Brice Lalonde : "l’électricité est le vecteur idéal pour décarboner notre économie"

Brice Lalonde : “l’électricité est le vecteur idéal pour décarboner notre économie”

electricite-batiments-brice-lalonde

Figure tutélaire de l’écologie politique, Brice Lalonde a accepté de nous dresser un état des lieux de la transition énergétique française. Engagé dans le débat public avec le groupe de réflexion qu’il préside, Équilibre des Énergies, il revient aussi bien sur la nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie, que sur les enjeux spécifiques de l’électricité dans les secteurs du bâtiment et des transports…

  • Alors que la transition écologique vise à améliorer la performance énergétique de nos logements, pensez-vous que les investissements envisagés suffiront à endiguer le phénomène de précarité énergétique ?

Les décisions qui ont été prises récemment vont dans la bonne direction. J’espère maintenant que la mobilisation qui vient de se matérialiser avec l’engagement de FAIRE pourra porter ses fruits. En effet, tous les professionnels ont décidé de se rassembler, donc c’est un signe encourageant.

Cependant il faut admettre que cela fait déjà un moment que nos objectifs très ambitieux « patinent ». C’est là toute la difficulté, il faut à présent tenir nos objectifs !  Nous assistons depuis quelques temps déjà, à une sorte de bouleversement permanent des systèmes d’aides, de ce qui est autorisé et de ce qui ne l’est pas… Désormais les professionnels attendent surtout une certaine stabilité réglementaire. Il faut qu’on s’engage à suivre les mesures pendant au moins une dizaine d’années consécutives pour qu’elles produisent leurs effets…

  • En dehors de sa dimension sociale, la rénovation énergétique des bâtiments poursuit aussi des objectifs environnementaux. Que pensez-vous du coefficient d’électricité dans l’actuelle Réglementation thermique (RT2012) des bâtiments ?

Ce coefficient est tout simplement absurde ! À l’origine, il s’agissait d’une mesure purement statistique. Celle-ci date de l’époque où l’électricité était majoritairement produite à partir du charbon. C’est pourquoi, il n’a plus vraiment de raison d’être en France.

Ce qui compte plus par contre, c’est de travailler en énergie finale. Pour l’instant, ce coefficient a pour seule conséquence de barrer la route à l’électricité pour nos bâtiments. Et il va donc à l’encontre des objectifs de décarbonation de notre société, qui sont notamment impulsés par la Stratégie nationale bas carbone (SNBC) et par la loi de transition énergétique, mais aussi par les récentes déclarations du président de la République.

  • Avec Équilibre des Énergies, vous avez publié une infographie très partagée pour demander la baisse de ce coefficient à 2,1. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

La réponse est une fois encore toute simple, 2,1 c’est la valeur par défaut de l’Union Européenne. De mon point de vue, ce coefficient pourrait parfaitement disparaître. Malheureusement, je constate qu’il existe encore des réticences à ce sujet, même si les justifications de telles positions restent pour moi assez obscures…

Toujours est-il qu’actuellement chaque pays peut déterminer son propre coefficient. C’est pourquoi, avec notre mix électrique, il nous semble absolument logique de chercher à, dans un premier temps, abaisser le niveau de ce coefficient au niveau de référence européen. Encore une fois, ce dispositif vise à limiter le recours à l’électricité dans nos logements ; et il est vrai qu’en Europe, une partie des pays membres utilisent encore massivement le charbon pour alimenter le réseau électrique. De ce point de vue uniquement, le coefficient conserve une pertinence…

  • La révision du coefficient et de sa méthode de calcul devait être abordée à la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) le 11 avril 2019, au ministère de la Transition écologie et solidaire. Que savez-vous à ce sujet ?

Tout d’abord, je tiens à saluer le remarquable travail de la DGEC sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Ce document tient compte des réalités pour décarboner la société française. Pour ce qui concerne plus particulièrement le coefficient, on sait que l’électricité est le vecteur idéal pour décarboner notre économie. Il ne faut donc pas l’entraver, et que la compétition soit équitable entre les différentes sources d’énergie. Je crois que cette préoccupation est largement partagée au ministère.

  • Et en ce qui concerne plus précisément les énergies renouvelables, quel est votre avis sur la PPE ?

Notre politique énergétique a trop longtemps été victime d’une confusion entre ses différents objectifs. On ne peut pas tout faire à la fois. D’un côté, il y a ceux qui veulent réduire de manière considérable la consommation d’énergie. Cependant on imagine difficilement un changement radical des comportements dans les prochaines années. Par ailleurs, il y a ceux qui souhaitent avant tout développer les énergies renouvelables électriques, bien qu’un mix électrique 100 % EnR ne semble pas atteignable. À ce titre, le virage enclenché vers la chaleur renouvelable me semble salutaire ! Après, il reste la question du nucléaire… Une énergie qui semble incontournable, qu’on le veuille ou non, au regard des efforts demandés pour accroître la part de l’électricité dans les usages finaux de l’énergie.

  • En décembre 2018, vous évoquiez “une taxation écologique inéluctable” ; en cette période d’élections européennes la majorité défend pour sa part « une taxe carbone aux frontières de l’Europe » ; votre conviction est-elle toujours la même après le mouvement des gilets jaunes ?

En effet, je crois toujours que la taxation écologique dans son ensemble, c’est-à-dire le fait de taxer davantage le gaspillage des ressources naturelles, plutôt que de taxer le travail, reste la seule direction à prendre.

Maintenant, une question demeure : comment procède-t-on ? Si on prend l’exemple de la taxe carbone, pour qu’elle soit acceptable, il faut que son revenu serve directement les Français. Concrètement, cette ressource peut être utilisée pour aider à l’acquisition d’un véhicule propre, cela peut aussi servir au financement des entreprises de la transition énergétique ; enfin, elle pourrait également servir à faciliter le remplacement des vieilles chaudières par des pompes à chaleur

Toutes ces mesures auraient effectivement un impact très direct sur le pouvoir d’achat des ménages. Surtout, il ne faut pas que ce nouveau prélèvement finisse, comme souvent, par remplir uniquement les caisses de l’Etat. Les gilets jaunes nous rappellent qu’il ne peut pas y avoir de transition, sans considérations sociales. Il faut de l’équité, il ne faut pas laisser les transports aériens totalement exonérés, au moment où on augmente les impôts sur le carburant de Monsieur Tout Le Monde. Il faut que la justice sociale y trouve son compte… Avec le Grand Débat organisé par Emmanuelle Wargon et Sébastien Lecornu, les cahiers de doléances peuvent nous renseigner sur l’état de l’opinion. Nonobstant, on ne pourra pas tout faire ; en revanche, nous devrons tous concéder à un effort pour mieux préserver la nature.

  • Et pour prendre cette route, la voiture électrique est-elle selon vous bien adaptée ?

Il est intéressant de constater que si le personnel politique a longtemps freiné le développement de l’usage de l’électricité dans le bâtiment, il a très rapidement enclenché le virage de l’électromobilité. Réjouissons-nous, cela me paraît être une très bonne direction. À condition toutefois, bien entendu, que l’on s’occupe de la question écologique, c’est-à-dire des batteries. Pour cela, il ne faut plus qu’on soit obligé de les acheter en Chine, mais aussi qu’on s’occupe du recyclage des matières premières.

Il y a une vraie filière industrielle à mettre en place, et pour la voiture électrique, d’importants efforts à faire. Je pense par exemple à l’installation de prises de recharge dans les copropriétés. Mais il reste encore beaucoup d’autres obstacles à lever, avec en particuliers l’élaboration des normes pour les prises, au niveau européen… En Norvège, le parc automobile est déjà presque à 40 % électrique ; mais pour obtenir de tels résultats, les pouvoirs publics ont mis en place de très fortes incitations…

Rédigé par : Brice Lalonde

Brice Lalonde
Ancien ministre de l’environnement dans les gouvernements Rocard et Cressson de 1988 à 1992, Brice Lalonde est aujourd'hui président d’EdEn (Association Équilibre des Énergies).
ven 7 Juin 2019
Ce mercredi 5 juin 2019, le gestionnaire du réseau électrique français a publié son analyse saisonnière pour l'été 2019. L'occasion pour RTE de faire le point sur la sécurité d’approvisionnement en France. Et comme cet hiver, l’été devrait se passer…
lun 17 Août 2015
Le projet Midi-Provence de RTE prévoit une nouvelle liaison électrique de 210 km entre les postes de La Gaudière, dans l’Aude, et de Ponteau, dans les Bouches-du-Rhône. Il permettra une sécurisation du réseau électrique d'une zone sensible au risque de blackout en renforçant…
jeu 11 Oct 2018
A l'instar des principaux opérateurs énergétiques français, le groupe EDF considère le transport comme un axe de développement majeur, et s'évertue depuis plusieurs années déjà à déployer un réseau de bornes de recharge à la fois dense et interopérable. Désireux…
jeu 13 Avr 2017
Historiquement positionné comme opérateur de services à valeur ajoutée dans les télécommunications, Budget Telecom étend désormais son action sur le marché de l'énergie renouvelable. Le groupe Montpelliérain a annoncé mi-avril le lancement de Mint Energie, une nouvelle offre d’électricité 100…

COMMENTAIRES

  • Ce n’est pas aussi simple que d’uniquement modifier un coefficient car çà favoriserait entre-autres et par exemple les chauffages électriques de type “grilles-pain” alors que nous sommes mal placés en efficacité énergétique.

    De plus les technologies ne cessent d’évoluer, de même que l’analyse approfondie de leur bilan complet.

    Par ailleurs des technologies comme le solaire thermique et hybride sont encore peu employées en France malgré d’importantes évolutions récentes et leur efficacité en couverture élevée voire totale des besoins et en efficacité en termes de production de chaleur et froid, d’électricité etc avec des Coefficients de performance (Cop ) très supérieurs (et plus durables) aux seules pompes à chaleur pour des services plus étendus, y compris pour les réseaux de chaleur où la couverture avec stockage inter-saisonnier peut atteindre plus de 50% comme dans certains cas au Danemark, entre autres qui ne se prive pas d’utiliser aussi le solaire Csp (par exemple à Aalborg).

    Ou plus encore hors des réseaux de chaleur des couvertures à 100% par solaire thermique et stockage via des forages (et autres) de faible profondeur qui font leurs preuves depuis plus de 10 ans au Canada, Scandinavie etc bref pas les pays les plus ensoleillés ni chauds.

    https://www.youtube.com/embed/yxOv_vMx4H0

    Il semble donc préférable de classer et de favoriser les technologies les plus pertinentes et de faire le point tous les 3 ans par exemple, en fonction de leurs évolutions, afin de toujours favoriser les plus adéquates et efficaces.

    Le secteur du bâtiment couplé à une décentralisation de l’énergie ont un rôle essentiel à jouer et çà peut avancer vite vu le nombre d’entreprises concernées. Il existe déjà dans le monde plusieurs dizaines de milliers de bâtiments producteurs d’énergie. On constate également un nombre croissant de bâtiments, d’entreprises etc qui se coupent du réseau, de ses coûts et autres aspects négatifs élevés, allant de pair avec un nombre croissant de solutions et autres approches d’énergie décentralisée. Nos architectes, constructeurs et promoteurs en France doivent donc être aidés au plan des solutions énergétique et mettre les bouchées doubles.

    Raisonner sur le seul paramètre “électricité” et “CO2” en oubliant tous les autres aspects et paramètres est par ailleurs plus qu’incomplet dans le domaine énergétique. Nous sommes déjà champion du monde en thermosensibilité avec 2,4 GWh d’appel par degré C de moins en hiver.

    On a commis également des erreurs comparables dans le domaine des agrocarburants où la photosynthèse a un rendement tout au plus de 6% et ensuite la combustion a un rendement modeste dans les moteurs thermiques, sans évoquer toutes les étapes intermédiaires d’exploitation, transformation, transports etc

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.