Le Danemark va consacrer au climat 60% de sa dotation du plan de relance européen - L'EnerGeek

Le Danemark va consacrer au climat 60% de sa dotation du plan de relance européen

danemark consacrer climat 60 plan relance europeen - L'Energeek

Ce vendredi 30 avril 2021, le Danemark a envoyé à la Commission Européenne son programme d’utilisation des fonds alloués par le plan de relance européen. Le pays veut se servir de cette manne pour accélérer encore sa transition énergétique, en y allouant 60% de l’aide européenne. La Commission Européenne doit valider ce plan de financement d’ici l’été, pour des premiers versements attendus à la rentrée.

Le plan de relance européen sur le chemin de la ratification

Les derniers blocages d’importance contre la ratification du plan de relance européen sont tombés fin avril 2021. Ce plan de financement de 750 milliards d’euros, validés fin 2020 par le Conseil Européen, doit en effet être ratifié par les parlements des 27 Etats membres pour pouvoir entrer en vigueur.

En Allemagne, la justice fédérale a reconnu la légalité de ce plan, et ne s’opposera pas à sa ratification. En Finlande et en Pologne, c’est le soutien de partis d’opposition qui va permettre de ratifier le plan.

Pour rappel, ce plan autorise la Commission Européenne à emprunter directement sur les marchés pour le compte des Etats membres, à hauteur de 750 milliards d’euros, répartis en fonction de la population de chaque pays, et de l’impact de la crise du Covid-19 sur son économie. A elle seule, l’Italie récupère ainsi près d’un quart de la somme totale, avec 192 milliards d’euros.

Ces financements sont assortis d’un ensemble de contraintes sur leur utilisation. Chaque Etat doit ainsi dépenser au moins 37% du total pour des projets permettant de lutter contre le changement climatique, et au moins 20% pour accélérer la numérisation de l’économie, en particulier pour les PME.

Le Danemark va allouer 60% de ses aides européennes à ses objectifs climatiques

Ce 30 avril 2021, le Danemark a envoyé à la Commission Européenne son plan d’utilisation de ces crédits européens. Le pays faisait partie, avec les Pays-Bas, l’Autriche et la Suède, des quatre pays « frugaux », qui avaient dans un premier temps refusé que l’Europe accorde aux Etats une aide aussi importante, surtout sans conditions.

Mais puisque des fonds sont finalement disponibles, le Danemark a décidé de s’en servir pour accélérer encore sa transition énergétique. Déjà champion des renouvelables (en particulier grâce à ses fermes éoliennes en mer), le pays va utiliser 60% des 11,6 milliards de couronnes (1,56 milliard d’euros) qui lui sont alloués à ses objectifs climatiques. Le Danemark va également en utiliser 25% pour la numérisation de son économie.

« Ces investissements vont stimuler l’économie et soutenir l’emploi. En même temps, ils vont contribuer à atteindre l’objectif ambitieux du pays consistant à réduire de 70 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 », a commenté Nicolai Wammen, le ministre social-démocrate des Finances.

Le ministre souligne aussi que ce plan de relance devrait stimuler les exportations des entreprises danoises vers d’autres pays européens. Le Danemark compte en effet plusieurs géants de technologies liées aux énergies renouvelables, comme Telles Ørsted (éolien off-shore), Vestas (éoliennes) ou Grundfos (pompes).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 2 Mai 2014
Selon le ministère de l’énergie, la consommation énergétique de l’Algérie aurait atteint les 40 milliards de dollars en 2013, un chiffre qui devrait doubler d’ici 2030 au regard  de l’augmentation significative et constante de la demande nationale en énergie. Face…
mar 27 Août 2019
Le G7 a été un succès, Emmanuel Macron est parvenu à mettre la question du climat à l'ordre du jour. Et si la Belgique a renoncé à organiser la COP26, un autre pays européen devrait avoir cette responsabilité. Cet honneur…
mer 6 Juil 2016
Considérée comme un des pays européens leaders dans les énergies renouvelables, l'Autriche a fait du stockage de l'énergie une des ses priorités de recherche et développement, et a déjà obtenu des résultats prometteurs en la matière. Une équipe de scientifiques de l'institut AEE Intec, situé dans…
mar 19 Nov 2013
La centrale nucléaire de Chooz, érigée à la pointe des Ardennes, près de la frontière avec la Belgique, a inauguré mardi 12 novembre un tout nouveau système de partage de voitures électriques. Une quinzaine d'employés volontaires ont désormais à leur…

COMMENTAIRES

  • Système de stockage thermique danois GridScale à faible coût et efficacité aller-retour 55% à 60%

    Il couvre à la fois la durée de 12 à 18 h requise pour le lissage quotidien de l’énergie solaire photovoltaïque et la durée de 3 à 7 jours requise pour le lissage de l’énergie éolienne sur les écarts engendrés lors des périodes de vent faible.

    Avantages :

    – Aucune contrainte géologique ou topologique. Peut être mis en œuvre en tant qu’unités autonomes dans le monde entier
    – Modulaire ou en série, intégrable
    – N’utilise pas de matériaux rares
    – Ne présente aucun risque (ni d’explosion, d’incendie, de toxicité etc)
    – Rendement aller-retour élevé
    – Très longue durée de vie
    – Recyclage 100% sans difficultés
    – Facilite l’intégration de parts d’énergies renouvelables beaucoup plus importantes qu’auparavant
    – Enorme réduction de coûts du stockage de l’énergie notamment électrique (20 fois moins cher que les batteries)
    – Le COP (Coefficient de Performance) est de l’ordre de 250%, en fonction des plages de température (jusqu’à environ 600°C)
    – Capacité allant jusqu’à 1 GW et 100 000 MWh par unité
    – Cogénération possible

    Le matériau du réservoir de stockage chaud est de la roche de basalte concassée. Le basalte est formé par le refroidissement de la lave et, en raison de son origine volcanique, il est très résistant au chauffage et au refroidissement rapides. Il est abondant, facilement accessible dans de grands volumes partout dans le monde.

    Étant donné que les températures maximales du réservoir de stockage froid sont beaucoup plus basses que celles du réservoir de stockage chaud, le réservoir froid peut utiliser tout type de roche concassée. Il n’y a pas de dégradation des matériaux de stockage et la capacité nominale est disponible pendant toute la durée de vie du système

    https://www.stiesdal.com/storage/the-gridscale-technology-explained/

    .

    Répondre
  • Le cas du Danemark est particulier. Ce petit pays a installé à grand frais un parc de renouvelables qui coûte très cher à ses citoyens et consommateurs, échange de très gros volumes avec ses voisins, et est devenu importateur net d’électricité. Il serait difficile de transposer ce modèle dans un grand pays et dans un autre contexte géographique. De plus, ce pays dispose de très grosses réserves de gaz et pétrole, avantage incomparable mais rend ce pays assez émetteur de CO2. https://en.wikipedia.org/wiki/Energy_in_Denmark#:~:text=Denmark%20imports%20around%2012%25%20of,11%25%20of%20the%20electricity%20production.

    Répondre
  • Personne n’a jamais prétendu que seul l’éolien ou le solaire pourrait être utilisé pour produire de l’électricité.

    C’est le bavardage imbécile habituel utilisé pour critiquer les énergies renouvelables, en ne considérant que l’une ou l’autre d’entre elles séparément.

    Entre 2016 et 2020, la production danoise d’électricité à base de charbon est passée de 8,11 TWh à 2,88 TWh, sans que celle à base de gaz naturel n’augmente.

    Au total, les non-renouvelables sont passés de 17,98 TWh en 2016 à 4,92 TWh en 2020 et les renouvelables de 11,10 TWh à 22,47 TWh pour les mêmes années (source IEA).

    Et en Tchéquie nucléaire, combien de CO2 par kWh d’électricité ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.