Changement climatique :l’action à court terme devient indispensable, selon le dernier rapport du Giec - L'EnerGeek

Changement climatique :l’action à court terme devient indispensable, selon le dernier rapport du Giec

changement climatique action court terme rapport giec - L'Energeek

Ce lundi 9 août 2021, le Giec a publié la première partie de son nouveau rapport sur le changement climatique. Le constat est aussi accablant qu’inquiétant : il pointe l’ampleur des changements en cours et, surtout, se montre beaucoup plus précis sur les risques encourus. Il alerte surtout sur la nécessité absolue de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre dès la prochaine décennie. Une façon de mettre la pression sur le politique, à quelques semaines de la prochaine COP.

Le sixième rapport du Giec pointe l’étendue du changement climatique et de l’avenir sombre qui attend la planète

A trois mois de la COP 26, qui se tiendra début novembre 2021 à Glasgow, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) a présenté, ce 9 août 2021, la première partie de son sixième rapport d’évaluation, 7 ans après le cinquième, publié en 2014. C’est sans doute celui dont l’importance est la plus cruciale car il est possible, en cas d’inaction politique, qu’il soit  déjà trop tard pour agir à la publication du septième rapport.

Cette première partie se concentre sur les constats (implacables) de la réalité du changement climatique, sur les risques d’événements climatiques extrêmes à court terme, et, surtout, sur la nécessité d’agir rapidement pour éviter le pire.

Le rapport commence par évacuer toute ambigüité : oui, les activités humaines sont à l’origine des changements observés, avec certitude, et notamment de la forte concentration de CO2 dans l’atmosphère, à son plus haut niveau depuis 2 millions d’années. Plus inquiétant :  le rythme d’émissions des gaz à effet de serre reste soutenu.

« Nous ajoutons environ 40 milliards de tonnes métriques de pollution au CO2 dans l’atmosphère par an (43 milliards en 2019). ​C’est une montagne de carbone que nous extrayons de la Terre, brûlons et rejetons. Si nous voulons éviter un changement climatique catastrophique, la priorité absolue doit être de réduire la pollution par le CO2 à zéro le plus tôt possible », expose dans le rapport Pieter Tans, chercheur à l’observatoire de la surveillance mondiale de dioxyde de carbone.

Une lueur d’espoir en cas d’action climatique prompte et mondiale

Le réchauffement climatique continue ainsi d’approcher du seuil fatidique des 1,5 °C par rapport au début de l’ère industrielle : « En 2011-2020, la température à la surface du globe était supérieure de 1,09 °C [avec une marge de 0,95 à 1,20] ​à celle du début de l’ère industrielle (1850-1900) », expose le rapport. A noter : la température sont plus élevées sur les terres que dans les océans, et augmente même deux fois plus vite dans l’Arctique.

Les conséquences de cette hausse des températures sont malheureusement connues : fonte des glaciers provoquant une hausse du niveau des eaux, évènements climatiques extrêmes, vagues de chaleur meurtrières, pour l’homme, la biodiversité et l’agriculture… « Des événements extrêmes […] qui se produisaient auparavant une fois tous les 100 ans pourraient se produire chaque année d’ici la fin de ce siècle », s’alarme le rapport.

Le Giec présente aussi le détail du plan de bataille pour éviter la catastrophe. Là encore, le ton s’est durci, et le rapport pointe la nécessité d’agir à court terme. «  Ce qui est clair dans ce rapport, c’est que sans une réduction immédiate, rapide et à large échelle des émissions de gaz à effet de serre, limiter le réchauffement à 1,5 degré sera hors d’atteinte  », résume Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue française et présidente du premier groupe du GIEC depuis 2015.

Donc non seulement l’humanité doit conserver l’objectif de neutralité carbone pour 2050 (de nombreux pays se sont déjà engagé sur cet objectif), mais les émissions doivent impérativement commencer à baisser dès la prochaine décennie. Un rythme d’émissions trop soutenu à court terme pourrait en effet rendre certains phénomènes irréversibles, et lancer le grand emballement. Les politiques actuelles vont malheureusement dans ce sens. Une action rapide, en revanche, pourrait permettre de limiter le réchauffement climatique sous les 1,5°C.

Ce rapport tombe au meilleur moment, pour mettre une pression maximale sur les décideurs politiques, afin que les décisions de la COP 26 relèvent, enfin, les ambitions climatiques des Etats du monde. Le prochain trimestre pourrait bien, de ce point de vue, être décisif pour l’avenir de l’humanité.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 2 Juil 2015
La plus puissante turbine à gaz du monde, fabriquée dans les ateliers General Electric de Belfort, a pris la route ce lundi 19 juin au matin en direction du port de Strasbourg. Il s'agit de la première étape d'un convoi…
jeu 4 Mai 2017
Encore en chantier, le grand projet d'Union de l'énergie souhaité par la Commission européenne a pour objectif de garantir au sein de l'espace communautaire, la sécurité d'approvisionnement énergétique et l'utilisation efficiente de nos ressources, via une meilleure coopération régionale des…
mar 6 Août 2019
Le 1er août 2019, le président américain a une nouvelle fois trembler le monde au moyen d’un tweet dévastateur. Donald Trump a annoncé 10 % de droits de douane supplémentaires à l’encontre de produits chinois. Le conflit commercial entre les…
lun 17 Mar 2014
Part importante du diesel dans le parc automobile français, chauffage au bois, circonstances climatiques particulières… Les causes du pic de pollution qui touche actuellement un tiers du pays sont multiples. Une autre explication de la vague de pollution, jusqu’ici peu…

COMMENTAIRES

  • Le CO2 augmente dans l’atmosphère à cause de la combustion d’éléments contenant du carbone. C’est une évidence. Quelle grande découverte !

    En faire la seule cause de l’élévation de température et de divers évènements cités de façon tapageuses par les médias est autre chose.

    Les activités humaines sont la cause de bien d’autres réalités qui ont une conséquence sur le climat.

    La surpopulation a entraîné la déforestation dans de nombreux pays, ce qui modifie le régime des pluies, le transfert de la chaleur de l’équateur vers les pôles, l’érosion des terres, les inondations, la sécheresse … selon les lieux et les moments de l’année.

    La surpopulation entraîne aussi l’épuisement des nappes phréatiques et l’affaissement du terrain comme à Djakarta et ailleurs. C’est plus la terre qui s’enfonce que la mer qui monte.

    Le même phénomène se retrouve dans le golfe du Mexique ou l’extraction du pétrole et du gaz provoque la subsidence de toute la côte et pas seulement en Louisiane.

    La surpopulation entraîne aussi davantage de cultures de riz et d’élevage de bétail, tous deux causant des émissions de méthane dont l’effet est beaucoup plus important que celui du CO2.

    La terre se réchauffe depuis la sortie du Petit Age de Glace, qui a fait pas mal de ravages du 14e au 19e sicle, surtout vers 1700.

    Les vagues de chaleur font beaucoup de victimes que le froid n’en a fait il y a quelques siècles.

    Répondre
  • Lire :
    Les vagues de chaleur font beaucoup MOINS de victimes que le froid n’en a fait il y a quelques siècles.

    Répondre
  • Alors pour le court terme, il ne faut pas s’adresser au nucléaire : en dessous de 15 ans en EPR on ne fait rien

    Répondre
  • Comme si contrepoint créé spécialement pour tenter de disqualifier le renouvelable pouvait être une référence…….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.