Haute-Alpes : raccordement électrique pour la centrale photovoltaïque flottante du lac de Lazer - L'EnerGeek

Haute-Alpes : raccordement électrique pour la centrale photovoltaïque flottante du lac de Lazer

haute-alpes raccordement centrale photovoltaique flottante lazer - L'Energeek

Ce 4 août 2021, la direction d’EDF Renouvelables, maître d’oeuvre de la centrale photovoltaïque flottante du lac de Lazer, dans les Hautes-Alpes, a visité le chantier de raccordement électrique du projet, démarré par Enedis ce 2 août 2021. La centrale de 20 MW, situé sur le lac de retenue d’une centrale hydro-électrique, devrait être mise en service au printemps 2022.

Centrale photovoltaïque flottante du lac de Lazer : Enedis commence les travaux de raccordement au réseau électrique

Une synergie vertueuse : utiliser la retenue d’eau d’une centrale hydro-électrique pour y installer une centrale photovoltaïque flottante est une bonne façon de répondre à la question brûlante du besoin de foncier pour développer le solaire en France. EDF Renouvelables pilote justement un projet de ce type sur le lac de Lazer, dans les Hautes-Alpes.

« Grâce à cette technologie innovante, la même retenue d’eau produira de l’hydroélectricité et de l’électricité solaire : conjuguer ces deux énergies renouvelables constitue un atout supplémentaire pour contribuer aux objectifs de développement des énergies renouvelables fixés par le gouvernement », s’est ainsi félicité Nicolas Couderc, directeur France d’EDF Renouvelables, ce 4 août 2021.

En février 2021, Enedis a donné le coup d’envoi du chantier de la centrale du lac de Lazer, par d’indispensables travaux électriques préparatoires. Le gestionnaire du réseau de distribution a notamment installé un départ électrique au Poste Source de Ventavon, et enfoui neuf kilomètres de câbles.

Ce lundi 2 août 2021, Enedis a entamé la dernière étape de ces travaux électriques, le raccordement de la future centrale au réseau public de distribution électrique de la commune de Lazer.

Une première pour EDF Renouvelables

Par la suite, EDF Renouvelables pilotera l’installation de flotteurs et de panneaux photovoltaïques sur la retenue d’eau. A terme, ils devraient occuper les deux-tiers du lac artificiel, soit une surface totale de 24,5 hectares, pour une puissance installée de 20 MW (équivalente à celle de la centrale hydro-électrique).

La durée totale des travaux est estimée à 13 mois, et aucun retard n’est pour l’heure à déplorer. La mise en service est donc toujours prévue pour le printemps 2022. La centrale du lac de Lazer sera ainsi la première centrale photovoltaïque flottante installée par EDF Renouvelables.

Pour l’heure, une seule centrale de ce type est en service en France, à Piolence, dans le Vaucluse, depuis 2019. De nombreux projets sont en cours, mais plusieurs, comme ceux des lacs de Caussade ou de Leyritz-Moncassin se heurtent à l’opposition des agriculteurs locaux.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 30 Jan 2017
Avec la transition énergétique, les énergies renouvelables occupent désormais une place stratégique au sein du mix énergétique français. Le 24 et le 25 janvier dernier, EDF, premier producteur d’énergie européen, a organisé la première édition des "Electric Days" dans le but…
mar 26 Sep 2017
Le groupe pétrolier français poursuit son incursion dans le secteur de l'électricité propre. Après avoir racheté le belge Lampiris (troisième fournisseur du marché résidentiel belge de gaz naturel et d’électricité verte) en juin 2016, Total a annoncé mardi 19 septembre…
mar 8 Oct 2019
Le Commissariat général au développement durable a publié début octobre 2019 les chiffres des dépenses publiques en Recherche & Développement en énergie pour l'année 2018 en France. La reprise des investissements est notamment tirée par les filières du nucléaire et…
jeu 12 Nov 2015
A l’occasion du déplacement en Chine de François Hollande, la superpuissance asiatique s’est révélée être un partenaire énergétique de premier plan. Après avoir manifesté son intérêt pour le secteur du nucléaire, elle a notamment vanté l’intérêt du projet de Badaling :…

COMMENTAIRES

  • hier dimanche 8 aout en milieu d’après-midi.
    Les tarifs négatifs de l’électricité ont atteint – 63 euros /mwh en Allemagne
    Un record !!!
    Du fait de l’éolien et du solaire qui se sont mis à produire en masse en même temps en Allemagne, et de la faiblesse de la consommation, cette production n’a pas pu être asorbé par le réseau et les allemands ont du payé (encore une fois) 63 euros par Mwh pour se débarraser de leur propre électricité.

    Bienvenue dans la débilité des ENRi !!!!!

    La France a pu ajuster sa production nucléaire pour permettre l’absorption d’une partie de ce surplus.
    On observe un creux à 27 GW jusqu’a 21:00 puis la production nucléaire remonte à 38 GW en fin de journée quand il n’y a plus l’apport du solaire.

    Cela permet aussi de faire fermer leurs claque merdes à tous ces blaireaux (du type Rochain) qui pretendent qu’on a pas besoin d’électricité la nuit.

    Répondre
  • @ Sam Sam

    Vous improvisez comme d’habitude sur un sujet que vous ne maîtrisez pas du tout et débitez une multitude d’âneries, presque au même rythme que vos insultes hors sujet à l’égard de tout le monde, ce qui n’a aucun effet et souligne votre impuissance chronique.

    Votre incohérence vous amène ainsi à prétendre que la production renouvelable est insignifiante, mais qu’en même temps elle a la capacité de générer des prix négatifs. Il faudrait savoir.

    Que d’autre part le nucléaire est pilotable alors qu’il ne répond ni dans les temps, ni satisfait dans ce cas à ses coûts. Là aussi il faudrait savoir.

    Il vous a échappé qu’il y a des programmes de R&D en cours sur ce sujet, ce n’est pas sans raison.

    Vous avez plusieurs années de retard sur celui-ci, déjà intégré dans les développements en cours, donc vous radotez sur de déjà vieux sujets.

    Les prix négatifs apparaissent notamment avec les excédents de production solaire l’été et d’éolien l’hiver.

    Mais également à des moments de spéculations sur le marché et, entre autres motifs, des capacités d’échanges insuffisantes qui créent des différences de prix entre les marchés de gros.

    Par exemple des prix négatifs allemands sont souvent liés à des possibilités d’export insuffisantes, d’où les connections en cours avec le Royaume-Uni, le réseau scandinave etc.

    J’ai déjà évoqué cette question récemment dans un post, références des opérateurs de réseau eux-mêmes à l’appui, mais vous préférez votre propre version de “prix Nobel multi-technologies internationalement reconnu par lui-même, expert en tout et surtout en insultes mais en définitive bon à rien”

    La faible flexibilité de contrôle des centrales électriques conventionnelles comme le nucléaire et leurs coûts marginaux est responsable de l’apparition de prix de l’électricité négatifs

    Cà ne correspond toutefois pas à des montants élevés comparé au marché et c’est payé par les producteurs

    L’industrie allemande paie ainsi les prix de l’électricité parmi les plus bas d’Europe car çà s’ajoute à ses tarifs déjà préférentiels.

    Les particuliers, pourtant moins bien lotis en Allemagne en raison des différentes taxes qui incluent l’isolation des logements, l’efficacité énergétique etc en bénéficient également, en plus du fait que plus de 55% des allemands perçoivent des revenus des énergies renouvelables (énergie citoyenne etc).

    Les tarifs sont dont à analyser en détail avant de sortir les slogans simplistes habituels

    Par exemple l’université de Freiberg estime le marché des prix négatifs à 180 M€ en 2017 après une forte production variable

    Compte tenu des infrastructures actuelles et du déploiement en cours du stockage, il est pour le moment, le cas échéant, encore rentable pour certains producteurs conventionnels de payer des consommateurs (particuliers, industries, entreprises etc) pour qu’ils consomment opportunément, que de supporter les coûts d’arrêt/démarrage de ses centrales et de leur usure prématurée, mais c’est une situation qui n’a pas vocation a perdurer et est en train de changer avec le déploiement de moyens de stockage beaucoup mieux appropriés et notamment de la hausse des prix du C02

    Les énergies variables/intermittentes dites aussi fatales sont prioritaires sur le réseau en raison de la quasi absence de coût marginal (aucun frais de combustible ou d’exploitation et coûts de maintenance très faibles)

    Un réacteur nucléaire peut se faire momentanément empoisonner par ses produits de fission (effets Xénon, Samarium etc)

    Certains politiques se veulent anti-éolien par opportunisme électoral local ponctuel type Xavier Bertrand (“l’éolien basta”), Marine le Pen, F. Philippot etc mais pas contre le solaire.

    C’est évidemment incohérent puisque l’éolien est par nature lié au solaire via les variations atmosphériques générées et intervient comme complément, mais en plus parce que le seul solaire tout seul poserait bien plus de problèmes au nucléaire par son intermittence plus catégorique.

    Et quant à stopper solaire et éolien l’industrie nucléaire française a déclaré ne pas pouvoir être en mesure de répondre à la demande face à la décarbonation de l’ensemble de nos activités et au renouvellement du parc nucléaire vieillissant au delà d’un seuil de 50% du mix qui, a ainsi abouti à ce chiffre à l’issu du débat public national de plusieurs années à l’été 2015, comme l’ont encore récemment rappelé entre autres RTE, la CRE etc

    On constate d’ailleurs que cette industrie en France n’est pas en capacités, pour maintes raison ayant fait l’objet de rapports détaillés, ni de tenir les prix ni les délais, que ce soit pour les EPR1 en cours que déjà les prévisions pour les EPR2 moins sécurisés à une seule enceinte (auditions des entreprises concernées du secteur nucléaire et récent rapport du Trésor)

    Dits “dispatchables” les réacteurs nucléaires ne sont pas idéalement appropriés en l’état actuel pour des raisons techniques et économiques pour suivre les rapides variations des énergies variables/intermittentes.

    Vous avez des rapports sur le sujet comme celui de l’IASS de janvier 2018

    D’où le déploiement par les différents opérateurs, nucléaires et autres, dont les opérateurs de réseaux, de moyens de stockage appropriés.

    Il ne vous aura pas échappé, j’espère, que le nucléaire tout seul ne répond pas non plus aux variations d’offre/demande qui peuvent être élevées.

    Donc les prix négatifs sont favorables aux modes de stockage et utilisations les plus appropriés comparé au nucléaire pour répondre à toutes les variations d’offre et de demande, et ce n’est donc pas un problème ni majeur ni durable, et il a déjà été amplement abordé depuis plusieurs années si vous suiviez ces sujets.

    Et quand au stockage vous avez plus de 300 technologies répertoriées dans des études internationales, dont plus d’une centaine, soit déjà économiquement compétitives et qui se déploient au fur et à mesure de l’essor des renouvelables, soit qui vont l’être dans des délais relativement courts.

    A noter en plus avec les changements climatiques – puisque que le Giec vient de publier son dernier rapport – que l’énergie en France représente 22 % de la consommation annuelle globale d’eau de surface (à 94 % le nucléaire), le troisième poste derrière les consommations domestiques (24 %) et l’irrigation (48 %), ce qui n’est pas sans poser des problèmes supplémentaires à la filière nucléaire qui en a déjà plusieurs qu’elle n’arrive pas à traiter, tant au plan technique qu’économique.

    Et avant de vous précipiter à insulter tous azimuts, ce qui n’a aucun impact et est hors sujet (faîtes plus de sport, çà vous défoulera) et écrire n’importe quoi, réfléchissez plus en détail à l’ensemble des différents aspects précités car le sujet a été assez abondamment traité.

    Si vous n’êtes pas foutu de proposer des solutions pour décarboner votre simple immeuble au gaz, je me demande comment vous pouvez prétendre parler du mix énergétique belge, français, allemand, européen et autres et considérez tous les gens débiles et décérébrés et vous le génie de l’univers. Faîtes attention à l’usage des stupéfiants, çà vous rend mégalomane et mythomane en plus d’être de nature impoli et de regarder chaque fois le doigt quand on tente de vous montrer la lune

    https://reporterre.net/L-acces-a-l-eau-un-enjeu-crucial-pour-le-nucleaire?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=nl_hebdo

    .

    Répondre
  • Bla bla bla bla bla bla bla …….
    Et Francis lalanne a dit que le solaire marchait…
    et Jean- marie bigard a dit que ça marchait l’éolien
    et la fosse septique de la station MIR s’est encore bouché….

    Vous savez que je lis même pas vos posts dès qu’au bout de 5 lignes je constate que c’est totalement débile ?
    Ce qui est systématique !!!!

    Répondre
  • La débilité c’est de ne pas savoir qu’il est plus facile de déconnecter un parc éolien ou une ferme PPV que de trouver quelqu’un qui achèterait votre courant même si lui non plus n’en n’a pas besoin !
    Voilà comment la bêtise de Sam Sam invente des légendes de gens que l’on paie pour prendre votre produit alors qu’eux même n’en n’ont pas besoin ! J’en profite pour lui poser la question : Ils en font quoi alors de ce courant dont ils n’ont pas besoin ? Que peuvent-ils faire de plus que l’Allemagne elle-même ne pouvait pas faire pour être obligée de s’en débarrasser ?
    Ce n’est pas la logique qui étouffe ce pauvre Sam Sam qui passe sa vie dans l’incohérence.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.