En Inde, la production d'énergie solaire gagne du terrain - L'EnerGeek En Inde, la production d'énergie solaire gagne du terrain - L'EnerGeek

En Inde, la production d’énergie solaire gagne du terrain

En l’espace d’une quinzaine d’années, l’Inde est devenu l’un des pays les plus pollués de la planète. Une pollution causée, entre autres, par des dépenses énergétiques importantes qui reposent dans une large partie sur l’industrie du charbon. Mais la pollution est devenue un problème de santé publique, et le charbon ne suffit plus à couvrir les besoins énergétiques d’un pays toujours plus énergivore. Entre les besoins de la population et la nécessité de fournir de l’électricité aux infrastructures et aux différentes industries du pays, le gouvernement indien fait actuellement face à un défi énergétique de taille. Pour le relever, la stratégie mise en avant consiste à investir massivement dans la production d’énergie solaire. En inde, le soleil ne manque pas, et le gouvernement s’est lancé dans plusieurs gros chantiers qui doivent rééquilibrer le mix électrique national en augmentant la part de l’énergie solaire afin de couvrir les besoins de l’ensemble du territoire.

La production d’énergie solaire en Inde : une stratégie globale

En matière de production d’énergie solaire, l’Inde fait figure de modèle. Le pays s’est engagé sur la voie des énergies renouvelables et a tenté différentes approches : l’éolien, la biomasse et le solaire. Si l’éolien a été un axe de développement important pour les énergies renouvelables, c’est désormais le potentiel de production d’énergie solaire que le gouvernement indien souhaite développer. En l’espace de quelques années seulement, le gouvernement indien a financé des projets de grande envergure pour développer le solaire. Fin 2016, la capacité indienne de production d’énergie solaire représentait 9 GW : les projets lancés visent à atteindre les 100 GW d’ici 2020. Une échéance imminente et pourtant le pays est bien parti pour tenir son pari.

L’Inde inaugure régulièrement de nouvelles fermes solaires pour augmenter sa capacité de production.

L’Inde a opté pour une stratégie ambitieuse qui repose à la fois sur la construction de nouvelles infrastructures dédiées à la production d’énergie solaire, et à l’utilisation de structures déjà existantes qui sont requalifiées pour intégrer du solaire. Ainsi, le pays est capable dans le même temps de se doter de la plus grande centrale solaire construite au monde à ce jour et d’installer des panneaux solaires sur un aéroport international pour le faire fonctionner aux énergies renouvelables. L’exemple de l’aéroport de Cochin, situé dans la province du Kerala, est particulièrement représentatif de cette volonté de « recyclage » des infrastructures. Près de 46 000 panneaux photovoltaïques ont été installés sur l’aéroport afin d’agencer une véritable ferme solaire capable de couvrir les besoins électriques du site. En se reposant ainsi sur des infrastructures existantes sur lesquelles on vient greffer un système de production d’énergie solaire, l’Inde progresse à grands pas dans sa transition énergétique.

Un meilleur maillage énergétique pour le territoire

Cette logique de recyclage des infrastructures vient de connaître une nouvelle étape. Début février, le ministre des finances, Arun Jaitley, a officiellement annoncé que le gouvernement allait financer un nouveau projet de production d’énergie solaire. Mais il n’est plus question d’aéroports : ce sont les gares indiennes qui sont désormais visées. L’objectif est là encore très ambitieux : le gouvernement compte s’associer avec la compagnie nationale indienne des chemins de fer, l’Indian Railways, afin de convertir les gares du pays aux énergies renouvelables. Sur les 7 137 gares que compte l’Inde, 7 000 doivent subir d’importants travaux pour être équipées de panneaux solaires. Grâce à cet investissement massif, le gouvernement indien souhaite que les gares fonctionnent en autonomie énergétique. Mieux : si les panneaux photovoltaïques parviennent à produire plus d’électricité que ce dont les gares ont besoin, le surplus électrique pourra être revendu et ainsi généré des revenus supplémentaires.

7 000 gares indiennes doivent bientôt être équipées de panneaux solaires

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le gouvernement indien et l’Indian Railways travaillent de concert pour envisager une nouvelle stratégie dans la production d’énergie solaire. Le pays a fait figure de pionnier en 2016 en mettant en circulation des trains équipés de panneaux photovoltaïques. Ces panneaux sont installés sur le toit des wagons et permettent de produire assez d’électricité pour alimenter la ventilation et l’éclairage des trains.

Non seulement ce plan de développement de l’énergie solaire en Inde permettra de résoudre la question de l’approvisionnement électrique de 7 000 sites dans le pays, mais son déploiement s’inscrit dans une logique plus large. Avec la démultiplication des sources d’énergie réparties sur l’ensemble du territoire, le gouvernement indien vise aussi un meilleur maillage énergétique. Afin de ne plus être dépendant de quelques grosses unités de production situées près des bassins d’activité, l’Inde veut privilégier une logique locale pour couvrir efficacement tous les besoins énergétiques du pays. Dans cette optique, le réseau des gares permet d’atteindre des zones reculées, souvent mal distribuées par le réseau électrique principal. Les énergies renouvelables offrent une opportunité : fournir des unités de production électriques plus petites, et donc plus faciles à disséminer sur toute l’étendue du territoire.

De l’électricité verte pour s’affranchir des énergies fossiles

Fin 2016, l’Indian Railways a rendu public son rapport d’exploitation pour les nouveaux trains équipés de panneaux solaires qui avaient été mis en circulation au cours de l’année. Outre les 200 tonnes d’émissions de CO2 que la compagnie a économisé, le bilan le plus notable est sans conteste l’économie de 90 000 litres de diesel sur une seule année. Un chiffre non négligeable qui illustre à lui seul l’opportunité des énergies renouvelables en Inde. La production d’énergie solaire permet de s’affranchir de la dépendance aux énergies fossiles tout en couvrant efficacement les besoins nationaux. Pour un pays qui dépend principalement de son approvisionnement en charbon et en pétrole pour son électricité, l’argument a de quoi séduire.

Le mix électrique de l’Inde : 52% de charbon, 25% d’hydraulique, 11% de pétrole, 9% de renouvelable et 3% de nucléaire.

Car il ne faut pas oublier que l’Inde est le troisième pays qui consomme le plus d’énergie au monde. Comme pour les Etats-Unis et la Chine, qui sont sur les deux premières places du podium, la transition énergétique de l’Inde est rendue d’autant plus difficile que ses besoins sont énormes. En investissant massivement dans les énergies renouvelables, l’Inde affiche donc une ambition sans équivoque : augmenter le plus rapidement possible la part du renouvelable dans son mix électrique et ainsi s’affirmer comme l’un des pays leaders dans ce domaine. Pour ce faire, le gouvernement indien a déjà fixé un objectif à l’Indian Railways : atteindre le pallier symbolique des 1 000 MW de production électrique solaire d’ici 2022.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 12 Jan 2016
Classée parmi les énergies marines renouvelables, l'hydromaréthermie, ou « énergie thermique des mers », permet de créer de l’énergie grâce au différentiel de températures entre les eaux de surface et les eaux profondes. En Corse, cette invention est déjà utilisée et bénéficie…
mar 12 Jan 2016
Alors que la lutte contre le réchauffement climatique est devenue l'objectif de l'ensemble de la communauté internationale, l’Algérie contribue activement à la transition énergétique. Le pays qui dispose pourtant d’importantes réserves d’hydrocarbures veut désormais développer l’industrie photovoltaïque pour assurer sa production…
jeu 5 Jan 2017
Le groupe énergétique Engie et Crédit Agricole Assurances ont annoncé mardi 3 janvier le renforcement de leur partenariat dans l'éolien terrestre via l'intégration des capacités de production de la filiale d'Engie MAÏA EOLIS. Initiée en 2013 par la création d'une…
mar 20 Déc 2016
Malgré une production hydroélectrique très importante et de larges réserves en hydrocarbures, le Brésil fait face depuis plusieurs années à une augmentation constante de sa demande en électricité. Pour remédier à la faiblesse du réseau électrique du pays, le gouvernement s'est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *