -CCA) :

    – ont acheté deux fois plus d’énergie renouvelable que requis par l’État de 2011 à 2019, ont souligné les chercheurs

    – cela a aidé l’État à réaliser une réduction cumulative plus importante des émissions de gaz à effet de serre chaque année. Une moyenne pondérée de 50 % de l’énergie des CCA provenait de sources renouvelables cette année-là contre l’objectif intermédiaire fixé à 25 % par l’Etat

    – la tendance vers des fournisseurs d’énergie plus propres a également profité aux résidents en fournissant une électricité moins chère

    – de plus les CCA offrent souvent des avantages environnementaux et économiques supplémentaires, notamment des programmes d’aide financière pour les résidents à faible revenu et des incitations au transport électrique, parmi d’autres

    Les auteurs écrivent que le modèle d’agrégateur de choix communautaires pourrait être reproduit dans diverses communautés à travers le pays.

    Neuf États autorisent actuellement une approche de choix communautaire, et l’intérêt est croissant. Parmi les conclusions de l’étude sur le modèle californien :

    Les partenariats entre plusieurs villes et comtés donnent aux CCA un avantage d’économie d’échelle en maintenant les coûts d’exploitation bas.

    En conclusion : le modèle du monopole passé énergétique est défaillant et il est nécessaire de le corriger plus rapidement via notamment des fournisseurs qui aient un cadre précis d’investissements dans les renouvelables et le stockage (et soient le cas échéant ponctuellement aidés lorsqu’ils traversent une passe difficile au départ lors d’un événement type reprise post covid actuelle et prix des fossiles en hausse)

    Car le nucléaire à horizon 2040, des coûts très hypothétiques, une dépendance à l’uranium et à des pays de plus en plus hostiles, souvent sous influence russe et autres, des risques de type Tchernobyl considérables X 56 face aux armements actuels, n’est vraiment pas la voie la plus sérieuse, fiable, sûre, durable, économique, sans déchets non recyclables etc

    https://newsroom.ucla.edu/releases/clean-power-california-renewable-energy-targets

    .

    Répondre
  • Le premier EPR Olkiluoto OUI mais Fla NON . Quand on affirme il faut savoir et certains n’ont pas besoin de cela pour le faire, toujours aussi délirant le type.

    Répondre
  • De toutes les façons on n’amortira jamais ces EPR pour lesquels il faudrait au moins 50 ans d’exploitation.
    La fabrication sera mancé en 2028 ….. forcément êrsonne ne sait ce qu’ils seront ces EPR 2 en dehors du fait qu’ils s’appellent 2 ! Il faudra au moins 15 ans pour les construire comme les derniers construits en France les palier N4 confirmés par les EPR d’Olkiluoto et de Flamanville ce qui nous amène à 2043 et les 50 ans d’exploitation nous amène à 2093…. mais il n’y a plus un gramme d’uranium depuis 2070 sur la planète, même en raclant les fonds de tiroir.
    Estimation 2020 des géologues de l’EIA, ressources accessible 3,3 millions de tonnes, consomation annuelle mondiale 68500 Tonnes, soit au rythme de la consommation actuelle 48 ans ….disons 50 ! Nous sommes en 2070 et nos super EPR2 ne produisent que depuis 27 ans…. un peu court pour l’amortissement.

    Répondre
  • @ capitaine

    Vous racontez n’importe quoi !!!
    Flamanville 3 a également été engagé par Areva NP et Siemens en 2006
    Siemens s’est retiré en 2009
    Et c’est à la faillite d’AREVA NP reprise par EDF en 2015 que EDF reprend le chantier de Flamanville.
    L’immense majorité des malfaçons (défaut cuve, problème de soudures) s’était produit avant qu’EDF ne reprennent l’activité

    Plutôt que d’admettre simplement que vous vous êtes trompé, vous persistez dans votre délire.
    Vous me faites penser à ces politiciens minables qui racontent des mensonges encore plus ridicules pour ne pas avoir à dire qu’ils se sont trompés

    Répondre
  • @ Sam Sam :

    C’est vous qui vous trompez Sam Sam puisque que ce soit ex Areva ou EDF, les différents rapports sur le sujet démontrent un notamment perte de compétences.

    De plus même les plus partisans du nucléaire et les études et modélisations associées ont admis à l’évidence que la transition totale de l’énergie, transports, industries etc ne pouvait se faire sans un accroissement très important des renouvelables

    Et il va falloir aller encore plus vite vers l’indépendance énergétique de l’Europe compte tenu des visées de Poutine, vous savez l’ami de la candidate Marine le Pen pour laquelle vous votez et qui est aussi incompétente que vous dans le domaine notamment de l’énergie !

    Répondre
  • @ Sam Sam : vous pensez qu’en 1 an le nucléaire peut permettre un tel résultat ?

    AIE : les renouvelables et 10 mesures pour réduire de plus d1/3 en seulement 1 an la consommation et la dépendance aux énergies fossiles qui servent à financer les dépenses et exactions militaires de Poutine dont 1 seul de ses missiles Satan 2 à 12 têtes nucléaires peut raser la France

    Cà correspondrait à une baisse de l’appel annuel de l’UE sur les importations de gaz russe de plus de 50 milliards de m3 en un an et les réductions d’émissions et impacts favorables sur la santé qui vont avec

    https://www.iea.org/reports/a-10-point-plan-to-reduce-the-european-unions-reliance-on-russian-natural-gas

    .

    Répondre
  • Au fait, le débile de service , je ne sais pas si vous savez lire mais en proposition n°5 de votre lien il y a:

    “Nuclear power is the largest source of low emissions electricity in the EU, but several reactors were taken offline for maintenance and safety checks in 2021. Returning these reactors to safe operations in 2022, alongside the start of commercial operations for the completed reactor in Finland, can lead to EU nuclear power generation increasing by up to 20 TWh in 2022.”

    Vous êtes sur d’être d’accord avec ça ?

    Autre chose le débile de service:

    “Cà correspondrait à une baisse de l’appel annuel de l’UE sur les importations de gaz russe de plus de 50 milliards de m3 en un an et les réductions d’émissions et impacts favorables sur la santé qui vont avec”

    Au cas ou vous ne seriez pas au courant, la combustion du gaz n’émet pas de polluant, ni de particules.
    C’est pour cette raison que les chaudières à gaz bénéficient de subvention pour le remplacement de chaudière fioul et que les véhicules au GPL ont des vignettes crit-air 1 et sont considérés comme des véhicules propres.
    Du coup, je ne vois pas du tout de quels impacts favorable sur la santé vous parlez !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.