La première centrale solaire flottante de France entre en chantier

La première centrale solaire flottante de France entre en chantier

centrale_solaire_flottante

Alors que la première éolienne flottante de France installée au large du Croisic vient tout juste d’être raccordée au réseau électrique nationale, la filière solaire commence elle aussi à développer de nouveaux systèmes de production flottants dans le but d’augmenter sa surface d’exploitation possible. Le producteur français Akuo Energy vient d’annoncer dans ce contexte jeudi 20 septembre 2018 le démarrage de la construction de la première centrale solaire flottante de France, sur le lac d’une ancienne carrière à Piolenc dans le Vaucluse.

Largement développée en Asie (en Chine et au Japon notamment), les centrales solaires flottantes commencent progressivement à tracer leur chemin dans l’Hexagone. Après plusieurs projets expérimentaux de quelques dizaines de mégawatts, la première installation significative devrait voir le jour prochainement sur le lac d’une ancienne carrière à Piolenc dans le Vaucluse. Le producteur d’énergie renouvelable Akuo Energy a annoncé jeudi 20 septembre 2018 le lancement du chantier de cette centrale photovoltaïque inédite.

Réduire les conflits liés aux espaces d’exploitation

Rassemblant plus de 47.000 panneaux solaires sur 17 hectares pour une puissance prévue de 17 MW, cette installation posée à la surface du lac permettra d’alimenter en électricité près de 4.700 foyers. Elle devrait donc afficher des résultats assez similaires à ceux proposés par une centrale solaire posée à terre. Le véritable atout des systèmes flottants réside ici surtout dans l’ouverture de nouveaux espaces d’exploitation et la réduction des conflits d’usage (avec l’agriculture notamment) qui freinent bien souvent l’expansion du solaire à terre. « L’intérêt du flottant est d’offrir la possibilité de réhabiliter des espaces dégradés par l’homme, comme des anciennes carrières inondées, sans concurrence avec d’autres usages », explique Eric Scotto, PDG d’Akuo Energy. En sélectionnant les lacs situés à moins de 5 km d’un point de raccordement au réseau électrique, Akuo Energy estime le potentiel à 3.000 mégawatts en France.

De manière générale, « la France compte 705 km3 de lacs artificiels et si 30% de leur surface était recouverte de panneaux solaires, cela représenterait la consommation d’environ 4 millions de foyers », estime Charlotte de Lorgeril, du cabinet Sia Partners. De nombreux producteurs d’énergie commencent de fait à s’intéresser à ces centrales solaires flottantes. Engie et EDF par exemple réfléchissent à équiper des nombreux lacs de barrages qu’ils exploitent.

Crédits photo : Akuo Energy

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 23 Nov 2016
Dalkia, filiale du groupe EDF spécialisée dans les services d'efficacité énergétique, l'Ademe et la ville de Caen, ont inauguré vendredi 18 novembre dernier, une nouvelle chaufferie biomasse. Cette installation alimentée en bois permettra d'approvisionner en chaleur renouvelable plus de 7.000…
jeu 3 Mar 2016
L'école de management de Grenoble et le pôle de compétitivité Tenerrdis ont décidé de lancer un Mooc sur les énergies renouvelables. Ces cours accessibles en ligne synthétisent les connaissances disponibles sur les ENR à destination du grand public. (suite…)
jeu 26 Déc 2019
Le 10 décembre 2019, France Biométhane et SIA Partners ont publié les résultats de leur observatoire européen du biométhane. Pour la troisième année, ils se sont intéressés au développement de la filière du gaz vert en général, et du biométhane…
jeu 18 Sep 2014
Alors que le projet de loi de transition énergétique défendu par Ségolène Royal entrera au programme du Parlement en procédure accélérée dès la 1 er octobre prochain, Jean-Louis Bal, président du syndicat des énergies renouvelables, a exprimé devant la Commission…

COMMENTAIRES

  • Bonjour
    Je crois qu’il y a une petite coquille dans les chiffre du dimmansionnement
    17 000 Ha ça parait pharaonique quand on connaît la taille d’1 hectare
    et puis 17MW ça parait peut face à une surface aussi immense
    est-ce que ce n’est pas plutôt 17 000 m² ou 17 Hectare… ce qui serait déjà pas mal ?

    Répondre
    • Bonjour,
      Désolé pour cette erreur et merci à vous de l’avoir relevé. Nous avons effectivement corrigé ce chiffre qui était bien 17 hectares.

      Bonne continuation sur L’Energeek.
      Cordialement,
      La Rédaction

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.