EDF fait son entrée sur le marché de l’hydrogène décarboné

EDF fait son entrée sur le marché de l’hydrogène décarboné

accord_Mcphy_EDF

Alors que le gouvernement dévoilait la semaine dernière les dessous d’un nouveau plan national de déploiement de l’hydrogène dans l’Hexagone, le groupe EDF entend lui aussi participer à l’effort national en la matière et aider au développement d’une filière jugée déterminante pour la transition énergétique. L’électricien français a annoncé mardi 5 juin 2018 avoir signé avec la société McPhy un nouvel accord de partenariat industriel, commercial et de recherche pour le développement de l’hydrogène décarboné en France et à l’international.

Selon ce nouvel accord, le groupe EDF deviendra prochainement le premier actionnaire de la société McPhy, via l’acquisition de 21,7% des parts par sa filiale EDF Nouveaux Business. Cette opération se concrétisera par la souscription d’une augmentation de capital d’un montant de 16 millions d’euros (5,10 euros par action), censés renforcer les capacités financières de McPhy et lui offrir de nouvelles perspectives de croissance. « Nous sommes très heureux de la signature de ce partenariat avec le groupe EDF, leader mondial des énergies bas carbone. Cet accord marque le franchissement d’une nouvelle étape clé dans le développement de McPhy. Grâce aux moyens financiers supplémentaires et au soutien du groupe EDF, nous allons pouvoir accélérer notre croissance, renforcer notre développement commercial et conquérir de nouveaux marchés », a déclaré Pascal Mauberger, Président Directeur Général de McPhy.

Développer l’hydrogène décarboné en France et à l’international

La société McPhy, originaire de la Drôme, espère via cette alliance, renforcer son développement commercial et remporter de nouveaux clients en France et à l’international grâce notamment à la position d’EDF sur ses marchés stratégiques en Europe, aux Etats-Unis et en Chine. Spécialisée dans les équipements de production, de stockage et de distribution d’hydrogène, McPhy offre d’ores et déjà toute une gamme de solutions (électrolyseurs, stations de recharge hydrogène et stockage), et couvrent à ce jour toute la chaîne de valeur, de l’ingénierie à la fabrication, la production, l’exploitation, la maintenance, et la R&D.

De son côté, en s’associant à la société McPhy, le groupe EDF franchit lui aussi une nouvelle étape dans sa contribution en faveur de la transition énergétique avec pour ambition de développer à moyen terme une offre d’hydrogène décarbonée compétitive, et de proposer à ses clients de nouveaux services leur permettant de réduire leur empreinte carbone. « Ce partenariat constitue une première étape qui permettra ainsi à EDF d’accélérer son arrivée sur ce nouveau marché en pleine croissance et créateur d’emplois en France et dans le monde », explique Cédric Lewandowski, Directeur Exécutif du Groupe EDF en charge de la Direction Innovation, Stratégie et Programmation.

Crédits photo : McPhy

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 23 Mar 2018
Après trois de années de stagnation liée l’utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon, les émissions mondiales de gaz carbonique dans le secteur de la production énergétique sont reparties à la hausse en 2017,…
ven 18 Mai 2018
Traumatisé par l'accident nucléaire de Fukushima survenu en 2011, le Japon a passé ces sept dernières années à se chercher une nouvelle stratégie énergétique. Confronté à l'hostilité de la population, les gouvernements japonais successifs ont dû abandonner le nucléaire pour…
mar 18 Oct 2016
Le 12 octobre dernier, l'Etat russe a vendu plus de 50 % du capital de Bachneft, le sixième producteur d'hydrocarbures du pays, au groupe Rosneft, pour 4,7 milliards d'euros. S'il s'agit de la plus grosse cession d'actifs, cette année, de…
ven 6 Oct 2017
Alors que Dalkia, filiale d’EDF spécialisée dans les services énergétiques, se renforçait une nouvelle fois en Pologne via l’acquisition lundi 2 septembre 2017 de l'entreprise Matex Controls, le groupe EDF poursuit en parallèle le processus de cession de ses actifs…

COMMENTAIRES

  • A propos de solaire et d’hydrogène, ce serait bien d’en savoir plus sur la technologie d’amplification qu’a fait breveter Genesys !

    Personnellement je n’ai pas encore eu le temps de regarder de plus près puisque je lis cette info à l’instant :

    June 7 (Renewables Now) – Genesys LLC has obtained a US patent for a solar power amplifier that is capable of producing electricity in the multiple kilowatt range and providing a 24/7 service using a single solar panel of 200 W.

    The eRET (Electrical Radiant Energy Transfer) technology developed by Genesys and validated by a certified third party can increase the power of a solar module by up to 100 times, the company claims. The system generates electric currents using a cascade process rather than the commonly used induction process and converts the flow of the low energy electrons supplied from the solar panel into high energy electrons. In addition, energy is stored in the form of hydrogen fuel cell for later use of the generated power. The company says it has demonstrated a working prototype generating power as high as 40 kW from a solar installation with a capacity of 200 W.

    The US Patent and Trademark Office (USPTO) has allowed the patent for Genesys’ technology after failing to find any similarities to this invention in an extensive patent and scientific literature search. Genesys said it has also filed patent applications around the world.

    “This technology will allow the consumer to generate 24/7 electrical power without the need of any electrical grid infrastructure or battery storage as well as create a technology platform for the generation of chemicals from simple precursors such as water and carbon dioxide,” commented CEO Ronny Bar-Gadda.

    Genesys said in a statement that it is open to multiple types of business arrangements involving its technology. It noted that the eRET can also be used to replace lithium-ion batteries in self-charging cars, to power drones, or to enable off-grid electrical power technology. One future application is waste treatment using oxygen as a source to produce ozone.

    http://www.genesys.co/

    .

    Répondre
  • L’article ne fait pas de différence entre KW et KWh. Surprenant !
    Vous croyez aux belles histoires, mais comment croire qu’avec un panneau de 200 W on produit quotidiennement 40 KW ou KWh (ceci n’est pas précisé). Cela défie les lois de la thermodynamique. Je serais curieux de savoir ce qu’en pense l’académie de Technologie ou l’académie des Sciences !

    Répondre
  • Je crois, basé sur le brevet, que le panneau solaire n’est pas utilisé comme un panneau solaire conventionnel (dispositif de passage à travers). Le panneau solaire est seulement utilisé comme source de tension. J’ai trouvé un lien où quelqu’un d’autre essaie de puiser dans l’énorme source d’énergie d’un panneau solaire. Je pense que Genesys l’a compris. S’il vous plaît voir cette référence sur un amplificateur de tension. (http://t3.trdf.co.il/show_invention/117). Vous ne pouvez pas défier les lois de la thermodynamique. C’est pourquoi ils sont appelés “lois”. L’USPTO rejetterait de telles réclamations.

    Répondre
  • @Black Swan
    Quel charabia dans l’article dont vous mettez le lien.
    L’amplification de tension ou d’intensité est bien connu en physique. (j’ai moi-même une formation de physicien). Mais là alors, on est en pleine spéculation et on touche là le domaine de la physique quantique dont on dit de tout et n’importe quoi. J’attends d’en savoir plus, mais cela ne me semble pas sérieux. Voilà un peu de sérieux, en quelques mots : http://www.formules-physique.com/categorie/1443

    Répondre
  • @dan

    @dan
    Vous avez raison. Je suis d’accord que le lien que j’ai posté était du charabia. Je voulais seulement attirer l’attention sur le fait qu’il y en a d’autres qui essaient de puiser dans l’énorme potentiel énergétique d’un panneau solaire. Ce n’est qu’une question de temps que quelqu’un puisse trouver comment accéder à ce potentiel. L’USPTO semble croire que Genesys l’a fait. Vous avez également raison de dire qu’il existe actuellement de nombreuses sources d’énergie renouvelable. Il ne fait aucun doute que le paysage énergétique continuera d’évoluer. Merci pour le lien très intéressant.

    Répondre
  • Pour moi, difficile d’admettre que l’électricité d’origine thermonucléaire est sûre. Et ce pour plusieurs raisons:
    1. l’approvisionnement en uranium se fait dans un certain nombre de pays peu recommandables et l’épuisement proche de cette ressource est avéré. Il y en aura toujours certes mais de plus en plus cher
    2. les résidus de la réaction nucléaire sont un réel problème qui dépasse largement la durée d’une génération humaine. Nous laissons à nos descendants un cadeau empoisonné. Dans l’immédiat le gardiennage de ces résidus coûte très cher pour obtenir une relative sécurité.
    3. Dans un contexte économique, comment peut-on prétendre que l’électricité est sûre quand elle coûte bien plus cher que les ENR et ce malgré que l’âge des installations devrait assurer leur rentabilité. Or, ce n’est pas le cas à cause des contraintes de plus en plus sévères de mise en sécurité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.