Le terminal de GNL de TotalEnergies en Allemagne mis en service - L'EnerGeek

Le terminal de GNL de TotalEnergies en Allemagne mis en service

terminal gnl totalenergies allemagne mis en service - Le Monde de l'Energie

Ce 13 janvier 2023, TotalEnergies a annoncé la mise en service d’un terminal d’import de gaz naturel liquéfié (GNL), à Lubmin, dans le Nord de l’Allemagne, sur la mer Baltique. Le groupe français y a installé un FSRU (une unité flottante de stockage et de regazéification), et fournira du GNL à Deutsche ReGas, exploitant de l’installation. Le lendemain, le chancelier allemand Olaf Scholz l’inaugurait officiellement.

Face à la rupture de l’approvisionnement russe, l’Allemagne s’est massivement tournée vers le GNL

Signe des temps, l’Allemagne est tellement en manque de gaz fossile, depuis la quasi-rupture d’approvisionnement russe l’année dernière, que son chancelier, Olaf Scholz, inaugure en personne les terminaux d’import de GNL dont le pays se dote.

Au moment où les troupes russes sont entrées en Ukraine, en février 2022, l’Allemagne ne disposait en effet d’aucun terminal de GNL. Dans sa stratégie énergétique, le pays avait misé sur des imports de gaz fossile exclusivement par gazoduc, et majoritairement de Russie – à plus de 55 %, un chiffre qui aurait dû encore augmenter si Nord Stream 2 était entré en service comme le gouvernement allemand le souhaitait à l’origine.

Tout au long de l’année 2022, le pays a donc du importer massivement (et souvent à prix d’or) du GNL sur les marchés mondiaux, livrés dans des ports néerlandais, belges ou français, regazéifié sur place et transporté par gazoduc jusqu’en Allemagne, avec un surcoût conséquent pour les frais de transport.

L’Allemagne a donc fait de l’installation de terminaux GNL dans ses ports une priorité nationale, et a injecté des milliards d’euros pour obtenir ses équipements le plus rapidement possible. Le 17 décembre 2022, c’est donc en présence d’Olaf Scholz, de son vice-chancelier, Robert Habeck, et de son ministre des Finances, Christian Lindner, que le premier terminal GNL d’Allemagne a été inauguré, à Wilhelmshaven.

Olaf Scholz inaugure en personne le second terminal GNL de l’Allemagne, fourni par TotalEnergies

Ce 14 janvier 2023, Olaf Scholz était à nouveau présent pour inaugurer le second, sur la mer Baltique, à Lubmin (là-même où débouchent les gazoducs Nord Stream, ce qui en fait un point de départ idéal pour alimenter l’ensemble du pays). La veille, le 13 janvier 2023, la cheville ouvrière du projet, TotalEnergies, avait annoncé la mise en service de cet équipement.

Le groupe français a fourni « une unité flottante de stockage et de regazéification » (« Floating Storage Regasification Unit », ou FSRU), qui permet de stocker temporairement du gaz livré sous forme liquéfiée, par un méthanier, avant de le regazéifier pour l’injecter dans les gazoducs arrivant sur le port.

TotalEnergies a également précisé qu’il fournirait du GNL au terminal, exploité par Deutsche ReGas, devenant ainsi « l’un des principaux fournisseurs de GNL en Allemagne ». Avec une capacité de regazéification de 5 milliards de mètres cubes par an, ce terminal peut « couvrir environ 5% de la demande » de gaz fossile en Allemagne, selon TotalEnergies.

Quatre autres terminaux GNL devraient être mis en service en Allemagne tout au long de l’année 2023. Le projet de TotalEnergies est le seul 100 % privé.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 28 Déc 2022
Un décret signé par le président russe, Vladimir Poutine, ce 27 décembre 2022, va interdire à la Russie de vendre du pétrole aux pays étrangers qui utiliseront le prix plafond de 60 dollars décidé par l’Union européenne, le G7 et…
Organisé du 19 mars au 30 juin dernier dernier, le débat public sur la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) présente un bilan globalement satisfaisant. Dans un document publié jeudi 30 août 2018, la Commission nationale du débat public (CNDP) revient…
mar 25 Nov 2014
S’il ne sert à produire qu’une faible part de l’électricité française, le parc thermique n’en reste pas moins indispensable, au même titre que certains barrages hydrauliques, pour ajuster la production à la demande d’électricité. Et notamment en cas d’aléas, comme…
ven 3 Août 2018
Selon le dernier rapport annuel de l'Agence nationale océanique et atmosphérique (NOAA) et de la société américaine des météorologistes rendu public mercredi 1er août, les émissions de gaz à effet de serre dans le monde ont battu un nouveau record…

COMMENTAIRES

  • Tout cela est lamentable. D’abord le méthane émet du CO2 en brûlant (50 % autant que le charbon). Ensuite le GNL, de par la technologie, provoque des fuites de méthane qui aggravent encore la nocivité de ce gaz pour la planète.
    Ensuite TOTAL se fait des c… en or sur des affaires qui sont en totale contradiction avec les objectifs de la Transition Energétique (sortie des fossiles) portés par l’UE et notamment par l’Allemagne. Et celle-ci impose des objectifs de plus en plus ambitieux qu’elle-même sera bien incapable de tenir. Pas de souci, aucune sanction n’a été prévue, contrairement à celles dont la France est victime pour ne pas avoir assez développé d’éolien et de solaire !!! qui ne servent à rien quand on a du nucléaire !!!
    En parlant de nucléaire : saviez-vous que TOTAL vend de l’électricité au prix de marché (150 à 700 €/MWh), alors qu’il en produit quasiment pas : car la loi NOME française impose à EDF de céder 25 % de sa production nucléaire à des “concurrents” qui ne sont que des traders, et qui la “touchent” à 42 €/MWh ? Une honte. D’autant que TOTAL est une multinationale française.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.