Voiture électrique : les quotas chinois inquiètent Bruxelles et Washington - L'EnerGeek

Voiture électrique : les quotas chinois inquiètent Bruxelles et Washington

Très prometteur, le marché chinois de la voiture électrique est aussi très réglementé et très difficile d’accès pour les constructeurs étrangers. Si aucun constructeur autre que chinois n’était autorisé jusqu’à présent à vendre des véhicules électriques en Chine, les nouvelles réglementations évoquées par Pékin et la volonté d’instaurer des quotas inquiètent les autorités américaines et européennes, malgré l’ouverture progressive du marché. 

Avec pour objectif de vendre plus de 3 millions de véhicules électriques chaque année, le gouvernement chinois entend dynamiser le marché des Nouveaux véhicules énergétiques (NEV, l’appellation officielle en Chine pour les voitures électriques ou hybrides rechargeables), et y inclure cette fois les compagnies étrangères. Jusqu’ici interdites d’accès, les constructeurs internationaux pourront désormais vendre leurs modèles en Chine sous certaines conditions.

Lire aussi : Les voitures électriques ont représenté 1% des ventes en 2016

Pékin souhaiterait que les constructeurs qui vendent ou importent plus de 50.000 voitures par an dans le pays produisent au moins 8% de véhicules électriques sur place dès l’an prochain, puis 10% en 2019 et 12% en 2020. Toutes les grandes marques seraient donc impactées par ces quotas très contraignants et de nombreux pays s’inquiètent des éventuelles répercussions. Les autorités américaines et allemandes notamment sont déjà montées au créneau pour tenter de faire assouplir cette réglementation.

Lire aussi : La voiture électrique, première menace pour l’industrie pétrolière

La France de son côté, pourrait bien disposer ici d’un certain avantage de par l’investissement de ses constructeurs sur le terrain. Le groupe Renault par exemple qui projette de commercialiser en Chine d’ici 2020 un modèle de véhicule électrique spécialement conçu pour le marché chinois, s’est associé au constructeur local Dongfeng afin de produire ce nouveau modèle directement sur place. « Nous sommes en train de développer une voiture électrique low cost en Chine. Nous parlons aujourd’hui de 7.000 à 8.000 dollars (6.300 à 7.200 euros), mais avec les aides publiques chinoises. Ce que nous voulons, c’est proposer une voiture électrique (à ce niveau de prix) et sans les aides« , explique Carlos Ghosn, président de l’Alliance Renault-Nissan. Ce modèle devrait être fabriquée à Wuhan, dans l’usine inaugurée début 2016. Outre Renault, le groupe français PSA travaille lui aussi avec le chinois Dongfeng sur le développement d’une plateforme dédiée au véhicule électrique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 23 Jan 2013
Avec 541,4 térawattheures produits en 2012, la production électrique française est quasiment stable, avec un très léger recul (-0,3%) affiché par rapport à 2011 (543 TWh). Le bilan annuel publié par RTE (réseau de transport d’électricité) montre néanmoins que les…
jeu 4 Mai 2017
Outre une politique d'investissement réorientée depuis plusieurs années vers les énergies vertes au détriment des activités liées aux combustibles fossiles, le groupe bancaire français s'attaque également à ses propres émissions de gaz à effet de serre. BNP Paribas s'est engagé…
mer 13 Sep 2017
Affaiblis par le scandale du Dieselgate révélé en 2015, le groupe allemand Volkswagen redouble d’efforts pour redorer son image et s'engage pleinement dans la mobilité propre. Le numéro un mondial de l'automobile a pour cela nettement renforcé son offensive dans…
lun 17 Août 2015
Le projet Midi-Provence de RTE prévoit une nouvelle liaison électrique de 210 km entre les postes de La Gaudière, dans l’Aude, et de Ponteau, dans les Bouches-du-Rhône. Il permettra une sécurisation du réseau électrique d'une zone sensible au risque de blackout en renforçant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *