Uniper attaque Gazprom en justice pour avoir cessé de lui livrer du gaz - L'EnerGeek

Uniper attaque Gazprom en justice pour avoir cessé de lui livrer du gaz

uniper attaque gazprom justice pour avoir cesse lui livrer gaz - L'Energeek

Considérablement fragilisé par la fin des livraisons de gaz russe par Gazprom, le géant gazier allemand Uniper s’est retrouvé au bord du gouffre, sauvé uniquement par une nationalisation du gouvernement allemand. Jugeant que cette rupture d’approvisionnement ne relevait pas, contrairement à ce qu’affirme Gazprom, de la “force majeure”, Uniper a saisi, ce 30 novembre 2022, un tribunal d’arbitrage pour être dédommagé.

Uniper saisit un tribunal d’arbitrage suédois contre Gazprom pour être dédommagé des coupures de gaz

Uniper était, historiquement, le premier client allemand du géant gazier d’Etat russe Gazprom, qui lui livrait environ 40% du gaz que le groupe allemand revendait ensuite à d’autres fournisseurs de gaz, ou directement à des particuliers ou des professionnels.

Touché de plein fouet par la baisse des livraisons par Gazprom via le gazoduc Nord Stream, à partir de juin 2022, puis par leur rupture en septembre 2022, Gazprom a décidé, ce 30 novembre 2022, de se tourner vers la justice pour obtenir réparation.

« Uniper a engagé une procédure d’arbitrage contre Gazprom », auprès d’un tribunal d’arbitrage international situé à Stockholm, en Suède, précise l’entreprise allemande, qui exige des « dommages et intérêts en rapport avec les volumes non livrés depuis juin ».

Les coûts engendrés par les coupures sont évalués à « 11,6 milliards d’euros » par l’entreprise, mais pourraient « continuer à augmenter jusqu’à fin 2024 ».

Au bord de la faillite, Uniper a été sauvé par l’Etat allemand, qui veut le nationaliser

Le groupe allemand a été obligé, pour compenser le gaz non livré par Gazprom (malgré un contrat en cours), de se fournir sur les marchés internationaux, dont les cours avaient explosé. Depuis janvier 2022, les pertes d’Uniper sont estimées à 40 milliards d’euros.

Le groupe a profité d’un plan de sauvetage à plusieurs dizaines de milliards d’euros du gouvernement allemand, qui a fini par décider de nationaliser l’énergéticien, en septembre 2022. Berlin craint en effet qu’une faillite d’Uniper ne provoque, par effet-domino, un effondrement du secteur énergétique allemand. Une assemblée extraordinaire du groupe doit valider cette nationalisation le 19 décembre 2022.

Concernant le contentieux avec Gazprom, le groupe russe a invoqué un cas de “force majeure” pour justifier la fin de ses livraisons, notamment en raison de soucis liés à une turbine Siemens jamais livrée par le Canada. Uniper réfute ces allégations.

« Nous réclamons le recouvrement de nos dommages financiers importants (…) Nous avons engagé ces coûts, mais ils ne sont pas de notre responsabilité », a commenté dans un communiqué Klaus-Dieter Maubach, PDG de Uniper.

Reste que la procédure a peu de chance, même si le tribunal donne raison à Uniper, d’aboutir au moindre paiement du groupe russe.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Entre le développement des énergies renouvelables en pleine expansion, les innovations dans le secteur du thermique et les débats houleux dont fait l'objet le secteur du nucléaire, la France a connu une actualité énergétique 2016 passionnante sur laquelle «  L'Energeek  » se propose…
ven 22 Sep 2017
Utilisé aussi bien pour le chauffage, que la production d’eau chaude sanitaire ou la cuisson, le gaz représente aujourd’hui une part importante des dépenses domestiques en matière d’énergie. Il est pourtant possible de réduire sa consommation assez facilement en adoptant…
D'après le bilan électrique 2015, réalisé par Réseau transport électricité (RTE), la consommation électrique des Français a augmenté de 0,5 % l'an dernier, pour s'établir à 476,3 TWh. Globalement, les énergies bas carbone progressent - le renouvelable surtout ; le…
ven 5 Jan 2018
Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d'injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.