COP25 : énergies fossiles, le risque de l'inaction climatique

COP25 : énergies fossiles, le risque de l’inaction climatique

cop25 energies fossiles risque inaction - L'Energeek

Ce mercredi 11 décembre 2019, la COP25 a été marquée par plusieurs remontrances très sévères contre les dirigeants du monde pour leur manque d’ambition climatique, notamment en matière d’énergies fossiles – la plus médiatique ayant émané de Greta Thunberg. Ce même jour, la Russie annonçait une stratégie énergétique pour 2035 centrée sur le gaz naturel, et le Japon confirmait, malgré les critiques, son soutien au charbon.

COP25 : Greenpeace et Greta Thunberg tancent les dirigeants du monde entier

Pour l’heure, la COP25, qui se tient à Madrid jusqu’au 13 décembre 2019, n’a débouché sur aucun engagement d’un pays fortement émetteur de GES de relever ses ambitions climatiques. Une inaction, notamment sur le front des énergies fossiles, qui a été fortement critiquée, ce mercredi 11 décembre, par la directrice générale de Greenpeace, Jennifer Morgan, et par l’activiste suédoise Greta Thunberg, présentes à Madrid.

« Je participe à ces COP depuis 25 ans et je n’ai jamais vu une telle fracture entre ce qui se passe entre ces murs et ce qui se passe dehors. Les solutions sont juste sous nos yeux. Mais où sont les champions ? Où sont les leaders ? Où sont les adultes dans la salle ? », a attaqué Jennifer Morgan.

Cette COP « semble s’être transformée en une opportunité pour certains pays d’éviter de relever leurs ambitions. Des pays arrivent à trouver des façons habiles pour éviter d’engager de vraies actions », a repris Greta Thunberg. La jeune fille a ainsi dénoncé la plupart des promesses climatiques des dirigeants en terme d’émissions, car ils « n’incluent pas l’aviation, le secteur maritime, et les biens importés ou exportés, mais ils incluent la possibilité pour les pays de compenser leurs émissions ailleurs ».

Russie et Japon confirment leurs soutiens aux énergies fossiles

Comme pour confirmer ces prises de parole, la Russie a publié, ce mercredi 11 décembre 2035, sa stratégie énergétique pour 2035. S’appuyant toujours sur sa surface boisée (la plus importante du globe, 20% des forêts du monde sont en Russie) et les compensations d’émission qu’elle offre, Moscou a annoncé une hausse de sa production d’énergie primaire pour 2035 (entre + 8,6% et + 21,2% ).

Pour « verdir » ce mix, le seul engagement de la Russie est de substituer en partie le pétrole au gaz naturel, pour compenser la baisse de la production nationale de pétrole. Mais la part des énergies décarbonées (nucléaire et renouvelables) devraient rester stables, aux alentours de 8% de la consommation d’énergie primaire. Traduit en bilan carbone : les émissions de la Russie devraient au mieux être stables, et plus probablement augmenter d’ici 2035.

Ce même jour, le Japon a, quant à lui, réagi aux critiques apportées à la COP25 contre son soutien au charbon, tant dans la politique énergétique nationale que via son secteur financier, numéro 1 des investissements dans les centrales au charbon dans le monde.

« J’ai bien peur de ne pas pouvoir partager aujourd’hui avec vous une modification de notre politique de soutien au charbon », a déclaré le ministre japonais de l’Environnement, Shinjiro Koizumi, fermant la porte à de nouveaux engagements climatiques sur cette question.

Ces deux prises de position renvoient aux craintes d’Alden Meyer, de l’Union for Concerned Scientists : pour lui, si la COP 25 débouche sur un « résultat faible », « cela enverra un signal terrible au monde ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Entre le développement des énergies renouvelables en pleine expansion, les innovations dans le secteur du thermique et les débats houleux dont fait l'objet le secteur du nucléaire, la France a connu une actualité énergétique 2016 passionnante sur laquelle «  L'Energeek  » se propose…
lun 6 Mar 2017
Selon plusieurs exploitants régionaux, Israël aurait commencé depuis le mois de janvier dernier à exporter une partie de sa production de gaz naturel en mer Méditerranée vers la Jordanie en vertu d'accord datant de 2014. Un première étape pour l'Etat…
lun 10 Nov 2014
Alors qu'un récent rapport de l'Organisation des Nations Unies (ONU) invite vivement toute la planète à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et qu'un accord a été conclu pour maintenir le réchauffement climatique à moins de…
ven 15 Nov 2019
La lutte contre les émissions de gaz à effet de serre n'a jamais été soutenue par un si grand consensus mondial. Elle peine pourtant à se mettre en place sur le terrain. Pire : les investissements sont loin d'être à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.