L’Allemagne remplace le gaz russe par du gaz qatari - L'EnerGeek

L’Allemagne remplace le gaz russe par du gaz qatari

Contrainte d’abandonner le gaz russe pas cher, livré directement sur son territoire par pipeline, l’Allemagne se résoud à trouver d’autres fournisseurs, dans son coin. Berlin vient ainsi de signer en direct avec le Qatar pour 15 ans.

On comprend mieux pourquoi l’Allemagne n’était pas trop préoccupée par l’échec du mécanisme d’achat groupé de gaz, au niveau européen. Fort probablement, les négociations avec le Qatar étaient déjà bien avancées.

C’est donc en pleine Coupe du Monde de Football, qui propulse déjà le Qatar sur le devant de la scène, que l’Allemagne et le Qatar ont annoncé leur partenariat. En l’occurence, c’est en fait entre Qatar Energy et l’américain ConocoPhillips que le deal a été conclu.

Un contrat à relativiser

Le Qatar s’engage par cet accord à fournir jusqu’à 2 millions de tonnes de GNL à l‘Allemagne à compter de 2026. Un chiffre à comparer aux 4 millions de tonnes annuelles que le pays fournira dans le même temps à la Chine. Mais c’est surtout par rapport aux importations européennes qu’il faut comparer ces 2 millions de tonnes. Ainsi, en 2021, l’Europe a importé 21 millions de tonnes de GNL en provenance des Etats-Unis. Et 27 millions de janvier à juillet 2022 !

Le gaz qatari devra parcourir des milliers de kilomètres en mer

La vraie info dans l’info, c’est que ces 2 millions de tonnes de GNL ne transiteront pas par un port français ou italien, mais par un port allemand. Or, l’Allemagne, pour l’instant, n’est pas équipée de terminal gazier capable de recevoir du GNL, et de l’injecter ensuite dans un pipeline, après détente.

Un terminal gazier est donc en cours de construction au nord de l’Allemagne, à Brunsbüttel. Les méthaniers en provenance du Qatar devront donc quitter le golfe Persique, rejoindre le golfe d’Aden, remonter la Mer rouge et traverser le canal de Suez, traverser la Méditerranée, passer Gibraltar, contourner l’Espagne et le Portugal, longer les côtes françaises, passer par la Manche, et finalement, après être passés au large de la Belgique et des Pays-Bas, décharger leur cargaison en Allemagne…

Rédigé par : Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud
ven 28 Avr 2017
La société française Voltalia, spécialisée dans les énergies renouvelables, a annoncé vendredi 21 avril 2017, avoir remporté un nouveau projet de centrale biomasse en Guyane. Cette installation de 5,1 MW contribuera directement à la réalisation des objectifs de programmation pluriannuelle…
mer 21 Juin 2017
Comme prévu dans l’accord de cession du pôle énergie d’Alstom conclu en 2015, le groupe General Electric (GE) devrait bien investir dans de nouveaux moyens de production en Franche-Comté et créer plusieurs centaines d’emplois supplémentaires. Le conglomérat industriel américain a…
jeu 18 Mai 2017
Vous habitez dans une zone coupée du monde ou non interconnectée au réseau électrique national et vous souhaiteriez éviter le recours systématique à votre groupe électrogène énergivore et polluant ? La start-up française Powidian propose désormais une solution clé en…
lun 12 Déc 2016
Près d'un mois après l'élection du républicain Donald Trump, nombreux sont ceux qui s'interrogent sur les intentions réelles du futur Président des Etats-Unis et sur les suites qu'il entend donner à l'engagement climatique du pays. Loin d'être rassurante, la nomination du climato-sceptique Scott Pruitt…

COMMENTAIRES

  • Non, l’Allemagne est très loin de remplacer le gaz russe avec le gaz Qatari.
    2 millions de tonnes de GNL sont équivalent à 3 milliards de M3 de gaz naturel.
    Hors gazprom livrait annuellement par pipeline prés de 50 milliards de M3 et la consommation annuelle totale allemande est de près de 100 milliards.

    Ils sont loin du compte !!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.