Canada : Petronas renonce au projet gazier Pacific Northwest LNG Canada : Petronas renonce au projet gazier Pacific Northwest LNG

Canada : Petronas renonce au projet gazier Pacific Northwest LNG

projet_canada-petronas

Le groupe pétrolier malaisien Petronas et ses partenaires dans la co-entreprise canadienne North Montney ont annoncé officiellement, mardi 25 juillet 2017, le retrait du projet Pacific Northwest LNG en raison d’un contexte économique peu encourageant. Ce projet prévoyait l’installation de deux terminaux gaziers à l’ouest du pays, près de Prince Rupert à 1.200 km au nord de Vancouver, et devait constituer à terme un débouché déterminant pour l’ensemble des producteurs de la filière LNG au Canada.

A la fois pleinement engagé dans l’Accord de Paris et gros producteur d’hydrocarbures, le Canada semble constamment jouer sur les deux tableaux. Le feu vert accordé en septembre dernier par le gouvernement de Justin Trudeau au projet de deux terminaux gaziers à l’ouest du Canada, avait provoqué la colère des écologistes et des Premières nations, dénonçant les incohérences du discours gouvernemental.

Lire aussi : Canada : un rapport dénonce le manque d’action du pays en matière de changement climatique

Le Premier ministre avait en effet validé le projet gazier du géant malaisien Petronas qui prévoyait la construction de deux terminaux de gaz liquéfié (d’une capacité de 6 millions de tonnes par an chacun) sur l’île de Lelu au nord de la province de la Colombie-Britannique, ainsi que d’un gazoduc de 900 km reliant Hudson’s Hope (400 km au nord de Prince George) et l’île de Lelu. Vivement contesté par les associations de défense de l’environnement et des droits des autochtones, qui voyaient leurs réserves traversées par le gazoduc, ce projet évalué à plus de 36 milliards de dollars canadiens (24 milliards d’euros), avait été maintenu pour des raisons économiques. Justin Trudeau avait notamment justifié sa décision par la nécessité de mener de front la croissance économique et la politique de l’environnement.

Lire aussi : L’île du Prince Edouard au Canada rêve d’indépendance énergétique

Mais malgré ce soutien étatique, ce projet gazier de grande ampleur ne devrait finalement jamais voir le jour. Le groupe Petronas et ses partenaires ont en effet annoncé leur décision de renoncer à sa réalisation compte tenu du contexte économique tendu lié à la chute des prix de l’énergie depuis trois ans. « Nous sommes déçus que l’environnement très difficile en raison des prix durablement déprimés et des changements sur le marché de l’énergie nous poussent à cette décision » d’abandonner le projet Pacific Northwest LNG, a indiqué son PDG Anuar Taib, dans un communiqué.

Crédits photo : Pacific Northwest LNG

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 16 Jan 2013
Plusieurs centrales thermiques ont ou vont prochainement fermer en France alors que la nouvelle réglementation européenne sur les émissions de CO2 s’appliquera dès 2016. Mais les énergies fossiles, indispensables pour la sûreté du réseau électrique, continueront de faire partie de…
lun 27 Fév 2017
Autrefois vu comme le symbole d’une révolution industrielle triomphante, le charbon est aujourd’hui devenu persona non grata dans le mix énergétique des pays développés. Pointé du doigt pour son empreinte carbone trop élevée, il a tenté un retour en grâce…
lun 20 Oct 2014
C'est certain, la France et l'Allemagne ont des visions assez différentes en matières de politiques énergétiques, et un nouveau point de désaccord pourrait prochainement poindre concernant le maintien des capacités de production nécessaires à la sécurisation du réseau. Le gouvernement français…
jeu 27 Avr 2017
A la suite d'une plainte déposée en 2015 par plusieurs associations,  la Cour d'appel d'Arnhem-Leeuwarden au Pays-Bas a ordonnée, jeudi 20 avril 2017, la conduite d'une enquête pénale sur les conditions et les risques d'exploitation du plus grand gisement gazier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *