La Chine inaugure la plus grande centrale solaire flottante du monde

La Chine inaugure la plus grande centrale solaire flottante du monde

chine-centrale-solaire-flottante

Bien loin de prendre l’eau, le photovoltaïque chinois est au contraire en pleine progression : début décembre, le gouvernement chinois a officiellement inauguré la plus grande centrale solaire flottante au monde. Comme un symbole de la transition énergétique qui s’opère dans le pays, le lieu de déploiement de cette nouvelle centrale solaire flottante est une ancienne mine à charbon qui a été stoppée puis noyée grâce aux eaux de pluie. Avec la réussite de ce nouveau projet, la Chine démontre une fois de plus son attachement à l’énergie solaire et son ambition à devenir l’un des pays les plus innovants en la matière.

La plus grande centrale solaire flottante du monde

Même si le charbon demeure la principale source d’énergie en Chine, le mix énergétique du pays est en profonde mutation car la part des énergies renouvelables ne cesse de progresser. A l’heure actuelle, les ENR représentent 11% du mix énergétique du pays. En matière de photovoltaïque, la Chine dispose désormais de 77 GW de puissance, ce qui fait d’elle le premier producteur d’énergie solaire au monde devant l’Allemagne. Et la Chine ne compte pas s’arrêter là : le pays multiplie les projets imposants pour répondre à ses besoins énergétiques et réduire dans les années à venir sa dépendance aux énergies fossiles. Avec son site de Longyangxia Dam Parc, la Chine détenait déjà le record de la plus grande centrale solaire au sol du monde. Depuis le début du mois de décembre, elle tient également la première place du podium en ce qui concerne les centrales solaires flottantes.

Au début du mois de décembre 2017, la Chine a inauguré sa toute nouvelle centrale solaire flottante, la plus grande qui existe actuellement au monde. Elle a été construite dans la province d’Anhui, à 200 km au nord-ouest de la ville de Shanghaï, sur le terrain qu’occupait auparavant une mine de charbon à ciel ouvert et qui a depuis été recouvert par les eaux. Les chiffres de cette nouvelle centrale solaire donnent le vertige : elle s’étend sur près de 800 000 mètres carrés, soit l’équivalent de 110 terrains de football ! Grâce à cette gigantesque étendue de panneaux photovoltaïques (près d’un millier de panneaux), elle va produire 40 GW ce qui permettra d’alimenter pas moins de 16 000 foyers dans la province. Sa conception et son exploitation ont été confiées à une entreprise chinoise, SunGrow, qui s’est spécialisée dans la production et le stockage de l’énergie solaire.

Optimiser l’espace pour produire de l’énergie

Le choix de ce site d’Anhui pour accueillir la centrale solaire flottante ne doit rien au hasard. Dans cette ancienne province minière, les sites de production abandonnés n’ont pas trouvé de nouvelle activité industrielle pour faire vivre les habitants. Et du fait de la contamination du sol, ces terres sont impropres à la culture. La seule solution pour les autorités, c’était de noyer les anciennes mines de charbon pour créer un lac artificiel et utiliser l’eau et l’espace ainsi dégagé comme des ressources capables de soutenir le déploiement des énergies renouvelables. Selon les endroits, le lac mesure entre quatre et dix mètres de haut ; une profondeur assez faible qui a facilité l’installation des panneaux photovoltaïques.

Par ailleurs, l’eau qui constitue le lac artificiel offre plusieurs avantages non négligeables pour le déploiement de cette centrale solaire nouvelle génération. L’eau du bassin sert de système de refroidissement naturel pour limiter la chaleur des panneaux solaires, ce qui facilite leur entretien et permet d’augmenter leur rendement en énergie. L’eau présente un autre avantage : sa surface réverbère la lumière, ce qui permet d’augmenter encore la performance des panneaux solaires. Ultime avantage : cette grande étendue parfaitement plate évite tout risque d’ombre portée par des éléments naturels ou des constructions sur les panneaux.

D’autres projets déjà réalisés

L’Inde aussi s’est tournée vers cette nouvelle technologie pour développer les ENR sur son territoire. Elle a installé plusieurs centrales solaires flottantes dont la plus grande a été déployée sur l’eau du réservoir de Banasura Sagar, dans la province du Kerala. Avec ses 1 938 panneaux solaires installés, la centrale offre une capacité de production de 500 kWp. Dans cet état indien aux reliefs multiples et traversé par de nombreux canaux, la construction d’installations pour produire de l’énergie a toujours été très complexe. Le Kerala ne parvient à produire que 30% de l’énergie dont il a besoin et doit importer les 70% restants depuis les états voisins. La construction de cette centrale solaire flottante est donc apparue comme une opportunité d’exploiter la ressource aquatique.

Plus proche de nous, en France la commune de Piolenc (Vaucluse) a décidé de monter un projet de financement participatif pour installer une centrale solaire flottante sur le plan d’eau qui recouvre d’anciennes carrières à proximité du Rhône. Le projet, très humble en comparaison avec la centrale chinoise, s’étendra sur 17 hectares de superficie et devrait entrer en production fin 2018. La preuve que la centrale solaire flottante est un modèle de production d’énergie qu’on peut déployer à toutes les échelles.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 13 Mar 2017
Le nouveau barrage hydroélectrique de Soubré en Côte-d'Ivoire, financé et construit par la Chine dans le but de combler une partie du déficit énergétique national, sera mis en service à la fin du mois de mars 2017, selon un communiqué…
jeu 16 Jan 2014
Le constructeur photovoltaïque français Helexia a lancé sa centrale solaire implantée sur la toiture d'une grande surface Leroy Merlin, dans la zone commerciale du sud de la ville de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Cette installation a pour objectif de couvrir l'ensemble des…
ven 8 Mar 2019
Le ministère de la transition écologique et solidaire a publié, mardi 5 mars 2019, le projet de décret relatif à la PPE. Le document reprend les grandes lignes déjà présentées par Emmanuel Macron le 27 novembre 2018. Il comporte toutefois…
mer 13 Jan 2016
En créant le comité Haute-Durance Initiatives, en 2013, la Chambre de Commerce et d’Industrie des Hautes-Alpes souhaitait favoriser les entreprises locales dans les projets énergétiques du département. La CCI organisera une conférence le 15 janvier prochain, en présence de la…

COMMENTAIRES

  • “elle va produire 40 GW ce qui permettra d’alimenter pas moins de 16 000 foyers dans la province” : toujours la même erreur grossière. Les jours sans soleil et évidemment toutes les nuits cette centrale n’alimentera personne.
    Et elle ne permettra même pas d’arrêter la moindre centrale “pilotable”, qu’elle soit nucléaire, hydraulique ou au charbon. Celles-ci restent les garantes de disposer d’électricité lors des pointes de consommation, les énergies “climatiques” comme le solaire ou l’éolien n’apportant aucune garantie.
    Tant que le moyen de stocker de l’électricité en grande quantité n’aura pas été d’abord inventé puis déployé industriellement, ces conclusions seront imparables.

    Répondre
  • Que d’eau!
    Y’avait- il besoin de noyer ces mines si c’était pour planter le support des panneaux sur le fond de ces lacs artificiels ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.