Au final, une COP27 sans nouveaux engagements de décarbonation - L'EnerGeek

Au final, une COP27 sans nouveaux engagements de décarbonation

final cop27 sans nouveaux engagements decarbonation - L'Energeek

La COP27 s’est achevé ce dimanche 20 novembre, vers 4 heures du matin, par la signature, au forceps, d’une déclaration commune : si la prise en compte des « pertes et dommage » est une avancée majeure, dont les détails pratiques restent toutefois flous, les négociateurs ont échoué à obtenir des engagements plus ambitieux en matière de réduction d’émissions.

COP27 : un accord sur les « pertes et dommages » arraché de justesse

Le changement climatique continue d’avancer à toute vitesse, pendant que le politique progresse à pas de fourmi. Année après année, COP après COP, le constat semble le même. Mais la COP27, qui se tenait à à Charm el-Cheikh, en Égypte, a poussé le curseur un peu plus, alors même que les événements climatiques extrêmes continuent de se multiplier.

La déclaration finale de cette conférence des parties a nécessité des négociations longues et âpres, et n’a été officialisée qu’à 4 heures du matin, ce dimanche 20 novembre 2022 (ce qui fait de cette COP la plus longue de l’histoire).

Certes, le point-clé de cette conférence, la prise en compte des « pertes et dommages » climatiques, figure au final dans la déclaration, actant la création d’un fonds international dédié à lutter contre les conséquences du changement climatique, en particulier pour les pays émergents, les plus touchés par les événements climatiques extrêmes, alors qu’ils n’ont qu’une responsabilité mineure dans cette catastrophe mondiale.

Les pertes et dommages dans les pays vulnérables ne peuvent désormais plus être ignorés même si certains pays développés avaient décidé d’ignorer nos souffrances“, se félicite la jeune militante ougandaise Vanessa Nakate. Pour autant, le texte n’est pour l’heure qu’une déclaration d’intention sans  aspect contraignant. La répartition des financements (les États-Unis veulent y inclure la Chine, qui refuse pour l’heure) pose notamment question.

Malgré les catastrophes climatiques, pas de nouveaux engagements sur les émissions pour cette COP27

Mais c’est sur la réduction des émissions que l’absence d’engagements ternit le plus le bilan de cette COP27. Le réchauffement climatique atteint déjà les 1,2°C par rapport à l’ère pré-industrielle, l’objectif de l’accord de Paris de le limiter à 1,5°C semble à peu près inatteignable, et la tenue des engagements actuels conduirait à 2,4°C à la fin du siècle (2,8°C au rythme d’émissions actuel).

Or, il semble que certains producteurs ou consommateurs d’hydrocarbures (Russie, Arabie saoudite, Chine, Brésil, Argentine…) aient pesé de tout leur poids pour supprimer la mention des 1,5°C de la déclaration finale. Elle y figure, au final, mais toujours sans fixer une nouvelle trajectoire de réduction d’émission, ni même faire mention du pétrole ou de gaz.

« D’un côté, on se met d’accord pour payer et pour compenser les dommages climatiques, mais on ne parvient pas à se mettre d’accord pour limiter ces dommages ! Ça donne un côté schizophrènique. Moins l’ambition sur les énergies fossiles va être grande, plus ces dommages seront importants », a commenté François Gemenne, politologue et co-auteur du dernier rapport du Giec.

Nous devons drastiquement réduire les émissions maintenant, et c’est une question à laquelle cette COP n’a pas répondu“, a regretté le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. L’Union européenne s’est elle aussi dite « déçue », tout comme la France : « Aucune avancée n’a été obtenue sur la nécessité de faire des efforts supplémentaires de réduction des gaz à effet de serre et sur la sortie des énergies fossiles. C’est une vraie déception », pointe la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 13 Juil 2016
En plein cœur du désert du Néguev, dans le sud d'Israël, ingénieurs et ouvriers œuvrent à l'édification de la plus haute tour solaire du monde : la tour Ashalim. Véritable pari sur l'avenir, ce projet renouvelable devrait permettre à l'État…
mar 6 Jan 2015
La centrale hydroélectrique des Trois-Gorges, située dans le centre de la Chine, a généré 98,8 milliards de kilowattheures d'électricité au cours de l'année 2014. Un volume qui lui permet de battre le record du monde de production annuelle d'hydroélectricité détenu…
ven 10 Mai 2019
L'ADEME a remis au gouvernement, le 26 avril 2019, son rapport sur la filière des bus bas carbone. Le panorama de l'Agence doit servir d'outil pour accompagner les collectivités locales vers une mobilité plus durable. A l'heure où la flotte…
jeu 19 Fév 2015
Après une dizaine d'années de développement, le premier projet d'énergie houlomotrice à échelle commerciale du monde a été lancé, mercredi 18 février, sur la côte Ouest de l'Australie, au large de la ville de Perth. La société Carnegie Wave Energy a en…

COMMENTAIRES

  • Quelques évolutions technologiques pour faire avancer les choses (il en existe quelques milliers comme çà !)

    Département américain de l’énergie (DOE) : 100 millions de dollars pour stimuler la commercialisation de huit nouvelles technologies d’énergie “propre”

    – Ampaire Inc. (Hawthorne, CA)

    Commercialisation de technologies de propulsion électrique hybride pour les avions. Ces technologies électrifiées pratiques pourraient permettre d’économiser plus de 50 % du carburant et des émissions, et 25 % des coûts d’exploitation.

    – CorePower Magnetics, Inc. (Pittsburgh, PA)

    Première fabrication nationale à l’échelle de composants magnétiques à haute densité de puissance basée sur sa technologie d’alliage technique afin de commercialiser de nouveaux inducteurs, transformateurs et moteurs de taille et de poids considérablement réduits. En réduisant la taille de ces composants et en améliorant leur efficacité, cela permettra d’augmenter considérablement l’efficacité des véhicules électriques (surtout si en plus on réduit nettement le poids des véhicules et on améliore leur Cd/Cx !)

    – Imagen Energy (Wauwatosa, WI)

    Mise à l’échelle et démonstration commerciale d’un équipement de charge rapide pour VE efficace et rentable, fabriqué aux États-Unis. Le chargeur rapide compact pour VE optimisera la disponibilité limitée de l’électricité du réseau dans les lieux de recharge publics et les parcs de véhicules afin de favoriser la résilience et la flexibilité. Il est idéal pour les communautés urbaines qui n’ont pas la possibilité d’investir pour profiter des avantages des VE.

    – InventWood LLC (College Park, MD)

    Décarbonation des bâtiments et permettre aux structures construites de stocker des quantités beaucoup plus importantes de carbone en mettant à l’échelle un matériau en bois “révolutionnaire”, MettleWood, qui est 60 % plus résistant que l’acier de construction mais 80 % plus léger, beaucoup moins cher et beaucoup plus durable. MettleWood a le potentiel de remplacer les poutres, les colonnes et les connexions structurelles, ce qui permettra de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

    – Kent Houston Offshore Engineering (Houston, TX)

    Faire progresser deux technologies révolutionnaires d’éoliennes flottantes en mer, intégrées à un système de contrôle passif mis au point par la NASA. Les conceptions seront axées sur la réduction des coûts de fabrication et des charges de conception, ainsi que sur des unités intégrées plus légères, plus efficaces et plus rentables, ce qui permettra de réduire considérablement le coût nivelé de l’électricité et de rentabiliser les parcs éoliens offshore flottants.

    – Niron Magnetics, Inc. (Minneapolis, MN) (très utile)

    Commercialiser le premier aimant permanent puissant qui est exempt de matériaux critiques. L’aimant de Niron est fabriqué à partir de matières premières de base abondantes. Cela permettra d’offrir une solution moins coûteuse, pouvant être fabriquée localement, pour l’économie propre, avec un risque minimal pour la chaîne d’approvisionnement et une empreinte environnementale considérablement réduite.

    – Quidnet Energy, Inc. (Houston, TX)

    Transformer son système de stockage par pompage géomécanique (GPS) en système commercial chez CPS Energy, le plus grand service public municipal des États-Unis. Le GPS utilise la terre comme batterie mécanique en stockant l’énergie sous forme d’eau sous pression entre les couches de roche. L’objectif est de réduire de 50 à 75 % le coût associé au stockage d’énergie de longue durée afin de permettre une utilisation plus fiable et plus rentable des actifs de production d’électricité renouvelable.

    – Via Separations, Inc. (Watertown, MA)

    Montrer comment des modules membranaires innovants utilisés dans les processus de fabrication industrielle peuvent être facilement appliqués à diverses installations de pâtes et papiers. Le projet permettra d’adapter la technologie à une utilisation plus large dans d’autres industries et des économies potentielles de coûts énergétiques allant jusqu’à 90 %, ainsi que des réductions associées d’émissions de CO2.

    https://arpa-e.energy.gov/news-and-media/press-releases/us-department-energy-announces-100-million-boost-commercialization

    .  

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.