L'impact économique du secteur nucléaire sur le Cotentin - L'EnerGeek

L’impact économique du secteur nucléaire sur le Cotentin

pose_dôme_EPR_Flamanville_photo_EDFLe secteur nucléaire est l’un des premiers employeurs dans l’industrie de la France. Il emploie directement 125.000 personnes sur l’ensemble du territoire selon une étude du cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers Advisory, réalisée à l’initiative d’Areva en 2011.

La chambre de commerce et d’industrie de Cherbourg-Cotentin (CCiCC) vient de publier une étude sur l’impact de la filière nucléaire sur le Nord-Cotentin (Manche), elle se concentre sur trois principaux domaines : l’électronucléaire (production d’énergie, stockage, recyclage), le nucléaire militaire (propulsion des sous-marins), la médecine nucléaire.

[stextbox id= »info »]4.000 emplois devraient être créés dans les 5 ans à venir[/stextbox]

13.000 personnes (un salarié sur trois) dans le Cotentin travaillent pour une entreprise de la filière nucléaire. La moitié (6.500 personnes) est employée par les trois plus gros acteurs du marché Areva, EDF et DCNS, et l’autre moitié (6.400 personnes) travaille pour une centaine d’entreprises sous-traitantes. A titre de comparaison, l’industrie agroalimentaire emploie 19.000 salariés sur l’ensemble de la région Basse-Normandie.

Le nucléaire étant le premier employeur du secteur privé, la santé économique du Cotentin dépend de celle de l’atome. « De 2008 à 2012, les entreprises sous traitantes de la filière nucléaire ont vu leurs effectifs augmenter de 13 % », indique le président de la CCICC, Jean-Claude Camus.

L’embellie dans l’industrie du Cotentin va se poursuivre, 4.000 postes devraient être créés dans les 5 ans à venir, dont les trois quarts dans la filière nucléaire.  La péninsule a du mal toutefois à attirer les cadres et les ingénieurs.

[stextbox id= »info »]Des impacts sur la médecine, l’enseignement et la démographie[/stextbox]

L’activité nucléaire ne bénéficie pas seulement au Cotentin. La Basse-Normandie et la région de Caen en profite. Des applications du nucléaire dans le domaine de la santé sont mises au point. Un centre d’imagerie cérébrale et de recherche en neurosciences s’est ajouté aux deux établissements qui utilisent la médecine nucléaire dans la lutte contre le cancer.

Les écoles d’ingénieurs de la région, comme l’Esix à Caen ou l’école des Applications Militaires de l’Energie Atomique (EAMEA) attirent de plus en plus d’élèves et forment une main d’oeuvre hautement qualifiée dans une région où le recrutement de cadres et d’ingénieurs est devenu un enjeu majeur.

La tendance du développement liée au nucléaire se confirme aussi via la démographie. L’étude se réfère aux chiffres fournit par l’Insee. On constate qu’entre 1962 et 2010, le canton de Beaumont Hague, situé à côté d’une usine Areva, a vu sa population doubler. Au canton des Pieux, où se trouve la centrale de Flamanville, la population a augmenté de 60%, tout comme dans le canton d’Equeurdreville-Hainneville dont la population a crû de 63,6 %.

[stextbox id= »info »]La filière nucléaire dans la région dispose de nombreuses perspectives[/stextbox]

Le ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, Philippe Martin a réaffirmé récemment que les engagements présidentiels en matière de sortie du nucléaire « seront bien évidemment respectés ». Ce qui n’empêche pas les perspectives de la filière de rester nombreuses.

La mise en service du réacteur EPR de Flamanville est prévue pour 2016. Le démantèlement de l’usine UP2 400 d’Areva à la Hague emploiera 500 personnes pendant les 25 prochaines années. Le projet « grand carénage » d’EDF (l’ensemble des projets de maintenances lourdes qui visent à allonger la durée de vie des centrales) mobilisera les professionnels de la région.

Crédit photo : EDF

 

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 15 Mar 2016
Après la levée des sanctions économiques à son encontre, l’Iran a décidé de relancer son programme de construction de centrales nucléaires. A l’heure actuelle, plusieurs pays dont la Russie désirent participer à cette aventure industrielle. (suite…)
lun 14 Jan 2013
Le centre de traitement des blessés radiocontaminés (CTBRC) de Brest a été inauguré la semaine dernière par Jean-Marc Debonne, directeur central du service de santé des armées. L'occasion de revenir sur ce service médical particulier. Entre 2007 et 2009, Jean-Marc…
mar 5 Août 2014
L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) poursuit ses examens décennaux sur les réacteurs du parc français, examens destinés à s'assurer que le fonctionnement des installations garantit des conditions de sécurité optimales. L'ASN impose dans ce cadre, la mise en œuvre de mesures…
mar 26 Août 2014
Si la ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie n'a pas souhaité commenté la récente démission du gouvernent lors de sa visite de la centrale nucléaire de Civaux, elle n'a en revanche pas hésité à défendre son projet…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *