Au Chili, les transports en commun tournent doucement au vert

Au Chili, les transports en commun tournent doucement au vert

Le 2 décembre 2019, le Chili organisera la COP25. Ce sera l’occasion pour le pays de faire la démonstration de ses avancées en matière d’énergies renouvelables. Le métro de sa capitale utilise désormais 60% d’électricité verte. Et d’ici 2050, le Chili devrait atteindre 70% d’énergies renouvelables dans son mix électrique. Un hôte exemplaire qui s’est notamment inspiré des bonnes pratiques du G7 à Biarritz, et qui sera sûrement regardé avec attention par la nouvelle présidente de la COP26, Claire Perry O’Neill.

Santiago du Chili : 60% d’énergies renouvelables dans le métro

Pour le métro de Santiago, 60% de l’alimentation électrique provient des énergies renouvelables. Un véritable record : aucun autre réseau de métro dans le monde n’utilise autant d’électricité verte à en croire RFI. Cela étant, l’électricité est l’un des principaux postes de dépense pour faire tourner le réseau du métro. L’entreprise gestionnaire du métro de Santiago a donc décidé d’investir dans les énergies renouvelables. L’objectif est double : réduire les coûts électriques sur le long terme en pariant sur la baisse des coûts des renouvelables. Mais aussi réduire rapidement l’empreinte carbone du métro.

La fourniture d’électricité du métro repose sur un mix original. Le jour, le métro fonctionne avec de l’électricité solaire ; la nuit, il utilise de l’électricité éolienne.  18% de l’électricité consommée provient ainsi d’un parc éolien. Le jour, c’est une centrale photovoltaïque située au nord de Santiago qui fournit 40% de l’électricité utilisée par le métro. Cette installation inaugurée en janvier 2019 est gérée par une filiale de Total, dans le désert d’Atacama, où le pays concentre ses efforts pour le photovoltaïque.

Un président à vélo dans les rues de Biarritz

En août dernier, Sebastian Pinera, le président du Chili, était l’invité d’Emmanuel Macron à Biarritz, pour le sommet du G7. A cette occasion, le président chilien a pu profiter d’un test en conditions réelles du tout dernier vélo à hydrogène made in France. Ce vélo a été mis au point par une PME de Biarritz, Pragma Industries. Le président, qui a personnellement essayé le vélo en roulant dans les rues de Biarritz, a déjà passé commande de 1 000 exemplaires. Le but : les mettre en circulation en décembre prochain, au moment de la COP25, mais aussi développer le tourisme durable aux côtés de Jean-Baptiste Lemoyne.

Le vélo électrique à hydrogène de Pragma Industries possède au moins deux solides arguments pour lui. Son temps de charge est minime : seulement une minute. Et son autonomie est très grande : environ 150 km. Pierre Forté, le président de Pragma Industries, a même précisé que le taux d’ensoleillement du Chili serait très favorable au développement du vélo à hydrogène. En effet, l’hydrogène peut être produit en utilisant l’énergie solaire comme source électrique.

Sebastien Pinera fera du vélo à hydrogène français l’un des symboles de la future COP25. Le président chilien a déjà annoncé qu’il souhaitait qu’un vélo soit mis à la disposition de chacun des représentants des pays participants.

Les transports verts : un idéal pas si lointain pour l’Hexagone ?

Doit-on s’inspirer du Chili en matière de transition énergétique, et plus particulièrement en ce qui concerne les transports ? En France, l’Assemblée Nationale a repris l’examen du projet de loi Mobilités. Dans le même temps, Jean-Baptiste Djebbari a été nommé secrétaire d’Etat aux Transports (pour remplacer Elisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire). Mais le sujet de la mobilité propre divise toujours autant, surtout en ce qui concerne la mobilité douce. D’autant que les situations sont souvent complexes ; et si les externalités positives de la pratique du vélo sont parfois mal appréhendées, les nuisances des trottinettes électriques sont aussi mal évaluées. Ainsi, à la SNCF, Marie Caroline Bénézat explique : “puisqu’elles sont privilégiées pour des petites distances, elles font malheureusement sortir les gens des transports en communs, souvent moins polluants à distance égale“.

De même pour les transports collectifs, avec le programme Bus 2025, la RATP vise une flotte 100% propre. Pour cela toutes les solutions technologiques sont mobilisées, en juin dernier la RATP annonçait donc “la conversion de 25 centres bus d’Île-de-France à l’électrique et au biogaz“.  Enfin, on estime qu’actuellement le réseau ferroviaire parisien (métro, RER et tramway) consomme en électricité, chaque année, près de 1,5 milliard de kWh. L’idéal serait d’intégrer plus d’électricité verte dans le mix de la RATP, mais pour le moment les choses avancent lentement. En janvier 2019, la régie des transports parisiens a lancé une réflexion pour l’intégration des énergies renouvelables sur son réseau.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 6 Jan 2017
Le 4 janvier dernier, Tesla a annoncé avoir commencé la production en série des éléments de batteries lithium-ion dans sa "Gigafactory" du Nevada aux Etats-Unis, en collaboration avec le japonais Panasonic. Une étape déterminante pour le groupe d'Elon Musk dans…
mar 27 Fév 2018
La France connaît depuis lundi 26 février 2018 des températures particulièrement basses provoquant une forte hausse de la consommation de courant, alors que de nombreux foyers se chauffent à l'électricité. Cette situation tendue pour notre réseau d'approvisionnement électrique avait néanmoins…
jeu 18 Juil 2019
Pour le gouvernement, il est grand temps de mettre un coup d'accélérateur sur le déploiement des bornes de recharge pour les véhicules électriques. Le 4 juillet 2019, deux nouvelles mesures de financement destinées aux collectivités et copropriétés ont donc été…
mer 22 Fév 2017
Si l'objectif de la France de réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2030 semble encore loin, la tendance à la baisse se poursuit malgré tout depuis le début des années 1990, et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.