Fin du nucléaire en Allemagne : réactions contrastées - L'EnerGeek

Fin du nucléaire en Allemagne : réactions contrastées

fin nucleaire allemagne reactions contrastees - L'Energeek

Les trois derniers réacteurs nucléaires en activité en Allemagne vont fermer samedi. Le gouvernement allemand se satisfait d’avoir ainsi rendu le pays « plus sûr », et indique que la sécurité énergétique du pays est assurée. Le chef de la CDU au Bundestag évoque, quant à lui, « un jour noir pour la protection du climat ». Le ministère français de la transition énergétique craint, lui, une relance du charbon.

Les derniers réacteurs nucléaires allemands débranchés ce 15 avril : le gouvernement défend un regain de sûreté et une sécurité énergétique assurée

L’Allemagne va dire adieu, ce samedi 15 avril 2023, à la production d’énergie nucléaire sur son sol, avec la fermeture des trois derniers réacteurs encore en activité, Emsland (nord), Isar 2 (sud) et Neckarwestheim 2 (ouest). Ils auraient du être débranché au 31 décembre 2022, mais la situation énergétique de l’année dernière, et les craintes pesant sur l’approvisionnement en gaz fossile avait contraint le gouvernement allemand à les prolonger de trois mois et demi.

Les ministères de l’Environnement et de l’Economie ont indiqué, dans un communiqué commun ce 13 avril 2023, que « la grande disponibilité de l’approvisionnement énergétique en Allemagne reste assurée ». La ministre de l’Environnement Steffi Lemke a ajouté que « la sortie du nucléaire rend notre pays plus sûr car les risques de l’énergie nucléaire ne sont pas maîtrisables ».

N’osant plus prétendre que le nucléaire était néfaste au climat, la sûreté reste donc le seul argument des Verts allemands contre l’atome. De nombreux responsables politiques avaient réclamé une prolongation de l’exploitation de ces réacteurs, pour des raisons de sécurité énergétique et de lutte contre le changement climatique.

Fermer ces trois réacteurs « est une erreur stratégique, dans un environnement géopolitique toujours tendu », a ainsi déclaré le secrétaire général des libéraux du FDP Bijan Djir-Sarai lundi. « C’est un jour noir pour la protection du climat », a abondé mardi Jens Spahn, chef de file des conservateurs de la CDU au Parlement.

Sur le second aspect, le gouvernement n’a pu opposer aucun contre-argument. Sur le premier, l’exécutif a mis en avant « le niveau de remplissage élevé des réservoirs de gaz du pays » (64,5%), grâce à l’importation massive de gaz naturel liquéfié (GNL).

La France s’inquiète de la relance des combustibles fossiles, notamment du charbon, pour produire l’électricité allemande

La sortie du nucléaire de l’Allemagne, décidée en 2022, a été considérablement accélérée par Angela Merkel suite à la catastrophe de Fukushima en 2011. Le nucléaire avait encore fourni 6 % de l’électricité consommée en 2022 en Allemagne.

Le charbon, dont la sortie est toujours programmée pour 2038 en Allemagne, a connu dans le même temps une hausse de 8 % de sa consommation outre-Rhin l’année dernière, pour répondre à la pénurie de gaz russe, portant son total à 33 % de la production électrique allemande.

Le gouvernement français a d’ailleurs fait part de ses craintes, ce 13 avril 2023, d’assister à une relance allemande des énergies fossiles, et probablement du charbon, pour combler, au moins à court terme, la production électrique nucléaire manquante.

« Il va de soi que la relance de l’énergie fossile pour compenser la sortie du nucléaire ne va pas dans le sens de l’action climatique que nous portons tous collectivement au niveau européen », a notamment indiqué le cabinet du ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

« Chaque pays est responsable de ses propres choix énergétiques (…) néanmoins on partage les objectifs européens de décarbonation de l’économie . (…) On souhaiterait qu’il y ait un engagement commun et partagé pour des actions convergentes vers la sortie totale des énergies fossiles », a ajouté le cabinet de la ministre.

La France continue ainsi d’avancer ses pions pour défendre la place du nucléaire dans la sortie de l’Union européenne des énergies fossiles – une posture à laquelle s’oppose frontalement Berlin.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Depuis ce lundi 8 janvier, une vague de froid s'est abattue sur la France. Devons-nous nous attendre à des coupures d'électricité en cas de pics de consommation ? Pas d'après le gestionnaire de réseau électrique RTE ni la ministre de…
mer 8 Nov 2023
À l'approche de l'hiver, la question de la sécurité énergétique en France prend une tournure rassurante. Les dernières analyses de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) prévoient un hiver 2023-2024 sous de meilleurs auspices que le précédent, avec un risque de…
mar 7 Fév 2023
Le relèvement du plafond de l'Arenh décidée par le gouvernement n'était "pas excessif compte tenu du contexte exceptionnel » a décidé le Conseil d’Etat dans un arrêt rendu public vendredi 3 février.   «  Saisi par EDF et des organisations de…
mer 20 Mar 2024
Dans un vote serré, l'Assemblée nationale a donné son feu vert le 19 mars 2024 à la fusion de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).     Nucléaire : la construction…

COMMENTAIRES

  • On ne voit pas en quoi il y a un risque de voir redémarer le charbon dans la mesure où durant tout l’hiver dont on vien de sortir, l’Allemagne nous envoyait tous les jours près du double de ce que produisaient ces trois réacteurs, démontrant qu’ils n’en n’avaient pas besoin pour eux-mêmes,
    Si l’on doit s’inquiéter pour un pays en particulier c’est bien pour le notre car c’est à nous que profitaient ces trois réacteurs et quand on sait que nous avons toujours 21 réacteurs en carafe depuis plus d’un an, il y a effectivement de quoi se faire du mouron pour l’hiver prochain

    Répondre
  • On se demande pourquoi les écologistes allemands protestent contre l’extension des centrales à la lignite, Selon la dépêche AFP du 13 avril 2022 ” Plusieurs milliers de manifestants se sont réunis samedi à Lützerath, un village menacé par l’extension d’une mine de lignite à ciel ouvert, afin de protester contre ce projet. L’opérateur du site, le conglomérat RWE, maintient cependant le cap, et affirme que le charbon qui se trouve dans le sous-sol de la commune sera “nécessaire dès 2024”, puisque l’Allemagne dépend de ce combustible fossile extrêmement polluant pour produire son électricité, notamment si elle veut se défaire du gaz russe. . Mais cette information résulte certainement d’un complot puisque ces centrales ne doivent pas fonctionner. Et quelle stupidité des investisseurs qui dépensent de l’argent pour des centrales qui ne tourneront jamais. Bravo M. Rochain pour votre clairvoyance et votre objectivité.

    Répondre
  • Effectivement, il est raisonnable de penser que ces 3 réacteurs ne sont pas indispensables au réseau électrique allemand..Je ne connais pas la puissance de ces trois réacteurs…Toutefois l Allemagne ne disposait que de machines de puissance moyennes , il est possible- mais utile de le vérifier – que ces 3 réacteurs ne représentent pas plus que Fessenheim soit 1.8 gigawatts…
    Le nucléaire allemand ne représentait plus grand chose .
    C est d Allemagne qu est venu la légende des éoliennes qui remplaceraient facilement un réacteur ou une centrale…
    Les Allemands veulent se passer du risque nucléaire. Leur solution sont pires puisque si vous cherchez de la radioactivité c est autour des centrales…à charbon que vous la trouverez… Vu le recours intensif , ceux qui ont des détecteurs devraient facilement le vérifier…
    Avec les vents cette radioactivité se dissipera aux alentours et chez les voisins…
    En France ,il y a un souci avec les dépôts de cendres de charbon d une vieille centrale , alors…imaginez en Allemagne…

    Nos 21 réacteurs en rade devraient redémarrer pour l hiver et même avant…La France du tout électrique a su montrer une sobriété plutôt inattendue …Les redémarrages devraient recommencer prochainement pour plusieurs centrales …L essentiel est de maintenir les capacités …

    Répondre
  • Cette fermeture est un véritable scandale en Allemagne.
    D’après un sondage , 60% de la population était contre !!!
    Les dirigeants allemands sont hors sol.

    Répondre
  • Le sondage que vous avez inventé, comme d’habitude ?

    Les allemands applaudissent la décision. De toutes les façons ces 3 derniers réacteurs n’avaient servis qu’à alimenter la moitié de ce qu’ils ont fournis à la France

    Répondre
  • C’est pas la France qui s’inquiète de la relance fossile en Allemagne, ce sont “nos” ministres pro-nucléaires qui s’inquiètent de voir les français (re)prendre conscience que le nucléaire est le moyen le + cher, le + lent, le + dangereux pour faire chauffer de l’eau pour entrainer une turbine !
    Alors que les scénarios 100 % renouvelables, couplée avec sobriété et efficacité sont les plus rapides, les moins chers, les plus résilients 🙂

    Merci “à la rédaction” d’ouvrir plus largement ses points de vues, souvent partisant du zéro changements tout va bien 🙁

    Répondre
  • Et une erreur dans l’article : “charbon, dont la sortie est toujours programmée pour 2038”.
    Depuis la nouvelle coalition la date de sortie du charbon est avançée à 2030 !
    Avec la guerre de Poutine, c’est un défi de +, mais je pense que les allemands sont très capables de tenir cette date, bravo à eux !

    Répondre
  • Pas sur que le mot “minable” soit le bon pour qualifier les bientôt 50 % de Renouvelables allemand, produites grâces au Vent et au Soleil !
    Alors que nous en France nous avons + de Vent, + de Soleil qu’eux, et réussi l’exploit d’être le seul pays d’Eu à ne pas avoir tenu ses engagements : nous ne sommes même pas à 20 %, pour un faible objectif de 23 %. Donc les Citoyens français, à cause de leurs élus (qui a dit “minable ?!”) vont devoir payer la note à l’Eu.

    Répondre
  • Pauvre aveugle qui ne voyez même pas que nous sommes les seuls à nous enferrer dans le nucléaire

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.