Petit électroménager : comment réduire sa consommation d’électricité ?

Petit électroménager : comment réduire sa consommation d’électricité ?

Qu’il s’agisse de votre bouilloire, de votre sèche-cheveux ou de votre grille-pain, l’ensemble des petits appareils électriques utilisés quotidiennement par la majeure partie de la population, représente une consommation d’énergie gigantesque malgré les progrès réalisés en termes de performance énergétique. Eviter la surconsommation et diminuer son impact sur l’environnement et le climat est toutefois possible si l’on choisit les modèles les plus adaptés à nos besoins et si l’on adopte les bons gestes au quotidien.

Le petit électroménager : un fort impact sur l’environnement

Bien souvent sous-estimée dans les études statistiques, l’utilisation quotidienne des petits appareils électroménagers représente à l’échelle du pays ou du continent une quantité d’énergie non négligeable, responsable d’une hausse importante des émissions de gaz à effet de serre au cours des dernières décennies. Selon une enquête publiée le 18 janvier 2018, dans la revue Science of the Total Environment, l’électricité nécessaire pour faire fonctionner les quelque 130 millions de fours à micro-ondes de l’Union européenne entraînerait chaque année l’émission de 7,7 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit autant que huit millions de voitures. Si l’on ajoute à cela plus de 150 millions d’aspirateurs, 144 millions de bouilloires et 100 millions de sèche-cheveux pour le seul continent européen, l’empreinte carbone de tous ces appareils devient colossale.

En cause ici, une utilisation quotidienne bien sûr mais surtout une électricité produite encore en grande partie via la combustion d’énergies fossiles comme le charbon et le gaz. Pour rappel, le mix électrique européen est toujours composé à l’heure actuelle de près de 40% d’énergies fossiles, et la forte progression des énergies renouvelables est encore insuffisante pour alimenter et « décarboniser » nos usages électriques du quotidien.

Des gestes simples pour éviter la surconsommation

En attendant la maturation technologique des renouvelables (qui pourrait prendre encore plusieurs décennies), les usagers peuvent facilement contribuer à réduire cet impact tout en réalisant du même coup de légères économies sur leur facture d’électricité. Il convient tout d’abord pour cela d’économiser l’énergie consommée en régulant sa consommation et donc ses habitudes de consommation. La bouilloire électrique par exemple n’est utilisée que de manière ponctuelle, mais consomme une grande dose d’énergie à chaque utilisation. On estime sa consommation entre 500 et 1 500 watts/mois, soit 7,40 €/an. « On fait en moyenne chauffer, dans nos bouilloires, 50% d’eau en trop par rapport à nos besoins », explique Alejandro Gallego-Schmid, chercheur à l’Université de Manchester et auteur principal de cette étude. « Avec 144 millions de bouilloires dans l’Union, la marge de progrès est énorme », ajoute-t-il.

De la même manière, les usagers font généralement tourner leurs micro-ondes plus longtemps que nécessaire pour cuire ou réchauffer les aliments. Il est conseillé dans ce cas de limiter la puissance des appareils et de ne pas excéder la durée réellement nécessaire. Enfin, que ce soit la cafetière, le grille-pain, le fer à repasser, le sèche-cheveux, ou le rasoir électrique, il est préférable de débrancher vos appareils en dehors des périodes d’utilisation. Rechargeables ou dotés d’un mode veille, les appareils les plus récents continueront à consommer même éteints.

Une étiquette énergie en voie de généralisation

La consommation énergétique de chaque appareil lors des phases d’utilisation est également à étudier avec attention avant de s’équiper. Si peu de petits appareils électroménagers sont concernés pour le moment, l’étiquette énergie a néanmoins était étendue aux aspirateurs depuis le 1er septembre 2014 (la consommation d’électricité annuelle moyenne de l’appareil en kWh est fondée sur 50 heures d’utilisation), et devrait continuer à se généraliser dans les années à venir à l’ensemble des appareils électroménagers. Cette échelle de performance énergétique a été mise en en place au niveau européen et distingue les différents degrés de consommation allant de la classe D pour les appareils peu économes à la classe A +++ pour les appareils sobres et efficaces sur le plan énergétique. Elle a été conçue pour fournir aux consommateurs des informations fiables et comparables, et propose pour les produits en sortie de fabrication, des informations sur les caractéristiques essentielles permettant de mieux choisir un appareil ménager performant et respectueux de l’environnement.

Précisons que depuis septembre 2017, les aspirateurs les plus gourmands en énergie ont été tout bonnement bannis de l’UE, au nom de l’efficacité énergétique. Un règlement européen limite désormais leur puissance électrique à 900 W (contre 1.600 W auparavant), ce qui ne signifie pour autant une « moindre performance », précise l’étude de l’Université de Manchester.

Crédits photo : Jarmoluk

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 3 Déc 2015
Le réseau français RS2E, qui réunit chercheurs et industriels, a dévoilé le vendredi 27 novembre dernier le premier prototype de batterie sodium-ion. Une technologie avancée présentant des caractéristiques similaires aux batteries lithium-ion actuellement exploitées dans les secteurs de la téléphonie…
jeu 8 Déc 2016
La ville finlandaise de Vaasa a annoncé lundi 5 décembre dernier être candidate pour accueillir l'usine de batteries que le groupe Tesla pourrait ouvrir en Europe prochainement, faisant valoir un gisement de lithium à proximité. Une candidature qui relance la…
mer 20 Août 2014
De nouvelles technologies de récupération énergétique basées sur l'énergie corporelle ou l'énergie ambiante ont été évoquées les 10 et 11 août derniers lors de la conférence Hot Chips 2014 qui se tenait à Cupertino aux Etats-Unis. Des technologies qui pourraient…
mar 6 Juin 2017
Plusieurs conférences internationales ont été organisées autour de la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et du développement des technologies environnementales. Afin de montrer l’exemple, elles se sont progressivement engagées à réduire au maximum…

COMMENTAIRES

  • Bien que ce soit le chauffage électrique qui arrive généralement en premier dans la consommation, suivi du froid et autres appareils, les indications sont toujours immédiatement peu claires en ce qui concerne l’électroménager voire le chauffage électrique.

    Il y a de nettes différences entre une même gamme de A+++ et la consommation annuelle n’est pas précise, il faut donc se référer à la consommation en Wh et là évidemment c’est volontairement un peu caché !

    Les trop fréquents surcoûts des produits concernés assez spécifiques à la France sont également injustifiés.

    Par exemple en ce qui concerne les aspirateurs la majorité est au dessus de 600 Wh et seule une poignée est autour de 600 Wh et moins, et souvent les mêmes marques associent qualité d’aspiration et plus et moindre consommation : par exemple dans les aspirateurs sans sac, est généralement en tête Bosch, suivi par Electrolux ou Rowenta, selon. Mais il faut se décarcasser pour trouver et analyser toutes les données !

    Dans le domaine des frigo c’est souvent Bosch ou Siemens en tête et un frigo avec congélateur performant, non surdimensionné en volume, consomme autour de 90Wh maxi voire moins mais ils ne sont aussi qu’une poignée de modèles difficiles à trouver.

    Pour les pompes à chaleur on devrait avoir systématiquement actuellement des Cop supérieurs à 5 (exemple Cop de Daikin Altherma 3 = 5,4)

    Dans les PC pour tous usages on peut faire baisser nettement la consommation car beaucoup d’applications sont inutiles et il y a des variantes de consommation très importantes.

    L’entreprise PC Vert par exemple s’est depuis des années attachée à sélectionner les meilleurs composants et la moindre consommation, et celle tant des PC que des écrans est dérisoire :

    http://www.pcvert.fr/98-5-10-watts

    Plus largement dans les véhicules électriques il y a d’énormes variantes, la gamme imbattable est celle des « électro-solaires » qui heureusement commence à arriver commercialement en Europe.

    Les centaines de milliers de véhicules électro-solaires vendus chaque années dans le monde ne sont pas encore les plus aboutis mais çà s’approche rapidement et la Chine lorgne sur le marché indien notamment, qui est attendu comme devant rapidement progresser d’ici à 2025.

    La Chine avait un assez large programme d’aide au remplacement des équipements énergivores et a bien progressé dans le domaine.

    Globalement on peut aisément et relativement rapidement diviser la consommation d’un facteur 2 voire 3 et plus selon les produits ce qui au seul plan de l’Europe est annuellement énorme, permet de fermer de nombreuses centrales, de réaliser d’importantes économies et de réduire d’autant les émissions de CO2 du mix européen.

    Répondre
  • On oublie également l’économie d’eau (et donc toute la chaîne énergivore de son approvisionnement, pompage, traitement etc), de même que la part d’eau chaude et les pertes des ballons. C’est également globalement énorme.

    La part d’eau chaude de la consommation d’eau est de l’ordre de 40% donc réduire sa consommation d’eau est important.

    Et c’est très simple et ne coûte rien de passer en 30 secondes à 1,2 litre par minute (contre trop souvent encore 8 litres par minute) et ce sans changement de confort :

    http://www.savinga.fr/aerateurs-pour-lavabo/25-aerateur-economique-deau-neoperl-spray-12-lmin.html

    .

    Répondre
  • Idem pour les douches où il n’y a pas plus simple avec régulateur entre le mitigeur et le début de flexible.

    6 litres par minute est préconisé pour le confort s’il n’y a pas de douchette avec tuyère « Venturi » qui permet une moindre consommation et des régulateurs à seulement 3 ou 4 litres par minute (mais le cas échéant douchette Venturi qui peut favoriser la dispersion de légionelles quand le système en amont n’est pas sûr)

    http://www.savinga.fr/regulateurs-de-debit-pour-douche/33-regulateur-de-debit-pour-douche-terla-freelime-60-lmin.html

    .

    Répondre
  • On peut être encore plus efficient avec un débit de seulement 0,19 litre par minute par robinet d’eau et varier si nécessaire à 1,2 litre par minute !

    https://www.alteredcompany.com/the-nozzle-1/

    Mais peu de gens se sentent concernés en France et ce malgré qu’ils habitent souvent dans des régions où les sécheresses sont de plus en plus fréquentes, sans intégrer non plus le fait que c’est aussi une question d’efficacité énergétique non négligeable.

    Un décret qui permettait de distribuer ces systèmes qui ne coûtent quasiment rien avec les ampoules Led à économie d’énergie aux personnes défavorisées à été annulé, à priori sous la pression du lobby des compagnies de distribution d’eau.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *