En Arctique, un premier méthanier a franchi le passage du Nord-Est sans assistance - L'EnerGeek

En Arctique, un premier méthanier a franchi le passage du Nord-Est sans assistance

methanier_total_arctique

Pour ceux qui en doutaient encore, le franchissement jeudi 17 août 2017, du passage du Nord Est de l’océan Arctique par un méthanier du groupe Total, constitue une nouvelle démonstration des conséquences du réchauffement climatique dans les pôles. Ce raccourci maritime bien connu mais inaccessible sans brise-glaces une bonne partie de l’année, est désormais praticable pour un navire seul.

Le méthanier “Christophe de Margerie”, long de 300 mètres et affrété par Total, a franchi la semaine dernière sans escorte et sans encombre le passage du Nord-Est dans l’océan Arctique. Il s’agit du “premier navire commercial à emprunter seul cette route du Nord qui permet de rejoindre en 15 jours l’Asie par le détroit de Béring“, a indiqué à l’AFP le groupe français.

Lire aussi : Total investit 207 millions de dollars dans le GNL aux Etats-Unis

Cette route, qui longe les côtes septentrionales de la Sibérie et permet aux navires de gagner 15 jours par rapport à la voie classique qui passe par le canal de Suez, est généralement rendue impraticable par la banquise et nécessite l’appui de navires brise-glaces. Une difficulté qui pourrait bien devenir de l’histoire ancienne avec le réchauffement global des températures. Le passage du Nord Est semble en effet de plus en plus dégagé du fait de l’éclatement de la banquise en lien avec la hausse des températures et permet désormais le franchissement d’un navire seul.

Ce méthanier est parti fin juillet de l’usine de liquéfaction de gaz de Snovhit en Norvège avec comme destination le port de Boryeong en Corée du Sud. Il est opéré par le groupe public russe de transport maritime Sovcomflot pour le compte de Total et de trois autres compagnies (le numéro deux russe du gaz Novatek, le chinois CNPC et le fond contrôlé par l’Etat chinois Silk Road Fund) et peut transporter jusqu’à 172.600 m3 de GNL. “Il transportera le GNL produit sur la péninsule russe de Yamal, où doit voir le jour une gigantesque usine de gaz naturel liquéfié, vers l’Europe toute l’année et vers l’Asie, sans escorte de brise-glace, entre mai et novembre”, assure Total.

Crédits photo : Total

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 24 Fév 2017
Si la production de gaz biométhane produit par méthanisation en France se développe progressivement, sa croissance reste aujourd'hui toujours insuffisante pour espérer atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la loi de transition énergétique. Dans le dernier panorama du…
jeu 12 Sep 2013
La production d’électricité de Madagascar provient essentiellement de deux sources : l’hydroélectricité et les énergies fossiles. En 2011, l'énergie hydroélectrique assurait 52% de la production électrique , les combustibles fossiles apportaient les 48% restants. Bien que Madagascar dispose d'un fort potentiel…
mer 14 Fév 2018
Malgré l’interdiction éventuelle de l’huile de palme dans les biocarburants produits en Europe, le groupe français Total entend mener son projet de bio-raffinerie à son terme. La transformation de la raffinerie de La Mède dans les Bouches-du-Rhône, entamée en 2015,…
jeu 2 Août 2018
Quatre ans après le partage de ses activités avec Veolia, la nouvelle version de Dalkia poursuit sa stratégie. La filiale exclusive du fournisseur d'électricité EDF, spécialisée dans les services énergétiques, développe sa présence sur la scène internationale. En effet, mercredi…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.