Ségolène Royal multiplie les appels d'offres dans l'énergie solaire - L'EnerGeek

Ségolène Royal multiplie les appels d’offres dans l’énergie solaire

La ministre de l’Environnement et de l’Energie, Ségolène Royal, a dévoilé jeudi 9 mars 2017 les lauréats du premier appel d’offres totalisant 500 MW de projets photovoltaïques au sol, et lancé deux nouveaux appels d’offres dans l’énergie solaire. La ministre espère ainsi dynamiser encore un peu plus une filière déterminante pour la transition énergétique française, et contribuer ainsi à réaliser à terme l’objectif de tripler la puissance du parc solaire photovoltaïque d’ici à 2023 pour atteindre une fourchette située entre 18.200 et 20.200 MW.

Les professionnels du secteur de l’énergie solaire peuvent se réjouir. Le gouvernement entend bel et bien favoriser le développement du photovoltaïque en France dans les années à venir, et vient pour cela d’annoncer les lauréats de la première période de candidature de l’appel d’offres de 3.000 MW pour le développement d’installations au sol de grande puissance. Au total, 79 projets lauréats se partageront les premiers 500 MW et bénéficieront d’un complément de rémunération, générant un investissement total de 460 millions d’euros.

Lire aussi : Énergie solaire : un appel d’offres de 3.000 MW

« Le prix moyen pour les grandes centrales photovoltaïques au sol est de 62,5 euros par mégawattheure (MWh), ce qui traduit la baisse rapide des prix du photovoltaïque« , a indiqué Mme Royal dans un communiqué transmis à l’AFP. « Plus de 60% d’entre eux se sont engagés à l’investissement participatif et bénéficieront d’une prime majorée de 3 euros/MWh« , a-t-elle ajouté. Rappelons que cet appel d’offres d’un total de 3000 MW de centrales solaires au sol avait été lancé en septembre dernier, et sera distribué en six appels d’offres semestriels de 500 MW sur une période de trois ans, de 2017 à 2019, la deuxième d’entre elles étant programmée pour le mois de mai prochain.

Lire aussi : Ségolène Royal annonce un nouvel appel d’offres pour les technologies solaires

Ségolène Royal a également annoncé en parallèle le lancement de deux nouveaux appels d’offres coup sur coup. Le premier concernant des projets de production d’électricité en autoconsommation, représentant un volume total de 450 MW, dont la première période de candidature se terminera en septembre. Le second portant sur 210 MW d’installations solaires innovantes comme la route solaire et l’agrivoltaïsme (projets solaires associés à des productions agricoles), et dont la première période de candidature doit se terminée en septembre également.

Un appel d’offres national pour le développement de projets d’autoconsommation avait déjà été lancé en 2016. Soixante-deux lauréats ont également été désignés jeudi à l’issue de la deuxième période de candidature.

Crédits photo : Ministère de l’Energie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Mar 2017
Avec l’essor de l’énergie photovoltaïque  en France, le problème du recyclage des panneaux solaires est devenu une vraie question pour l’avenir de ce secteur énergétique.  Même si la France n’est pas au niveau de ses voisins européens en la matière, les…
ven 16 Déc 2016
L'Union Européenne a donné son feu vert lundi 12 décembre à quatre mesures de soutien aux énergies renouvelables mises en place en France dans le cadre de la transition énergétique. Ces mécanismes, appliqués aux filières géothermique, biogaz, hydroélectrique et éolienne,…
ven 28 Fév 2014
La nouvelle version de la centrale thermique à gaz de Martigues se veut le plus sobre possible sur le plan environnemental. Ses deux cycles combinés, dotés de technologies récentes en matière de limitations des émissions, ont un rendement 56% supérieur…
jeu 12 Sep 2013
Le groupe Areva, a été choisi par la consortium Biomasse Energie Commentry pour construire une centrale de cogénération biomasse dans l'Allier, dans la commune de Commentry. Le montant de l'investissement s'élève à 55 millions d’euros. L'industriel français, assisté par la…

COMMENTAIRES

  • Je comprends mal : un appel d’offres se traduit généralement par une commande, mais de qui ? et qui payera et qui exploitera, avec quel cahier des charges ? L’Etat est-il un nouvel EDF ? si oui, pourquoi ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *