Nucléaire : EDF revoit encore à la baisse ses prévisions de production pour 2022 - L'EnerGeek

Nucléaire : EDF revoit encore à la baisse ses prévisions de production pour 2022

nucleaire edf revoit encore baisse previsions production 2022 - L'Energeek

Face à la nécessité de contrôler l’ensemble du parc nucléaire suite à un problème de corrosion (qui a déjà mis cinq réacteurs à l’arrêt, certains pour toute l’année), EDF vient de revoir à la baisse, ce 8 février 2022, son prévisionnel de production nucléaire pour cette année, pour la seconde fois depuis le 1er janvier.

Face aux arrêts de réacteurs provoqués par un problème de corrosion, EDF baisse encore son prévisionnel de production nucléaire pour 2022

A l’origine, la production électrique nucléaire pour l’année 2022 était estimée par EDF entre 330 à 360 TWh. Face à la vague de fermetures de réacteur pour un problème de corrosion, l’énergéticien a baissé cette prévision, courant janvier 2022, entre 300 à 330 TWh. Ce 8 février 2022, EDF a encore réduit ce prévisionnel, le portant à une fourchette comprise entre 295 et 315 TWh.

Soit, au mieux, la production de 1991 (315 TWh), un seuil qu’EDF avait toujours dépassé depuis cette date. « Nous avons poursuivi les investigations sur les réacteurs », précise EDF, concluant que « cela nous amène à anticiper certains arrêts et à en poursuivre d’autres », sans préciser ni les réacteurs concernés, ni les durées d’arrêt.

Ce problème de corrosion identifié ou soupçonné sur un circuit de sécurité a déjà provoqué la fermeture de 5 réacteurs, Chooz 1 et 2, Civaux 1 et 2, et Penly 1, sur les 56 du parc français – sans compter, bien entendu, les arrêts programmés pour les visites de sécurité ou le grand carénage.

L’étendu du soucis a contraint EDF à réexaminer les contrôles effectués dans le passé sur l’ensemble du parc, une opération qui pourrait déboucher sur des contrôles physiques sur certains réacteurs, et même des réparations. Ces dernières pourraient imposer de mettre à l’arrêt certains réacteurs. Le risque est crédible, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ayant reconnu que ce problème de corrosion était potentiellement « générique ».

Danger sur les prix de l’électricité, sur l’approvisionnement électrique de cet hiver, et sur les annonces de relance de la filière nucléaire

EDF est également en train d’envisager les conséquences de ce soucis sur l’année prochaine : « L’estimation de production nucléaire pour 2023, actuellement de 340-370 TWh, sera ajustée dès que possible », précise le groupe.

Cette baisse de production est problématique à plusieurs niveaux. Elle pourrait tirer les prix de l’électricité en Europe vers le haut, alors qu’ils baissaient régulièrement depuis le pic de décembre 2021.

Le manque de production nucléaire pourrait également mettre en péril l’approvisionnement électrique en France pour cet hiver, malgré le rehaussement de la production des centrales au charbon confirmée ce week-end. Ce 4 février, RTE avait indiqué maintenir sa « vigilance sur la fin de l’hiver », même si « les prévisions météorologiques sur la période sont favorables ».

Cette annonce tombe également mal, dans une semaine décisive pour l’avenir de la filière nucléaire française. EDF devrait confirmer sous peu le rachat de l’activité nucléaire de General Electric (ex-Alsthom) en France, notamment la fabrication des turbines Arabelle, et le président de la République Emmanuel Macron pourrait dévoiler dans la foulée, ce 10 février 2022, la nouvelle feuille de route du nucléaire en France, notamment la construction de plusieurs EPR 2.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
L'augmentation du coût de l'énergie et l'inflation poussent de nombreux ménages français à prendre des mesures drastiques pour réduire leur facture de chauffage. Huit Français sur dix ont réduit leur chauffage pendant l'hiver La sobriété énergétique est-elle un choix ?…
    L'UE persiste et signe : la France doit impérativement rehausser ses objectifs concernant les énergies renouvelables. C'est ce qu'à une nouvelle fois demandé la commissaire européenne à l'énergie, Kadri Simson, lors de son discours devant la Commission de…
mer 16 Nov 2022
C’est une conséquence logique du plan de relance nucléaire du gouvernement français. Au lieu des 5000 recrutements annuels, destinés à remplacer pour l’essentiel les départs à la retraite, la filière nucléaire française prévoit d’embaucher massivement pendant toute la décennie.  …
jeu 11 Jan 2024
En plein cœur de l'hiver 2024, la France fait face à un pic de consommation électrique atteignant 83.5 GW. Bien que loin du record de 2012, cette hausse témoigne de l'adaptabilité et de l'efficacité du réseau électrique national.    …

COMMENTAIRES

  • Tien ? Pas de commentaires de nucléophiles ?
    Nous y voilà, le facteur de charge du nucléaire est en train de passer sous celui de l’éolien en mer….. bientôt sous celui de l’éolien terrestre ?

    Répondre
  • C’est vrai qu’on se demande si la France maîtrise encore le nucléaire.
    Par contre étant au milieu d’un parc éolien dans le Berry je peux vous confirmer qu’ils produisent à discrétion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.