En Arctique, un premier méthanier a franchi le passage du Nord-Est sans assistance - L'EnerGeek

En Arctique, un premier méthanier a franchi le passage du Nord-Est sans assistance

methanier_total_arctique

Pour ceux qui en doutaient encore, le franchissement jeudi 17 août 2017, du passage du Nord Est de l’océan Arctique par un méthanier du groupe Total, constitue une nouvelle démonstration des conséquences du réchauffement climatique dans les pôles. Ce raccourci maritime bien connu mais inaccessible sans brise-glaces une bonne partie de l’année, est désormais praticable pour un navire seul.

Le méthanier « Christophe de Margerie », long de 300 mètres et affrété par Total, a franchi la semaine dernière sans escorte et sans encombre le passage du Nord-Est dans l’océan Arctique. Il s’agit du « premier navire commercial à emprunter seul cette route du Nord qui permet de rejoindre en 15 jours l’Asie par le détroit de Béring« , a indiqué à l’AFP le groupe français.

Lire aussi : Total investit 207 millions de dollars dans le GNL aux Etats-Unis

Cette route, qui longe les côtes septentrionales de la Sibérie et permet aux navires de gagner 15 jours par rapport à la voie classique qui passe par le canal de Suez, est généralement rendue impraticable par la banquise et nécessite l’appui de navires brise-glaces. Une difficulté qui pourrait bien devenir de l’histoire ancienne avec le réchauffement global des températures. Le passage du Nord Est semble en effet de plus en plus dégagé du fait de l’éclatement de la banquise en lien avec la hausse des températures et permet désormais le franchissement d’un navire seul.

Ce méthanier est parti fin juillet de l’usine de liquéfaction de gaz de Snovhit en Norvège avec comme destination le port de Boryeong en Corée du Sud. Il est opéré par le groupe public russe de transport maritime Sovcomflot pour le compte de Total et de trois autres compagnies (le numéro deux russe du gaz Novatek, le chinois CNPC et le fond contrôlé par l’Etat chinois Silk Road Fund) et peut transporter jusqu’à 172.600 m3 de GNL. « Il transportera le GNL produit sur la péninsule russe de Yamal, où doit voir le jour une gigantesque usine de gaz naturel liquéfié, vers l’Europe toute l’année et vers l’Asie, sans escorte de brise-glace, entre mai et novembre », assure Total.

Crédits photo : Total

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 24 Jan 2017
Organisé la semaine dernière en marge du traditionnel forum économique de Davos, le Conseil de l'hydrogène a regroupé plusieurs grands groupes internationaux de l'énergie et du transport désireux de mettre l'accent sur les atouts de l'hydrogène comme énergie d'avenir propre…
mar 31 Jan 2017
Le groupe énergétique français a annoncé le 29 janvier dernier avoir remporté le contrat et finalisé le financement d'un projet de construction d'une nouvelle centrale à cycle combiné gaz dans la ville de Jubail en Arabie-Saoudite. Cette installation, d'un budget global…
lun 20 Fév 2017
Fortement dépendante de ses voisins pour couvrir ses besoins en hydrocarbures, l'Inde souhaiterait désormais réduire ses importations de pétrole et de gaz et augmenter sa production nationale. Le gouvernement vient pour cela d'accorder des permis d'exploitation pour 31 petits champs…
ven 18 Août 2017
Même si le charbon continue de fournir 40% de l'électricité mondiale, il est aussi responsable de 45% des émissions de gaz à effet de terre.  Les pays du monde entier commencent à prendre conscience des dangers du réchauffement climatique et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *